Encore un pont !

Samedi dernier était organisé un passage de grades EAJJ/FEKAMT à Paris. Sept candidats, cinq pour le 1er dan et deux pour le 2e, nous ont offert de belles prestations techniques. Résultats, sept reçus au grade supérieur. Concernant notre club, il compte désormais quatre nouvelles ceintures noires. Carine Polombo, Bastien Chanot, Mark Eacersall et Matthieu Gray auront l’honneur de porter cette ceinture emblématique. Les trois autres promus appartiennent au « club ami » de Drancy, dans lequel enseigne Pierre Tournet.
On a beaucoup écrit sur cette fameuse ceinture noire, notamment sur ce blog. Mais ne boudons pas notre plaisir en y rajoutant quelques lignes. En insistant peut-être sur le fait que l’accession à cette distinction n’est pas que le résultat d’un passage ponctuel, mais aussi celui de nombreuses heures d’entraînement et d’inlassables répétitions. Vous me direz que c’est une évidence ; sans travail, pas de résultat. Sans aucun doute, je ne soutiendrai pas le contraire. Mais justement, pour arriver à ce résultat, cela passe par un sacrifice en matière d’emploi du temps, tout du moins durant plusieurs mois avant la date fatidique. Un grade « compétition », comme il en existe en judo, se prépare à l’occasion des entraînements. Donc, pas de travail supplémentaire, si ce n’est de la régularité. C’est d’ailleurs dommage de franchir ces échelons – que le fondateur du judo voulait qu’ils soient la représentation de l’esprit, de la technique et du corps (Shin-Gi-Tai) – en se limitant aux performances essentiellement physiques. Mais revenons aux efforts qu’il faut consentir pour préparer notre ceinture noire (et la réussir). D’abord, il faut être arrivé à la ceinture marron, c’est-à-dire avoir pratiqué la même discipline plusieurs années durant, ce qui à notre époque est de plus en plus rare. Ensuite, il faut chercher un partenaire, le trouver, faire en sorte qu’il y ait des points communs, pas simplement sur le gabarit, mais aussi sur les emplois du temps respectifs. Etre prêt à sacrifier des grasses matinées, des soirées festives ou tout simplement familiales. S’astreindre à une régularité ainsi qu’à des efforts de mémorisation, de répétitions de chutes, d’imagination, etc. À partir de ce moment, une importante partie du grade est méritée et pour ainsi dire acquise. Reste l’autre, qui sera réussie le jour J, pour peu que le mental soit présent et qu’un malheureux grain de sable ne vienne pas enrayer la belle mécanique.
Le club a connu une belle semaine, elle s’annonçait relativement calme, pour cause de pont du 8 mai, et pourtant, un stage complet vendredi matin et un « carton plein » samedi après-midi ! Enfin, pour finir, un nouveau record en matière de personnes atteintes sur Facebook après la publication des résultats de samedi ! Vive les ponts !
Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.