Bloc-notes aigre-doux

IL N’Y A PAS DE PETITS PROFITS / JU-JITSU OU SELF-DEFENSE ? / DECEPTION / ZEN / STAGE.

Jeudi dernier, dans le journal l’Equipe, un article nous informait que les médaillés français aux derniers J.O. d’hiver allaient être imposés sur les primes perçues ! Cette décision inspire plusieurs remarques. D’abord, il n’en n’avait pas été de même pour les athlètes médaillés aux J.O. d’été à Rio en 2016. Ensuite, il s’agit de primes relativement modestes, compte tenu des performances qui sont le fruit d’années d’entraînement, d’efforts et de sacrifices. Et puis, dans le même article on apprend que ces athlètes de haut-niveau sont, en termes de revenus, en dessous du seuil de pauvreté, exception faite pour le plus connu d’entre eux. C’est un peu lamentable dans la mesure où si ces résultats leur apportent satisfaction et gloire, ces athlètes sont aussi (et surtout) de magnifiques ambassadeurs de notre pays. On peut conclure ce premier paragraphe en affirmant que décidement « il n’y a pas de petits profits ». A l’heure où j’écris ces lignes, il semblerait que devant la bronca suscitée par cette décision, un rétropédalage ait été effectué ! Tant mieux, mais rien que le fait d’avoir essayé n’est pas glorieux.

Avec le deuxième point nous revenons au ju-jitsu, à propos d’un sujet déjà abordé. Je suis toujours étonné lorsque je vois sur une affiche qui présente le programme d’un stage, que soient dissociés ju-jitsu et self-défense. Les associer pour signifier auprès de ceux qui ne connaissent pas notre discipline, qu’il s’agit de la même chose, cela se comprend, mais afficher ju-jitsu ET self-défense, sous-entendant que l’on pratiquera du ju-jitsu et ensuite de la self-défense (comme s’il s’agissait de deux éléments différents), n’est pas logique. Lorsque l’on fait du ju-jitsu on fait forcément de la self-défense ! Sauf pour l’aspect compétition, mais à ce moment là, ce n’est plus vraiment du ju-jitsu ! Constater que dans le même stage on pratiquera le goshin-jitsu puis de la self-défense est une sorte de pléonasme ; en effet, même si le goshin-jitsu est un kata, la traduction de ces deux mots signifie « technique de défense », c’est de cela qu’il est en effet composé.

Troisième point. Je suis toujours étonné que l’on puisse critiquer quelqu’un, tout en se réclamant de lui, lorsque ça arrange. Je ne citerai pas les expressions populaires, assez inélégantes mais très expressives, qui qualifient ce genre de comportement. On ne peut pas plaire à tout le monde, mais un peu de cohérence semblerait plus correct. Tout comme il est décevant de constater que, chez certains, la mémoire peut être parfois défaillante ou encore très sélective. Décidemment, l’ingratitude ne nous déçoit  jamais, c’est une valeur sûre !

On continue, mais avec de la douceur et de la sagesse, à propos d’un petit livre que je ne peux que vous recommander. Il s’agit de « Zen » (tout simplement) ; l’auteur s’appelle Maxence Fermine. Voici quelques lignes figurant sur la quatrième de couverture : « Ne plus courir. Apprendre à vivre et à observer. Devenir immobile. Et contempler ce qui nous entoure. Avec un ravissement toujours plus grand. Voilà le début du zen. » Un art, celui de vivre apaisé, en relativisant les épreuves de la vie (et il y a de quoi faire), en se satisfaisant des éléments en notre possession et en les magnifiant.

Enfin, on termine de manière très sympathique. En effet, samedi prochain je retrouverai un groupe de « fidèles  ju-jitsukas » avec le premier stage de la saison qui se déroulera à Paris, plus précisément à Montreuil. Ce sera aussi l’occasion, je l’espère, de faire de nouvelles connaissances (il est encore temps pour se décider).

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.