30 ANS DE DEMOS

En septembre 1977, les événements politiques au Pays Basque espagnol amenèrent les instances de la Fédération internationale de Judo à annuler les championnats du Monde qui devaient se dérouler à Barcelone. Cette  compétition – qui a lieu tous les deux ans – est un moment essentiel dans la carrière d’un combattant, mais également pour la promotion qu’il assure à la discipline, notamment au mois de septembre. Et cela, même quand l’événement se déroule en dehors de nos frontières, qui plus est quand celles-ci sont communes avec le pays organisateur. Donc, la Fédération française de Judo (FFJDA) décida de programmer rapidement une manifestation, à Paris, afin de pallier, en quelque sorte, l’absence de « Mondial ». Aussi, un France-Japon, plus exactement un France–Université de Kansai se déroulerait fin septembre au stade Pierre de Coubertin (Bercy n’existait pas encore). De façon à étoffer le programme et à respecter la tradition des grandes soirées de la famille judo, une démonstration du Nage-No-Kata était inscrite au programme, ainsi qu’une démonstration de ju-jitsu. Nous étions en pleine période de ce que l’on appelait de façon peu élégante la « relance du ju-jitsu ».
C’est comme cela et à cette date que commença pour moi l’aventure des démonstrations. Cela fera 30 ans au mois de septembre. Mon partenaire s’appelait Michel Yacoubovitch, ancien membre de l’équipe de France de judo ; il était 5ème dan, j’étais 3ème dan, et j’intervenais en tant que… Uke ! La prestation a dû être appréciée, puisqu’à partir de ce moment, bon nombre de présidents de clubs, présents ce soir-là, ont pris contact avec nous, afin d’inclure une démonstration de ce type dans les différents galas organisés en France.
A partir de là, j’ai décidé de créer une équipe de démonstration, de façon à pouvoir faire face aux différentes sollicitations. Bien sûr, au fil des saisons sportives, les démonstrations ont évolué et différents partenaires se sont succédés. La plupart des régions de France ont été visitées, et nous avons également démontré notre méthode dans différents pays. Beaucoup d’anecdotes, beaucoup de rencontres, beaucoup d’échanges, bref, beaucoup de souvenirs, qui pourraient être la base d’un récit plus étoffé que ce simple édito.
Sans faire de parisianisme, il faut admettre que les « points forts » ont été bien évidemment les 12 galas auxquels j’ai participé à Bercy. Depuis le 1er festival, en 1986, jusqu’à la 20ème édition, en 2005, de cette prestigieuse soirée, qui est considérée comme le plus grand rendez-vous mondial en la matière.
Ce qu’il reste de ces différentes prestations, c’est essentiellement la satisfaction d’avoir représenté notre ju-jitsu parmi de nombreuses autres disciplines, et de lui avoir ainsi été utile. Davantage dans un souci de complémentarité que de rivalité, d’ailleurs. Bien sûr, chacun a son tempérament, et c’est bien souvent l’envie de faire mieux – et de mettre en exergue les petites imperfections inévitables de chaque représentation – qui m’animait à la sortie de tatami. Mais la satisfaction du travail accompli est peut-être le sentiment le plus fort.
Il reste aussi le souvenir d’une pression énorme avant chaque gala et peut-être plus particulièrement (encore !) à Bercy. Cela est dû au gigantisme de cette salle devenue mythique. Les « après-soirées » des galas en province, et en l’occurrence dans les plus petites villes, sont aussi d’excellents souvenirs. La communication entre experts et avec certains spectateurs y est plus simple.
Pour cet anniversaire, en septembre prochain, nous essaierons de réunir les différents partenaires qui m’ont accompagné tout au long de ces trente années. De façon à les remercier et à leur rendre hommage, je me permets de les citer ci-dessous.
Sébastien Argence, Marc Barbat, Franck Bénacquista, François Bernier, Olivier Beyrand, Serge Dang, Hakim Guerda, Madjid Guerda, Christian Jouve, Marie-France Léglise, André Ohayon, Frédéric Pourcelot, Olivier Pourcelot, Bruno Puech, Laurent Rabillon, Laurent Rochat, Jean Rodriguez, Eric Toutain et Michel Yacoubovitch

Retrouvez le site du dojo Éric Pariset: http://www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.