Casse-tête

Nous sommes en début de saison et pour certains c’est le moment de commencer la pratique d’un art martial. Il n’est pas toujours facile de choisir une discipline. L’offre est très variée. Il existe de nombreux arts martiaux et de plus, au sein de chaque discipline existent beaucoup d’écoles, avec certaines spécificités, quand il ne s’agit pas de grosses différences. Avec le ju-jitsu, nous sommes particulièrement concernés.
Trouver la discipline qui correspond vraiment à ses propres aspirations et trouver un professeur compétent ; la tâche est n’est pas toujours simple. 
Quoi qu’il en soit, avant de se décider, il faut essayer. Certes, il ne sera pas possible de cerner une discipline en une séance, mais une première impression se dégagera, au niveau de l’ambiance générale, déjà.
Deuxième interrogation : savoir ce que l’on recherche dans la pratique d’un art martial. Pour la self-défense, certaines disciplines sont plus adaptées. Donc, il ne faut pas se tromper de voie. Il est vrai qu’à la base, toutes les disciplines martiales ont été élaborées dans le but de pouvoir se protéger et porter secours. Mais force est de constater que des orientations ultra-sportives ont été développées et négligent l’aspect utilitaire.
Troisième point : la compétence du professeur. Il y a la compétence technique, mais aussi la compétence pédagogique. Pour  ce deuxième point, c’est assez facile à constater. Si au bout d’une heure, on n’a rien compris et que l’on s’est ennuyé, il y a peut-être un problème. Maintenant les compétences techniques – pour un novice – sont plus difficiles à évaluer. La qualité d’un professeur se juge malgré tout au nombre d’adhérents dans la durée. On ne peut pas faire illusion plusieurs années auprès d’un grand nombre d’élèves, sinon auprès d’un groupe  confidentiel.  Certes, beaucoup d’élèves souhaiteraient un très bon professeur avec très peu d’élèves. Mais c’est souvent difficilement compatible. Il est d’usage d’utiliser la comparaison avec un restaurant quasiment désert un samedi soir ; méfiance !
Maintenant, faire son choix en fonction des commentaires laissés sur Internet peut s’avérer hasardeux, puisque malheureusement il s’agit parfois d’appréciations et de critiques dictées par des règlements de compte (une ceinture refusée) ou par la jalousie et là, même le milieu des arts martiaux n’y échappe pas et le code d’honneur n’y est pas toujours respecté, quelquefois. En l’occurrence le courage.
En conclusion, l’idéal est de rejoindre une relation qui fréquente déjà un club depuis de nombreuses années et qui en est satisfaite. Sinon, il faut : d’abord se déplacer et ne pas avoir peur de demander à faire un essai, même deux. Ensuite, après la séance, parler avec les autres élèves. Puis, faire un petit bilan de son premier entraînement et analyser ce que l’on ressent à chaud et s’assurer – c’est quand même essentiel – que le contenu technique travaillé correspond globalement à ce que l’on recherche.
Bonne pratique et bonne saison 2011/2012

Site du club Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.