Haut niveau et traumatismes

unnamed (19)Dernièrement plusieurs articles ont été consacrés aux risques de traumatismes liés aux sports de haut niveau dans des disciplines de contact. Notamment, le journal Le Monde dans son édition du 5 octobre, au titre évocateur : « La grande broyeuse », à propos du nombre croissant de blessures lors de la Coupe du monde de rugby, mais surtout de la gravité de ces blessures. Le 22 septembre sur Europe 1, une chronique médicale se faisait le relais d’un sujet qui mettait en avant les risques liés à la répétition des chocs au niveau de la tête. Ces risques et ces accidents ont toujours existé, en l’occurrence dans les sports dits de « contact », et pas seulement dans les disciplines de combat. Le rugby et bien sûr le football américain ne sont pas épargnés. Mais pourquoi, statistiques à l’appui, assistons-nous à une telle progression de graves traumatismes ? Certes, il y a un nombre croissant de pratiquants, mais ce n’est pas le sport amateur qui affole les compteurs. Non, selon les analystes, il faudrait tout simplement aller chercher du côté de la professionnalisation de certains sports. Celle-ci rendant les obligations de résultat plus importantes, tout simplement, étant entourés d’enjeux financiers considérables, qui parfois les dépassent, les athlètes sont soumis à une pression que l’on pourrait qualifier d’inhumaine, rendant les matchs ou les combats d’une âpreté du même nom. Et puis, l’on parle des matchs, durant lesquels la majorité des blessures surviennent, mais il ne faut pas oublier que ces accidents sont parfois et même souvent la conséquence d’entraînements beaucoup trop intensifs.

Cette pression, on la doit, une fois de plus, à des enjeux financiers, dictés par des personnes qui, elles, ne sont pas sur le terrain et qui connaîtront une meilleure vieillesse que ceux qu’ils ont poussés outrageusement dans l’arène.

Il ne faut pas oublier que l’une des définitions de l’activité physique est la suivante : « Le sport améliore l’homme » ! En sommes-nous convaincus à la lecture d’un commentaire du président de Provale (syndicat des joueurs de rugby du championnat de France), Robins Tchale-Watchou, (dans l’article du Monde) : « Quand tu n’as plus de cartilage aux deux genoux, tu ne peux même pas faire un tour de vélo avec tes gamins, tout ton quotidien change. » Je suis assez bien placé pour approuver cette analyse. Bien qu’à mon époque la pratique était davantage « civilisée », les contraintes n’étaient pas les mêmes. Imaginons les athlètes d’aujourd’hui, dans quelques décennies, notamment ceux que l’on met dans les cages !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.