Jeanne Lieberman

https://www.facebook.com/194210463958714/posts/2267815486598191?sfns=mo

 

La vidéo, ci-jointe, qui présente Jeanne Lieberman en 1976, alors âgée de quatre vingt cinq ans, en compagnie de son groupe de fidèles élèves, toutes d’âge très respectable, a suscité un grand intérêt sur les réseaux sociaux ; cela m’a donné l’envie d’ajouter quelques informations et commentaires personnels, dans la mesure où cette femme singulière a été l’élève de mon père au dojo de la rue des Martyrs. Il lui avait remis une ceinture noire qui n’était pas qu’honorifique dans la mesure où l’on applique les vraies valeurs du grade, à savoir : « shin-ghi-tai » (l’esprit, la technique, le corps) ; l’esprit primant sur la technique et le physique. Ce qui, soit dit en passant, n’est plus vraiment pris en compte, alors qu’il s’agit d’une précieuse spécificité des arts martiaux ; nous aurions presque tendance à inverser l’ordre de ces qualificatifs, avec un développement souvent hyper-sportif.

Avant d’évoquer Jeanne Lieberman dans les quelques lignes qui suivent et à l’aide de quelques souvenirs personnels, on peut faire un commentaire sur cette vidéo en notant qu’à l’époque on ne s’embarrassait pas avec la recherche d’une salle vraiment adaptée à nos pratiques, puisque c’était tout simplement dans son appartement que se déroulaient les leçons, nous étions à une autre époque ; une époque où les réglementations (aujourd’hui de plus en plus strictes) n’avaient pas tendance à corseter les initiatives.

Jeanne Liebermann a donc fréquenté le célèbre dojo parisien de la Rue des Martyrs (qui n’y a pas mis au moins une fois les pieds ?), c’était dans les années 1950. Mon père dirigeait le club tout en se forgeant un palmarès exceptionnel sur les tatamis du monde entier. En plus de suivre ses cours Jeanne Liebermann ne manquait pas de lui prodiguer de nombreux conseils d’hygiène de vie, de diététique, de préparation mentale, etc. Elle lui prodiguait aussi de simples conseils de bon sens favorisant une bonne gestion de l’énergie, comme : « simplifiez-vous la vie !», ces quelques mots sont empreints d’une évidence trop souvent négligée.

Elle se réclamait aussi d’un certain pouvoir de prédiction. On m’a rapporté qu’en se penchant sur mon berceau elle avait conseillé à mes parents de me prénommer Jean, que cela me porterait bonheur. Ils n’ont pas suivi le conseil…Le choix définitif ayant déjà été fait, malgré tout c’est en second prénom que « Jean » m’a été attribué, ce qui n’a pas manqué d’émouvoir une tante répondant au petit nom de Jeanne et qui a cru que c’était en pensant à elle qu’avait été fait ce choix ; nous ne l’avons jamais contrariée.

Malgré tout, ses prévisions n’atteignaient pas 100 % de fiabilité, puisqu’elle avait prédit que je serais tellement intelligent que je mourrais d’une méningite ; tout le monde peut se tromper !

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Le blog : ericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.