ATEMI JU JITSU

Au début des années 70, trois arts martiaux japonais se partageaient le paysage français en matière de disciplines de combat orientales. À cette époque, le judo, le karaté et l’aïkido étaient pratiquement les seules disciplines pratiquées dans les dojos. De fait, le choix du néophyte n’en était que plus simple. Chacun de ces trois arts développaient des « philosophies » différentes. Le judo prenant rapidement un virage très sportif, l’aïkido restant assez confidentiel en favorisant – au début tout du moins – un épanouissement plutôt interne, le karaté – avant d’imiter le « grand frère judo » en matière sportive – se présentait alors, comme l’unique alternative en matière de méthode de self-défense. Or plusieurs experts, et non des moindres, de la fédération de judo firent le constat que le ju-jitsu (père du judo) n’était plus enseigné dans les dojos. Il leur semblait que, d’une certaine façon, un « hold-up » avait été commis et que ce qui était recherché par beaucoup de pratiquants, à savoir une méthode de self-défense, se trouvait à l’évidence dans la « maison-mère ». Simplement l’ancien ju-jitsu ne bénéficiait pas d’une image très dynamique, et il fut donc décidé de remodeler cet art séculaire et, pour marquer les esprits, de lui donner une autre appellation. C’est ainsi que fut accolé au mot ju-jitsu le mot ATEMI. À la fois pour souligner la « restauration du  trésor des samouraïs » et pour démontrer la remise en valeur d’une composante indissociable et incontournable : l’atemi-waza (le travail des coups).

Une progression par ceintures (calquées sur celle du judo, dans le souci d’être facilement assimilable par les professeurs) a été mise au point. Ce travail commença rapidement à porter ses fruits, et bon nombre de pratiquants de tous âges se sont retrouvés sur les tatamis autour d’une méthode simple, efficace et surtout praticable par toutes et tous. Malheureusement, au lieu de voir en cette forme de travail un complément à la pratique sportive du judo, certains l’ont considéré comme une concurrence. La fédération de judo préféra alors prendre d’autres options en matière de ju-jitsu, favorisant – ce qui est un véritable non-sens – un développement ultra-sportif ainsi que – paradoxe des paradoxes – une étude sur des postures anciennes de karaté, que même cette discipline n’utilise pas dans le combat. De plus, ces postures ne sont pas « conciliables » avec les positions nécessaires à la bonne réalisation des projections et des liaisons qui sont le ciment du ju-jitsu. De ce fait, certaines personnes, dont je fais partie, ont pris la décision de ne pas vendre leur âme et de faire perdurer, dans l’esprit du ju-jitsu historique, une forme de travail qui a toutes les raisons d’être. Aussi, c’est tout naturellement qu’elles se sont regroupées au sein d’une association dénommée École Atemi Ju-Jitsu (EAJJ). Cette association rassemble des clubs de toute la France qui se reconnaissent dans notre ju-jitsu traditionnel. Elle est notre « regroupement national ».

Son assemblée générale annuelle se tient le samedi 13 octobre prochain à Paris.

Voir le site du Club Eric Pariset:http://www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

  • bjr eric ,j’espere que mon nom te dis encore quelque chose,plus precisement je suis du judo club de feurs.ou je t’avais invité pour plusieurs stages de ju jitsu.le destin a voulu que je cesse d enseigner et de pratiquer cet art martial que j’aime pour raisons medicales.mais je n’oublie rien de tout ce que j’ai vécu dans ce milieu sportif puisque je visite regulierement ton site.Je constate avec plaisir que tu es plus que jamais investi dans ce sport et je t’en felicite.voila ,je voulais te faire un petit salut amical .peut etre irais je te saluer cet ete a soulac..mais jusqu’a present je n’en avait plus le courage…trop de souvenirs.salut a toi eric…jean-marc de feurs 42.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.