Abandon

tai-otoshiA chaque début de saison ce sont malheureusement plus de 50 % d’élèves qui ne renouvellent pas leur adhésion et ne reprennent plus le chemin du dojo. Ce chiffre émane de sondages effectués il y a quelques années mais il y a peu de chance qu’il ait évolué favorablement. Cela signifie que pour conserver le même effectif et « a fortiori » l’augmenter, il faut recruter la saison suivante un nombre équivalent de débutants, sinon plus. Il s’agit d’un challenge colossal et si ce n’était pas le cas, l’équilibre de la structure serait menacé.

S’agissant d’une moyenne, cela signifie que certains clubs conservent davantage d’adhérents, mais à l’inverse, d’autres en perdent beaucoup plus.

Avant de savoir comment attirer de nouveaux élèves, il serait judicieux de faire en sorte d’avoir moins d’abandons !

Il y a ceux contre lesquels nous ne pouvons rien : la maladie, le changement de situation professionnelle ou encore familiale. De même, dans certaines régions, les sollicitations sont plus nombreuses dans des domaines diverses. Ou bien encore, une vie dans laquelle beaucoup de temps sera perdu dans les transports facilitera l’irrégularité qui débouche fatalement sur l’abandon. Enfin, il y a ceux qui pensent, souvent à tord, que finalement ces activités ne sont pas faites pour eux et ceux qui n’y trouvent plus d’intérêt. Déjà à partir de ces deux derniers états de fait le rôle du professeur est essentiel. C’est lui qui va donner – ou pas – l’envie de continuer.

J’évoquais dernièrement sur ce blog la dévalorisation de cette fonction de professeur. Ne serait-elle pas en lien direct avec la forte baisse d’adhésions dans certains dojos ? Les professeurs (pas tous) ne seraient-ils pas devenus des entraîneurs ne s’intéressant qu’à l’élite du club en stigmatisant ceux qui, pour différentes raisons, n’adhérent pas à la compétition ! Beaucoup de personnes intéressées, soit par le côté utilitaire (la self-défense) ou bien par d’autres aspects attachés aux arts martiaux traditionnels se dirigent vers des disciplines dans lesquelles ne leur seront pas imposés des choix qui ne sont pas les leurs !

Donner l’envie de commencer passe par un programme attractif et abordable, mais pour donner l’envie de continuer il faut éviter la lassitude en proposant un programme varié avec une solide pédagogie, mais aussi un enseignement adapté à toutes les conditions physiques et encadré de façon à éviter les grosses blessures. Tout cela doit se dérouler dans une ambiance où la violence sera proscrite. Enfin, il faudra définir des objectifs (en dehors de l’inévitable « compète » réservée surtout aux plus forts) qui permettront la réalisation de progrès, et qui représentent encore la meilleure incitation à persévérer. Appliquer ces théories est souvent plus compliqué que « lâcher » l’effectif en randoris libres dans lesquels seuls les plus costauds s’expriment (et survivent). La formation pédagogique de certains professeurs (et le temps que ceux-ci peuvent y consacrer) n’est peut-être pas assez adaptée à des aspirations qui ne cessent d’évoluer.

Ne pas renouveler chaque année un nombre important d’élèves est préjudiciable de deux façons. D’abord pour ceux que l’on perd, mais aussi parce que – de fait – on se prive du meilleur ambassadeur qui soit, à savoir un élève à l’enthousiasme fédérateur. Celui-là ne cessera de parler de son activité autour de lui (parfois un peu trop d’ailleurs). Pour illustrer ces lignes, finissons sur une autre statistique : 50 % des nouvelles adhésions se réalisent par… relation. Lorsqu’un club perd deux élèves il risque donc de se priver d’un nouveau potentiel, du coup il en perd trois. Et comme l’année suivante l’effectif est moindre, le pourcentage de nouveaux inscrits par « relation » s’en trouvera d’autant plus affecté.

Il n’est pas possible de finir cet article sans évoquer la qualité de l’ambiance générale qui devra régner au sein du dojo, en n’oubliant pas qu’il s’agit d’une activité qui s’inscrit aussi dans le domaine du loisir, même si le respect du code moral, composé de valeurs éducatives pour toutes les générations, devra être respecté.

Quant à capter de nouvelles adhésions cela pourra faire l’objet d’un nouveau billet.

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.