E comme Enchaînement (2ème partie)

Comme promis voici le deuxième des trois volets consacrés à la lettre E de mon dictionnaire des arts martiaux. C’est le mot enchaînement que j’avais retenu ; les lignes qui suivent sont la continuité de celles parues il y a deux semaines sur ce blog. Aujourd’hui c’est l’histoire de l’enchaînement le plus connu que j’ai eu le plaisir de réaliser qui est proposée, je veux parler des « 16 techniques ».

Les « 16 techniques » ont été créées pour les besoins d’une démonstration présentée à l’occasion des championnats du Monde de judo féminin qui se déroulaient à Paris en 1982. A l’époque les championnats masculins et féminins étaient dissociés.

Pour un nombre important d’élèves, j’enseignais déjà le ju-jitsu depuis presque dix années dans le dojo parisien de la rue des Martyrs ; puis grâce au pouvoir de persuasion de mon père, la fédération de judo se décida à (re)mettre en valeur cet art martial au niveau national. La méthode « atemi-ju-jitsu » était déjà créée, il restait à la diffuser par différents moyens parmi lesquels il y avait les démonstrations. On m’avait confié en grande partie la responsabilité de ce secteur et notamment celle de présenter une prestation dans laquelle le rôle de Tori (celui qui fait « le gentil ») serait tenu par une femme, puisqu’il s’agissait de démontrer le ju-jitsu lors du rendez-vous mondial évoqué plus haut. J’avais parmi mes élèves une personne qui possédait les qualités requises ; elle s’appelait Marie-France Léglise. Pour l’occasion, j’avais endossé le rôle d’Uke (celui qui subit, « le méchant »). Il est utile de rappeler que dans l’étude et la pratique des arts martiaux, les rôles de Tori et d’Uke sont d’importance égale : sans Uke, pas de Tori (le contraire s’impose aussi).

Donc, j’avais mis au point une démonstration en deux parties. Une première « très technique », une seconde plus dynamique, en « guise de final ».

En première partie étaient démontrées des techniques de défense, d’abord au ralenti puis à vitesse réelle. Nous proposions plusieurs situations d’agressions face auxquelles étaient présentées une variété importante de schémas de ripostes, de composantes et de techniques.

La deuxième et dernière partie était une sorte de « cascade» d’attaques et de défenses dans laquelle les mouvements choisis étaient aussi importants que la vitesse à laquelle ils devaient être exécutés et enchaînés. J’avais retenu deux critères essentiels : la diversité, bien sûr, mais aussi faire en sorte qu’il y ait le moins de perte de temps possible entre chaque mouvement et pour cela il fallait éviter les déplacements trop importants.

Très vite, cette fin de démonstration a été retenue pour devenir les « 16 techniques » et a été inclue dans les programmes de grades. Cela en faisait aussi une excellente méthode d’entraînement. Une simple analyse montrerait que par l’intermédiaire de ces grandes techniques sont démontrés aussi les principes de non-opposition, d’utilisation de la force de l’adversaire ainsi que des principes mécaniques de bascules et de suppression de point d’appui, bref, un ju-jitsu fidèle à son histoire et à ses fondamentaux.

Dans le troisième et dernier article, je proposerai un résumé des autres créations.

L’enchaînement dont il a été question aujourd’hui étant le plus important, il m’a paru indispensable de lui consacrer une page entière.

eric@pariset.net     www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.