Agréable surprise…(et deuxième partie)

Dimanche dernier, Facebook (et ses anniversaires) me proposait de partager une nouvelle fois une publication mise en ligne deux années plus tôt ; aussi c’est la première partie de la démonstration effectuée à Dortmund en 1991 que j’ai publiée à nouveau (vous pouvez donc la retrouver sur ma page personnelle). La deuxième partie étant au présent article.

Ce gala était organisé par une revue allemande dirigée par Norbert Schiffer, éminent journaliste et budoka. Entre autres experts, j’étais en compagnie ce jour là de Christian Tissier pour l’aïkido et de Jean Frenette pour le karaté artistique.

J’ai été agréablement surpris par le nombre important de « likes », de partages et de commentaires que cette publication a engendrés. Cela m’a donné l’envie de lui consacrer un article.

Il ressort de ces commentaires une certaine nostalgie et des regrets par rapport à une forme de travail qui n’est plus démontrée et surtout qui n’est plus travaillée dans certaines sphères, notamment dans la fédération qui est en charge de façon « officielle » de la gestion du ju-jitsu. Comment ne pas être d’accord avec les regrets exprimés et ceux qui les formulent. Mais il en est ainsi, cela fait partie des paradoxes que ne cesse de croiser notre vie. Celui-ci en est un beau spécimen, dans la mesure où il révèle que ce n’est pas une forme de ju-jitsu proche du judo qui a été retenue dans une institution en charge du…judo, entre autres.

Certains dont je fais partie continuent à pratiquer et à enseigner avec bonheur cette forme de ju-jitsu qui, lorsqu’elle est proposée à des novices, est adaptée pédagogiquement et techniquement. Elle rencontre un engouement auprès de ceux qui la découvrent comme auprès de ceux qui s’y perfectionnent. Malheureusement elle ne bénéficie pas d’une gestion d’envergure au plan national. Cela demande beaucoup d’énergie, d’investissement et donc de temps.

Continuer à pratiquer (pour ceux qui le peuvent), à enseigner et à rester fidèle à une forme de travail dans laquelle on s’exprime et on s’épanoui, reste l’essentiel.

Je remercie tous ceux qui se sont manifestés par leurs appréciations, leurs partages et leurs commentaires.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *