En 3 D. Déception, décision, démission !

img072Il y a les décisions que l’on prend en fonction de nos préférences, face à plusieurs possibilités ou propositions, parfois même selon notre humeur, et puis il y à celles qui s’imposent à nous, bonnes ou mauvaises, nous n’avons pas le choix ou du moins il n’y en a qu’un. Ce fut le cas dernièrement. En effet, j’ai du présenter ma démission de toutes mes fonctions – notamment celle de directeur technique – au sein de l’Ecole atemi ju-jitsu, association plus connue sous le sigle E.A.J.J.

Pourquoi une telle décision ? Pour quelques raisons ?

D’abord pour des raisons personnelles et professionnelles. (Me concernant, les deux ayant toujours été largement liées.) Ces dernières années, des obstacles très fatigants à franchir et beaucoup de problèmes difficiles à régler m’ont occupé plus que de raison, professionnellement parlant. Ils ont eu forcément une influence négative sur ma vie personnelle. Tout cela a engendré une impossibilité « mécanique » totale à pouvoir assumer mes fonctions au sein de l’EAJJ et cela depuis l’année 2010.

Ce n’est pas de gaité de cœur que j’ai du renoncer à cette tâche, dans la mesure où j’avais été à l’origine de ce regroupement en 2001, lui-même issu d’un combat de longue haleine pour la sauvegarde d’une forme de ju-jitsu que j’avais à cœur de défendre et voir se développer. Mais en revanche, il est des moments où l’obligation de dégager les priorités s’impose. Ce qui touche à l’outil de travail et au travail en est une, nous le constatons chaque jour depuis quelque temps dans notre pays.

En parfaite cohérence avec la situation dont j’étais la principale victime, j’avais proposé en son temps (en 2010) ma démission de la fonction de directeur technique de l’EAJJ. Le président ne la souhaitait pas, pensant que mes problèmes finiraient par trouver une solution, ce qui n’a malheureusement pas été le cas, du moins il a fallu plus de temps que l’on ne pouvait l’espérer.

Aujourd’hui, les soucis parisiens ont trouvé une issue satisfaisante, mais d’autres défis venus d’impératifs professionnels sont à relever et demandent une disponibilité qui n’est pas compatible avec la direction technique de l’EAJJ. Je ne veux pas m’engager pour une cause qui demande un investissement que je ne suis pas certain de pouvoir assumer.

Et puis, durant mon indisponibilité, l’association a (heureusement) continué à fonctionner, mais j’ai alors observé que certaines orientations et décisions prises ne retenaient pas mon adhésion. Enfin, il y eu le triste constat d’une absence de soutien et d’un manque de reconnaissance durant les mois qui précédèrent la décision. Cela n’a fait que rendre incontournable la décision qui a été la mienne !

Quoiqu’il en soit, le choix est fait, la vie continue, le ju-jitsu et l’E.A.J.J. aussi. Cela n’exclura pas les possibilités de retrouver de fidèles ju-jitsukas sur les tatamis de France et d’ailleurs et peut-être même de bâtir d’autres projets.

Bel été à tous !

Site ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.