Ju-jitsu : ne-waza

Il y a deux secteurs principaux dans le combat : le travail debout et le travail au sol. Ils sont composés de trois groupes de techniques : les coups, les projections et les contrôles.
Davantage de coups et de projections vont se retrouver debout, de même que le travail au sol sera principalement composé de contrôles. Mais il existe aussi des clefs pratiquées en position debout et les coups peuvent être utilisés au sol (en situation de défense uniquement. Cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant). Le kime-no-kata illustre tout à fait ce propos.
Le travail au sol ne devra pas être négligé et cela pour plusieurs raisons.
Tout d’abord est-il concevable de l’ignorer sur le plan purement utilitaire. Qui pourrait prétendre qu’il ne sera jamais amené à se défendre après avoir perdu l’équilibre et s’être retrouvé à terre, par exemple. Ensuite sa pratique pourra s’inscrire incontestablement dans la durée ; il requiert une bonne condition physique, mais la vitesse d’exécution est beaucoup moins déterminante que debout. Ainsi, il permet encore plus que dans les autres secteurs d’établir une stratégie.  De là découle un véritable plaisir de l’esprit.
Ces dernières années beaucoup de disciplines ont inclus du ne-waza dans leurs programmes d’enseignements, empruntant ce qui a toujours constitué une partie du patrimoine technique du ju-jitsu. Nous ne pouvons qu’en être très fiers, mais il est toujours bon de rétablir la vérité en faisant connaître les vraies origines.
Le prochain vendredi à thème du 20 janvier sera consacré à ce domaine aussi passionnant qu’incontournable.

Commentaires

  • Tombé par hasard sur l’article… que j’ai trouvé bien écrit, bien sûr, mais surtout très bien pensé pour une synthèse efficace et claire !

    Amicalement,
    Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.