D comme mes Dojos préférés (troisième) le Stade Français

Le Dojo du Stade Français

Après avoir évoqué la Rue des Martyrs et le Central au cours des semaines précédentes, aujourd’hui je propose le troisième et dernier volet consacré à la lettre D, comme Dojos, ceux qui m’ont laissé les meilleurs souvenirs.

Nous sommes dans le 16ème arrondissement, près de la Porte de Saint-Cloud. Le complexe sportif Géo André, l’un des sites du Stade Français, propose des cours de tennis et de squash, entre autres activités, et un dojo depuis la fin des années 1970. La prestigieuse institution, créée en 1883 un an après le non moins réputé Racing Club de France, à une époque où l’on assistait à un formidable élan sportif dans notre pays, avait décidé d’accueillir le judo. En la personne d’Henri Courtine cette section s’offrait un président de renommée mondiale, mais aussi, avec Kyoshi Murakami, un professeur et un technicien exceptionnel, issu de la fameuse université de Tenri. Il dispensait deux cours d’ adultes par semaine. Les autres séances ainsi que les cours pour les enfants étaient donnés (et le sont encore) par Raymond-Yves Caraishi, un homme que j’apprécie tout particulièrement ; nous nous étions connus au Bataillon de Joinville en 1973.

La structure est totalement différente de celles des deux précédents dojos. D’abord de par l’environnement ; nous sommes dans un quartier aux larges avenues et aux immeubles bourgeois qui tranchent avec les rues étroites et les immeubles anciens de la rue des Martyrs et du Faubourg Saint-Denis. Concernant le dojo, il s’agit d’un vaste local aux grandes baies vitrées qui donnent directement sur de la verdure. Le site Géo André étant doté d’une petite piste d’athlétisme avec en son milieu une magnifique pelouse.

Personnellement entre les années 1979 et 1984, j’y avais pris ma licence sportive et durant cette période j’ai participé aux compétitions en individuel et par équipes. Malgré une activité professionnelle débordante, avec la gestion du club de la rue des Martyrs, les stages et les démonstrations de ju-jitsu en France et en Europe, les publications d’ouvrages techniques, les participations aux réunions fédérales, je venais m’entraîner chaque mercredi soir, une séance qui s’ajoutait aux deux autres que je m’imposais rue des Martyrs. Malgré cet emploi du temps « légèrement » chargé et pour mon plus grand plaisir, j’ai réussi à m’exprimer jusqu’au niveau national en judo. Mon année la plus faste a été 1983. J’avais remporté l’inter-région Ile-de-France Ouest, mais malheureusement, j’ai été arrêté dans mon élan trois jours avant le championnat de France, pour cause de déchirure intercostale. Par équipes nous avions atteint une finale de championnats de France « excellence ».

Une fois mon 5ème dan acquis en 1985, j’ai ralenti l’entrainement personnel, il y a un âge pour tout ; et puis, mes activités professionnelles et celles liées à la croisade pour le ju-jitsu ne faiblissaient pas. Je n’ai donc plus fréquenté ce dojo pendant plusieurs années, mais j’y suis retourné en 1991, cette fois pour créer une section ju-jitsu que j’ai animée jusqu’en 1994. A cette époque, Monsieur Courtine terminait sa carrière en dirigeant le CREPS de Boulouris dans le Var ; c’est Maurice Gruel, autre personnage légendaire du judo français, qui présidait la section judo-ju-jitsu. C’est dans ces années que j’ai pu, en parallèle des cours de ju-jitsu que je dispensais, profiter de l’enseignement de Guy Pelletier qui avait repris les cours de judo suite au retour de Murakami dans son pays natal. Ainsi j’ajoutais un autre enseignant exceptionnel à la liste de ceux qui m’ont fait profiter de leur savoir.

Ce n’est pas à cause des matchs du PSG qui se déroulaient, juste à coté, au Parc de Princes que j’ai aimé cet endroit. Plus sérieusement il existe trois raisons à cela. D’abord pour les équipes dirigeantes qui se sont succédées et les autres enseignants avec qui j’avais de vraies affinités sur les valeurs attachées au judo et au ju-jitsu. Ensuite, c’est sous cette bannière que je me suis exprimé le mieux en compétition de judo et enfin, mettre en place une nouvelle section et dispenser des cours dans ce lieu aura été un grand honneur et un réel plaisir, c’est ce qui s’est passé avec le groupe de ju-jitsukas.

En 1994, partant pour d’autres aventures (toujours dans les arts martiaux, bien sûr), ce n’est pas sans un pincement au cœur que j’ai quitté ce bel endroit et que j’ai confié ce collectif convaincu par le ju-jitsu à Laurent Rabillon, un de mes anciens élèves. Quelques échos indirects me font penser que la section continue son chemin.

Ainsi s’achève la lette D de mon dictionnaire personnel. Dans la version proposée sur ce blog, j’ai abordé mes trois dojos de cœur, ceux qui m’ont touché personnellement. Malheureusement sur les trois il y a en a deux qui n’existent plus, quant au troisième je n’ai que très peu de nouvelles. A l’occasion de la publication d’un ouvrage plus étoffé, j’évoquerai tous ceux que j’ai dirigés et dans lesquels j’ai enseigné.

eric@pariset.net          www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

  • Merci Eric de nous rappeler de façon aussi précise les souvenirs de notre jeunesse. Henri COURTINE et Bernard PARISET m’ont beaucoup donné, beaucoup appris. Guy PELLETIER reste mon Maître à jamais. Tu as toi-même grandi dans leur ombre de géant, et tu occupes maintenant avec dignité et mérite une place méritée en haut de la pyramide des valeurs du judo-Jujutsu
    Bien amicalement à toi
    Jean-Claude BRONDANI

  • Merci Jean-Claude pour ce commentaire. Plus j’avance en âge, plus je me dis que j’ai vraiment eu une chance extraordinaire de profiter de l’enseignement des professeurs que tu cites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.