Ju-jitsu et réflexions

Le premier stage de la saison que j’ai eu le plaisir de diriger samedi dernier en région parisienne m’aura permis de retrouver des fidèles élèves et de faire la connaissance de nouveaux visages ; il m’aura aussi donné l’occasion de pouvoir discuter avec des professeurs confrontés à différents problèmes et obstacles dans leur désir de développer la forme de ju-jitsu traditionnel à but non compétitif que j’ai l’honneur d’enseigner depuis des décennies.

Loin de moi l’idée de critiquer ceux qui pratiquent l’aspect « figting-system » d’une discipline que l’on ne peut, dans cette forme, appeler ju-jitsu. S’ils s’expriment dans cette forme de travail, très bien. Cependant ce n’est plus vraiment du ju-jitsu ; celui-ci étant un art de combat destiné à mettre hors d’état de nuire un agresseur ; or la compétition conduit à restreindre le nombre de techniques utilisées en retirant celles jugées trop dangereuses (heureusement), donc les plus efficaces. L’objectif initial tendant à maitriser un adversaire est spolié, puisque les pratiquants sont privés de la substantielle moelle de l’art martial.

Ce constat est d’autant plus regrettable que beaucoup de clubs limitent d’emblée l’apprentissage du ju-jitsu aux seules techniques autorisées en compétition (toujours la « championnite aigüe ») . Le ju-jitsu enseigné et pratiqué ainsi ne peut plus être considéré comme une méthode de défense, mais comme un sport n’attirant que les personnes intéressées par le combat, de ce fait, celles qui désirent apprendre à se défendre se dirigent tout naturellement vers des méthodes affichant clairement leur objectif.

Le ju-jitsu est déjà le « parent pauvre » de la fédération qui en a la gestion officielle ; si l’on ajoute à cette constatation que l’aspect principalement développé est celui du combat, il n’est pas étonnant que les professeurs désirant enseigner un ju-jitsu ressentent un manque évident de moyens.

Cependant, comme dans beaucoup de domaines, la persévérance pour une cause que l’on estime juste est encore la meilleure façon d’aboutir. Je n’ai pas manqué de l’indiquer à mes interlocuteurs.

Il n’empêche que la tâche serait plus facile si une grande fédération disposant de puissants moyens de communication prenait en charge le développement d’une forme de pratique qui forcément trouverait son public : à savoir des personnes souhaitant pratiquer une méthode évolutive et accessible à tous les âges, à toutes les conditions physiques, permettant d’apprendre à se défendre grâce à des techniques efficaces et qui de surcroit apportent le plaisir d’évoluer, le tout dans une ambiance saine et non violente facilitant un épanouissement physique et mental !

Une telle analyse, qui n’est pas la première de ma part, n’a pas pour objectif de critiquer pour critiquer, mais elle est l’émanation d’une déception face à ce que j’appellerai un beau gâchis. D’autant plus que cette forme originelle de ju-jitsu est compatible, complémentaire et indissociable historiquement du judo. A méditer, sur le fait que le problème est peut-être justement là !

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.