Bloc notes estival et de circonstances…

Bloc notes amère-acide
La rentrée « masquée », ou pas ?
Dans quelques semaines, ce sera la rentrée. Depuis le 11 juillet, la pratique des sports de combat est autorisée, mais il ne sera  pas facile de convaincre les élèves (et futurs élèves) qu’il n’existe aucun danger à s’affranchir du masque lors des entraînements qui se déroulent dans un espace clos, alors que l’objet  en question (le masque) va devenir obligatoire, même à l’extérieur pour des raisons de sécurité ! Que penser et que faire ? Sachant que cela parait difficile, si ce n’est impossible de pratiquer masqué.
Historique
Revenons sur cette  autorisation  effective, qui date du 11 juillet. Depuis la mi-mars et avec les vacances scolaires qui voient la fermeture de la plupart des clubs, ce sera au final presque six mois sans entraînement ! Ce n’est jamais arrivé depuis que le judo (le premier art martial asiatique introduit en France) existe dans notre pays, c’est-à-dire  au cœur des années 1930. C’est donc historique. Même durant les deux pandémies précédentes, la grippe asiatique de 1957 et celle de Hong-Kong en 1969, mais aussi la seconde guerre mondiale, avec toutes ses horreurs,  les activités continuaient, notamment les activités sportives. Pendant le second conflit mondial, non seulement les clubs de judo  existant restaient ouverts, mais il y en a même qui voyaient le jour. Ce fût le cas du « Club Français de Jiu-jitsu », un dojo mythique qui me tient particulièrement à cœur et pour cause, c’est là que mon père débutait  en 1947 et que j’ai porté mon premier kimono en 1958. Si ce dojo n’avait pas vu le jour, peut-être que c’est un autre destin que j’aurais connu, une autre activité professionnelle et finalement, avec un peu de chance, un métier qui n’aurait pas été sacrifié et massacré.
Mauvaise pioche
Enseigner les arts martiaux avec le statut de travailleur indépendant, voilà deux mauvais choix. Cependant, comme indiqué plus haut il s’agit d’une première, il fallait être un très grand devin pour savoir qu’une telle interdiction dévastatrice nous serait un jour imposée.
Violence
Toujours dans le même registre. Alors que l’on parle de violence physique, à juste titre, il ne faudrait pas ignorer une autre forme de violence, la violence psychologique et ses effets tout aussi dévastateurs. Seulement ils sont moins visibles, puisque c’est à l’intérieur que ca se passe.  Prenons un exemple (que je connais bien) : lorsque du jour au lendemain vous perdez votre outil de travail et par conséquent votre travail, qu’avec un statut d’indépendant vous ne bénéficiez pas du chômage et que les aides et dédommagements  sont ridicules, et bien, c’est d’une violence inouïe ! Il faut être bien éduqué mentalement pour ne pas être en proie à des réactions en phase avec ce que vous subissez et être combatif pour repartir tout seul à l’assaut. Ces dispositions psychologiques positives relèvent  des gènes, de l’éducation et d’une pratique des arts martiaux dans un environnement sain. Espérons  que nos disciplines, dotées de fortes valeurs éducatives et utiles à notre société bien malade, survivront  aux difficiles traitements imposés, et que la « deuxième vague » dont on nous parle â longueur de journée ne viendra pas leur donner le coup de grâce.
eric@pariset.net

Commentaires

  • Salut
    J’ai une pensée pour ta situation bien que je ne puisse pas faire grand chose je peux être à ton écoute. Je suis dispo quand tu veux.
    Bon courage à toi
    Amicalement
    Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.