Déjà une semaine…

IMG_0982Sans nul doute que la soirée du 30 juin restera gravée dans les mémoires, en tout cas, dans la mienne. Que rajouter après ? Excuser sincèrement les absents et leur dire qu’ils ont raté un grand moment. Beaucoup de sentiments étaient mêlés. Nous avons été du rire aux larmes.

Cela avait commencé doucement dans la fraîcheur relative du dojo. Puis, très vite par manque de place, il a fallu sortir les tables et affronter le four que représentait le passage. Le fameux passage !

D’abord, ce sont les parents accompagnés des « petits samouraïs » qui nous ont rendu visite. Puis, la nature organisant bien les choses, les adultes sont arrivés dans la seconde partie de cette réunion. Question ravitaillement, c’était l’opulence. Plus l’on mangeait plus les tables se garnissaient. Question liquide, idem, et avec la chaleur, qui n’était pas que dans les cœurs, il n’y avait aucun regret à avoir imposé des rafraîchissements non alcoolisés.

Il y eut un grand moment lorsqu’Olivier Beyrand, le « doyen » de mes élèves (en ancienneté de pratique), se fit leur porte-parole et leur représentant pour m’offrir une magnifique ceinture rouge et blanche, ornée d’un cöté de mon nom en français, ju-jitsu en idéogramme japonais et de l’autre côté d’une citation : « Tomber sept fois, se relever huit », traduit en japonais. Et puis, dans un sous-verre, la même citation, mais en idéogramme. Deux beaux présents, au message direct, qui m’ont beaucoup touché.

S’en est suivi un petit discours improvisé dans lequel je me suis permis d’insister sur trois points. D’abord celui d’avoir toujours voulu proposer, dans ce dojo, comme dans les autres,  un enseignement dans lequel la violence n’avait pas sa place. Ensuite faire en sorte que l’aspect école prenne le pas sur un simple lieu d’entraînement. Enfin, insister sur le fait que la confiance en l’avenir était de mise.

Après cela, ce fut le moment des dédicaces en guise de souvenir. Un exercice toujours bien agréable et très sympathique, durant lequel la douleur à l’épaule ne s’est fait pas ressentir !

En regardant la photo de groupe prise vers la fin de cette soirée, je fais le constat qu’au sein de notre dojo et rien que pour la « section adulte », ce sont trois générations qui suivaient le même enseignement. De 18 ans à un âge que je n’évoquerai pas par respect pour ceux qui le porte ! Ce n’est pas la moindre de mes fiertés.

Pour clore cette belle soirée, les moins raisonnables ont retrouvé très facilement le chemin d’un lieu qu’ils connaissent bien et dans lequel coulait une boisson au gout amer irremplaçable !

Bel été à toutes et à tous !

P.S. Que ce soit par mails, sur Facebook, directement par téléphone ou bien sur place de très nombreux messages m’ont été adressés. Il serait hypocrite de prétendre que l’on y est insensible. Ce qui me frappe et me touche tout particulièrement, c’est lorsque l’on me confie que la pratique du ju-jitsu n’a pas eu comme influence positive les seuls bienfaits techniques et physiques, mais que, pour certains, cela a eu un effet positif dans leur vie…tout simplement.

www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.