Atemi-waza

Cette semaine, c’est un article technique qui est proposé.

La photo qui lui sert d’illustration présente la couverture d’un livre paru au milieu des années 1980. Comme son titre l’indique, il est consacré à l’une des trois composantes du ju-jitsu, à savoir l’atemi-waza, le travail des coups. Dans cette parution sont proposés des exercices appartenant à un domaine qui doit être traité à part égale avec les deux autres familles que sont le nage-waza, le travail des projections et le katame-waza, celui des contrôles. Pour le moment ce livre n’est plus disponible, une réédition est envisagée.

Il comporte des exercices de renforcements, des méthodes d’entraînement à pratiquer seul et avec un ou plusieurs partenaires, mais aussi un enchaînement appelé les « 16 atemis ». Une suite de ripostes en atémi répondant à des attaques portées également et exclusivement avec des coups : coups de poing, de pied, de genou, etc. Une des particularités de cet enchaînement réside dans le fait de proposer des ripostes compatibles avec les autres composantes du ju-jitsu, partant du principe que l’utilisation des coups dans notre discipline n’est pas une finalité, mais une manière d’y parvenir, puisqu’ils servent essentiellement à « fixer » et/ou à déséquilibrer l’adversaire. Cela implique plusieurs recommandations.

D’abord que la « garde » (la posture) soit très naturelle pour donner la possibilité d’enchaîner chaque technique avec une projection ou un contrôle en clef, ou étranglement. Une garde trop basse ralentira forcément les liaisons et interdira bon nombre de grandes projections. Et puis tout simplement nous devons être à même de réagir très vite à partir d’une position naturelle, celle de la vie de « tous les jours ». Ensuite, il est important de ne pas mettre toute l’énergie dans « le coup », puisqu’il n’est pas une finalité, celle-ci étant obtenue par une technique appartenant à l’une des deux autres familles.

Lors de l’exécution et des répétitions il faudra respecter une autre particularité, qui existe déjà dans le goshin-jitsu, celle de changer de place entre chaque technique, ce qui permet de se remettre à distance de façon harmonieuse. Certaines attaques et ripostes de l’enchaînement sont d’ailleurs inspirées du célèbre kata.

A la toute fin du livre sont proposés quatre exemples d’enchaînement avec clef, projection et étranglement, toujours dans le but d’illustrer la compatibilité entre les différentes composantes du ju-jitsu.

Pour résumer cet article et en guise de conclusion, j’insisterai sur le fait que l’atemi-waza a toujours appartenu au ju-jitsu (nous le trouvons même dans un ouvrage réalisé par le kodokan), qu’à ce titre il ne doit pas être négligé et même valorisé, et surtout travaillé dans des attitudes compatibles avec les autres composantes de notre discipline. Enfin, on apprend ces techniques de coups aussi bien pour se défendre que pour apprendre à s’en défendre, cela semble logique.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.