Le Golfe Bleu

img014En cette période estivale, ceux qui en ont la possibilité vont quitter la ville et profiter de vacances vraisemblablement bien méritées ! Pour les pratiquants d’une activité physique régulière, il y a plusieurs options. La première consiste à délaisser temporairement la discipline principale au profit d’une autre. Deuxième possibilité, on opte de façon radicale pour le total farniente. Troisième choix, réservé à la « fraction dure » : il consiste à profiter de cette période pour s’entraîner encore plus intensément ! Cet été, cela sera le cas pour les Soulacais d’une semaine !
Le stage de Soulac n’est pas unique en son genre et depuis les années 50, d’illustres rassemblements estivaux ont eu leurs heures de gloires dans les arts martiaux. Parmi ceux-là, il y en a un qui me tient particulièrement à cœur. Il s’agit du stage de judo du « Golfe bleu » à Beauvallon-sur-Mer, dans le Var, juste en face du célèbre village de Saint-Tropez ! Pas uniquement pour ce lieu enchanteur qui, il est vrai, l’était bien plus encore au début de l’histoire de ce stage, mais tout simplement pour ce qu’il représentait pour moi.
J’ai voulu, le temps d’un édito de fin de saison, faire revivre ce rassemblement mythique. Certes, il s’agit de souvenirs personnels, mais qui sont en liaison directe avec ce que l’on peut appeler un monument de l’histoire des arts martiaux.
À l’initiative de Gérard et Armande Néél, couple de professeurs de judo au fort tempérament, fut ouvert à 300 mètres de la mer, au milieu d’une forêt de mimosas, de chênes-lièges et de pins parasol, un centre de vacances. Précurseurs du Club-Med, ce couple avait comme projet de rassembler les pratiquants de judo et leur famille une semaine ou plus, le centre fonctionnant de début juin à fin septembre ! Au début, l’hébergement – quelque peu spartiate – se faisait dans des paillottes avec de la terre battue comme revêtement de sol ! Un tatami, protégé par un toit mais ouvert sur les côtés, se trouvait au centre du village de vacances. Deux heures de techniques tous les matins et… deux heures de randoris toutes les fins d’après-midi. Pour encadrer tout cela, ce sont les meilleurs champions qui sont passés par ce lieu, ceci jusqu’à la fermeture du centre à la fin des années 80 ! Mais c’est la période de lancement de cette aventure qui est assez fascinante et qui me laisse tant de souvenirs. En effet, mon père faisait partie de l’encadrement des premières années, avec bien-sûr son « alter-ego » Henri Courtine et le fameux géant hollandais Anton Geesink. Le centre recevait ainsi les judokas de toute l’Europe, et parfois également d’autres parties du monde, et même des équipes nationales. Tout ce beau monde se rendait dans ce lieu unique et une ceinture jaune pouvait faire le combat de sa vie avec un Champion du monde. Pour ma part et à l’âge qui était le mien, il ne s’agissait pas d’entraînement, mais tout simplement d’un endroit, ou pendant une petite dizaine d’années, j’ai vécu, de juin à septembre (à l’époque la rentrée des classes se faisait le 21 septembre) des vacances que je peux classer parmi les plus beaux moments de ma vie. Elles m’ont permis d’assister à des combats d’entraînements d’anthologie, de côtoyer les sommités du judo et des arts martiaux, de créer des amitiés indéfectibles et de faire de cette région ma région de cœur.
Aujourd’hui, un célèbre promoteur a mis fin à la colline magique. Seul rescapé, le restaurant-plage Le Pingouin bleu, tenu par Pierrot, le fils de la famille. Si un jour vous passez par là, n’hésitez pas, vous serez bien accueillis et vous serez à un « tsugi-ashi » d’un lieu chargé d’une histoire comme on n’en connaîtra plus !

Voir le site du Club Eric Pariset:http://www.jujitsuericpariset.com

 

Commentaires

  • Quel plaisir de tomber sur un commentaire concernat le golf bleu que j’ai connu en 1969 à l’occasion d’un stage de judo – Je crois avoir été l’un des premiers de l’ile de la reunion a venir me faire secouer les aprés midi par des stagiares de haut niveau se préparant à de grandes rencontres – Les entrainements du matin etaient consacrés à la technique !! Bref ces vacances ‘ studieuses » sont rstées pour moi l’un des meilleurs moments de ma vie !Dureste Mon meilleur ami que j’ai conny au club ; (dont le fils est mon filleul) s’appelle LOULOU connu de tout Beauvallon de l’époque car c’était le seul  »NOIR » DU CLUB AVEC UN SOLEX – § Lui était pongiste ! Bien amicalemnt àtous et encore Merci pour votre petit récit sur ce club mythique !! J’ai eu l’honneur de recevoir une attestation de stage signée de Maitre PARISET qui est dureste venu à La Reunion en 72 je crois !!

  • loin du judo j’ai connu le golf bleu en 1985 pour un séjour gagné dans un concours de tarot. J’ai conservé le meilleur souvenir de l’accueil et des animations. même les paillottes étaient un super dépaisement. j’aurais aimé que mes enfants puissent connaitre! merci à ceux qui en assuraient le fonctionnement.

  • Cherchant des nouvelles de Golfe Bleu je suis tombée sur ce site. Merveilleux! Et triste de savoir que le club n’existe plus. J’y suis venue pour jouer le volleyball au début des années 80, je suis revenue et l’été de 1982 j’y ai même travaillé, dans le bar. Ma derniére visite a du être l’été de 1983. Mes souvenirs des paillotes, des gens qu’y travaillaient, la belle « salle à manger », les menus, le robinet où on cherchait le vin, la plage, les sorties à Ste Maxime et St Tropez, les ballades dans la campagne sont inoubliables. Est-ce que quelqu’un sait ce qui est devenu la grande maison et les environs aujourd’hui?

  • Tout comme Elisabet, j’ai cherché des nouvelles de Golfe Bleu sur Internet.
    J’y suis venue en 1972… 2 semaines pour mon voyage de noces… original, non ? J’étais alors ceinture bleue de judo, et la seule fille parmi 50 garçons. De Vries, 4ème dan et élève d’Anton Gesink, m’a fait passer la ceinture marron, le dernier jour de stage. C’était formidable.
    J’y suis revenue en 1978 avec ma fille alors âgée de 18 mois.
    Entraînement judo le matin et ju-jitsu l’après-midi.
    J’ai eu le plaisir d’y rencontrer Anton Gesink… ma fille était très petite à côté de lui !
    Entre-temps j’étais devenue ceinture noire, et plus tard j’ai enseigné le judo à mon tour pendant de nombreuses années.
    Revoir le tatami sur la photo plus haut, m’a profondément émue.
    Un grand merci à ceux qui pendant des années ont animé ce centre de vacances en nous procurant beaucoup de bonheur.

  • Beauvallon, quels souvenirs. Je me demandais ce que c’était devenu.
    1972, c’est un copain, CN, qui me propose de passer mes congés au club.
    Je lui fais confiance et je réserve 4 semaines.
    Modeste ceinture orange, j’emmène mon kimono… qui ne quittera pas le bungalow, ayant été pris pendant les 4 semaines par des amourettes que je n’ai pas oubliées.
    C’était mon premier club, mais quel bonheur !
    Tous les soirs, on entamait avec le  » Pop corn  » et sa savante chorégraphie.
    Je me rappelle très bien d’Armande, robuste femme, et puis surtout, d’un animateur qui faisait le clown pour le bonheur de tous.
    Et les colliers de perles…
    Et la nourriture qui tenait la route…
    Et Geesink ! J’ai eu l’occasion d’être assis à coté de lui, moi maigrichon qui ne remplissait pas ma chaise et lui qui débordait de partout !
    Et Jean Paul Mounier: très prétentieux…
    J’ai aujourd’hui 63 ans et de mémoire ce sont mes meilleures vacances.
    Paradoxalement, j’y suis retourné l’année d’après et je m’y suis ennuyé.

  • C’est grace à des competitions à Pleyel que j’ai
    fait un stage à Golfe Bleu en 1957 leDojo n’etait encore qu’ a moitié couvert Les cours etaient donnes par Gessing Courtine Pariset et Awazu
    J’y ai passé la marron Je n’ai que de bons souvenirs et c’est bien dommage que ce soit detruit J’y suis passé quelques années aprés et fus reçu et invité en ami.

  • Bravo Eric pour ce site. Marseillais d’origine et ancien du J.C.Aubagnais je suis trés fier en 1959 d’avoir d’avoir terminé mes points pour la ceinture noire sur le merveilleux tatamis du Golfe Bleue.Quelques années plus tard j’ai eu la possibilité, a partir des années 70 d’emmener régùlièrement des equipes du Québec en stage, évidemment des millions de souvenirs reviennent a la surface et je me trouve « chanceux » d’avoir vecus cette pèriode extraordinaire qui m’a permis de cotoyer des centaines de super judokas du monde. Bravo a tous ceux qui nous ont permis de vivre cette avanture et merci a Eric pour ce site.

  • c estgracea la competitionque j ai fait un stage a golfe, bleu en1957 les cours etait donnes par anton geesing courine et bernard pariset j aipasse laceinture noire quede souvenir avec armande et anton roland ou

  • 1971 72 …….prendre son repas à la table de
    MR GEESINK avec ARMANDE au café et ses commentaires
    meme sans etre judoka,je me rapelle tres bien de ces bons moments.
    Volleyeur ,les matchs avec Nicolau étaient pas mal non plus et les Perles apportaient le piment indispensable à cette vie tres saine.
    Je ne peus oublier les rencontres PLACE DES lys
    avec les Amis de la VGA st MAUR et le C O Joinville de MR LEBRUN OUI QUE DE BONS SOUVENIRS

  • En stage au golfe bleu en 1958 1959 Éleve de Bernard Pariset.J,ai jamais perdu contre Anton,
    mieux que cela je lui foutai la racler en bref il
    était tres dominée,si vous ne me croyez pas demander lui. Mais le sport était le ping pong.Que de beaux souvenir merci à Armande et Gerard Salutation à toi Éric que j’ai rencontré aux chateaux de sable. Philippe Wronski Ancien du Club Francais Membre équipe Canadienne de Judo

  • Notre ami Wronski, n’est pas très bien informé sur l’actualité bien triste de l’été dernier.
    Mon père m’avait parlé de ce judoka « poid-lourd »

  • Bienvenus,los amigos au village,dites-nous avez-vous
    faites bon voyage ?….j m rapelle cette chanson d’entrée encore aujourd’hui. Venu en 1960-61-et 62
    au mois de juin, pour moi, ce village était le paradis. Les soirs, je faisait des mimes simplement parceque ça nous amusait. A tout le monde qui a eu l
    plaisir de passer ces vacances à l’UVMM, c’est grace
    à les efforts d’Armande,Gérard, Jean (qui faisait le
    Bar et la Plage) que nous avons encore des souvenirs inoubliables.

  • que du plaisir de lire tous ses commentaires
    cela me rappelle une partie de ma jeunesse car j’ai travaille au Golfe Bleu en 66 67 68 69 . Coco etait toute jeune a cette epoque .ARmande et Gerard menait ce domaine de mains de maitre . Que de bons souvenirs avec tous ses grands champions de judo et de ping-pong . En quelques lignes j’ai rajeuni d’une quarantaine d’annee . Merci Eric pour ce bon moment

  • que c’est bon de lire tous vos commentaires et souvenirs concernant le golge bleu ! mon père (René) judoka et amuseur aux côtés d’Armande, j’ai grandi pendant de nombreux étés au golfe bleu, pas de judo pour moi, mais le volley (Patin, Faure, Moricet, mes camarades du club d’Asnières) ; mon frère Michel a travaillé au bar quelques saisons ; de solides amitiés sont nées et perdurent (Hélène de la réception). Mes pensées restent joyeuses mais aussi nostalgiques des bons moments passés. Merci à tous d’avoir en mémoire un petit coin de paradis. Merci Gérard, Armande (vous nous manquez) c’était géant…comme Anton ! -))

  • Moi j’ai connu le club du Golfe Bleu de 1975 à 1985 où j’ai travaillé au mini club et au ski nautique. Je viens de créer un groupe facebook « Club du Golfe Bleu – les anciens » avec notamment Coco Néel : 16 membres actuellement. Tout ceux qui ont connu cette époque sont invités à venir partager photos et souvenirs…
    Mr Pariset, me permettez-vous de copier cet article pour l’inclure dans la page du groupe?

  • que c’est bon de lire tous vos commentaires et souvenirs concernant le Golf bleu. Pour ma part j’ai fait 5 années de suite de 1982 à 1986 des stages de tennis de table avec pour moi l’ un des meilleurs entraineur en France et l’entraineur de l’équipe de Suède. les colliers de perles, les animateurs, la discothèque en pleine air, les patrons étaient très gentil, les paillotes ou les lézard venaient vous embêter la nuit, l’ambiance étais extra.
    En bref des stages de ping oui!!! mais des super vacances. Et 27 ans plus tard voilà que des amis du Golf bleu se retrouve pour j’espère ne plus se quitter.
    Merci Eric pour tous ces souvenirs

  • Et coucou Éric et Karine, et … manchots et pingouins …
    Le Golfe Bleu a été crée en 1955, le Club Med, en 1950, … pis il y avait eu des précurseurs,… bof, un rectificatif qui n’enlève rien à ce qu’à pu être le Golfe Bleu …. à la revoyure

  • je n’étais pas judoka mais j’ai connu Beauvallon
    j’ai croisié anton geesink
    j’ai surtout eu l’immens privilège de pratiquer dans des conditons très démocratiques art de vivre et sports nautiques
    j’avais 15, 16 et 17 ans
    j’y ai forgé mon futur

  • C’est au Golfe bleu,fin 70 debut 80 que j ai,pour la 1ere fois mis les pieds sur un tatamis….j’étais au mini-club avec Jean-Jacques,Nicole,Odile.
    Les étés passés à Beauvallon m’ont laissé des souvenirs gravés à jamais dans ma mémoire. Le tennis de table,la voile,le judo,le ski nautique (avec Hans),m’ont été enseignés par de vrais » pros ».Je leur dois encore,35ans après ,la passion du sport.Mon père,passioné de volley ball, tapait la balle avec André patin,et des internationaux Polonais(Marek et Yourek).Et oui ,que du bonheur,le 14 juillet,les promenades en « Pointu »avec Otmar,les Merguez grillées à la plage et la bonne humeur d’Armande qui nous souhaitais à chaque repas un bon appétit via radio Golfe Bleu ! De passage,sur la cote d’Azur,il y a 10 ans,j ai été boire un coup chez Pierrot à la plage du Pingoin Bleu.

  • j’ai aujourd’hui 44 ans et je suis toujours nostalgique des vacances que j’ai passe au golfe bleu avec mes parents surtout quand il y avait mon pere qui etait originaire du var et qui pratiquaient la petanque a haut niveau plusieurs championnat de france.il connaissait bien anton geesing c’etait un club formidable ou tous le monde se cotoyer sans animosite.je me souviens de la plage avec hans et son bateau jaune pour le ski nautique,les gondolis,les brochettes de moules que l’on degustait.maintenant que mon pere n’est plus depuis quelques annees il me reste que les souvenirs et quel souvenirs.merci au golfe bleu.

  • Ce club, c’est toute mon enfance !
    On y vivait libre… nos parents aussi, …
    Des vacances, des vraies…
    Voici quelques un de mes souvenirs :
    Tout démarre avec le pont de sainte Maxime, la mer (enfin) et ses embouteillages … puis l’accueil :
    – Armande, Nono l’animateur (papa pala papa, bon appétit ! merci), Paule la monitrice de natation et ses plongeons de la mort ( elles nous jetait en vrac du ponton), Robert et Guy du mini-club,
    – le restaurant et son rosé à la cruche ( et à volonté), les moules-frites…les chaises pliantes qui s’enfonçaient dans le gravier,
    – le tatami qu’il fallait bâcher et débâcher,
    – les lauriers qui nous servaient de cabane,
    – la 504 break jaune qui livrait Var matin et Pif Gadget tous les midis entre le tatami et le restaurant,
    – le restaurant des enfants avec ses bancs en bois,
    – les séances de réveil musculaire (avec des bâtons) de Robert,
    – les terrains de Volley en terre battue (on se faisait engueulé par Armande parce qu’on jouait au foot avec les ballons de Volley),
    – les chaises d’arbitre prises d’assaut,
    – le bar ( qui a brûlé x fois) et son estrade et aussi ses diabolo-menthes,
    – le mini-club (on y accédait par un escalier de pierre derrière le tatami),
    – les gouters du mini-club : BN et limonade,
    – les activités du mini-club : ping-pong ( dans un case en allant vers la plage, il y avait un lanceur automatique de balles), jardinage (derrière le bar), judo (évidemment), plage, voile avec optimistes,
    – le ski nautique avec Hans (et ses pattes) et son bateau jaune,
    – le drugstore où l’on achetait les perles ( monnaie du club : une verte = 5 jaunes),
    – les paillotes et leurs cadenas à chiffres,
    – les mimosas et les criquets, les pins et les chenilles processionnaires,
    – les lits de l’armée en tube, les couvertures qui grattaient,
    – les devoirs de vacances, le midi devant la case,
    – les sanitaires en dur,
    – le parking poussiéreux,
    – le chemin à l’ombre pour aller à la plage,
    – les tongues qui se déchiraient,
    – la route ou le tunnel à traverser,
    – le bar, ses glaces à l’eau (2 perles jaunes), ses esquimaux (4 perles jaunes),
    – les merguez d’Otmar,
    – les tamaris,
    – les pontons, les bouées rouges et blanches,
    – le bateau et mon père qui partaient en plongée,
    – les pédalos, les gondolis,
    – les concours de dessin de Nono,
    – le défilé au lampions (!!!!) du 14 juillet au milieu des paillotes, des pins parasol etc….
    C’était sobre, mais fabuleux. les parents comme les enfants y vivaient dans l’insouciance et le repos : on y était HEUREUX.
    Nous avons peu de photos mais tout est resté dans la tête……….

  • Bonjour,
    N’ayant pas connu le GOLF BLEU, je suis née en 1987, mais je suis la petite fille des gardiens Nicole et Pierre Wroblewski et la fille de Odile, je suis à la recherche de personne qui les aurait connu pour organisée un repas où une réunion pour les 70 ans de ma grand-mère Nicole et les 50 ans de ma mère Odile Wroblewski je suis heureuse d’avoir trouvée se site ou tout le monde en dit que du bien quand,ma grand-mère nous en parles ça à été les meilleurs années ainsi que pour ma mère donc voila je suis à la recherche de personne qui les aurait bien connus et qui voudrait les revoir et revoir certain je pense que ça sera pour tout le monde l’occasion de se rappeler de bon souvenirs tel que vous les partager sur se site.
    Je vous remercies

  • Hallo Eric,

    Durch Zufall habe ich diese Golfe Bleu Seite gefunden und bin ganz begeistert. Mit Armande und Gerard war ich viele Jahre sehr gut befreundet. Von 1957 an bin ich regelmäßig an den Golfe Bleu gefahren und habe u.a. die Hütten und insbesondere die große Judohalle mit einem deutschen Freund zusammen gebaut. Armande haben wir bis in die letzten Jahrem noch in Saint Maxime besucht.

    Vielen Dank für die tollen Erinnerungen !!!
    Gruß
    Hans & Familie

    PS: einige Bilder folgen per Email

  • Beauvallon! Trois étés formidables 68-69-70 Je ne faisais pas de judo mais regardais ces athlètes avec intérêt. Je me souviens très bien D’Armande et son discours aux Pingouins avant chaque repas. Gérard Néel adorable avec son copain Chabert!Pierrot tout jeune à l’époque et sa soeur Coco! Si je passe un jour à Beauvallon j’irai boire un verre chez Pierrot. J’ai aimé cet endroit avec ses paillotes dont celle avec le n° 38…..Souvenir nostalgiques!

  • Bonjour à tous. J’étais la petite amie d’un judocat (Salle Pleyel) début 80 et ai gardé un excellent souvenir de 2 étés passés au Golfe Bleu. Tout était formidable 24 h / 24. Vous souvenez-vous du Madison que nous dancions tous ensemble en fin de soirée ! Incontournable, Inoubliable, Irremplaçable !
    D’ailleurs si quelqu’un peut me donner le nom de cette musique et/ou l’auteur, cela me ferait plaisir de ré-écouter ce madison car je ne l’ai jamais entendu ailleurs qu’au Golfe Bleu SNIFF ça fait déjà 33 ans !. D’avance merci pour la/les réponse(s) !

  • Un souvenir éblouissant !
    Jeune Judoka compétiteur normand, j’avais été engagé en 1969 par ma Ligue dans une compétition nationale, la Coupe Judogi, à Lyon.
    En tête à l’issue des éliminatoires du samedi, je me voyais déjà remporter le 1er Prix le dimanche, à savoir un séjour d’1 mois au Japon.
    A nouveau en tête en finale le lendemain sur les 5 premiers combats, (il s’agissait de battre une ligne de 6 Ceintures marrons dans le meilleur temps cumulé), je m’enferrai sur le dernier opposant et voyais s’envoler sur le tatami de Gerland mes rêves de bout du monde : adieu le Japon !
    (qui tombait dans l’escarcelle d’un certain Tripet, un repêché du Samedi)
    Mon lot de consolation était un séjour de 3 semaines au Golfe Bleu à Beauvallon.
    C’est ainsi que moi le petit Normand qui n’étais jamais descendu en dessous de la Loire, je me mis en route un beau jour d’Août dans ma
    vaillante 2 CV d’étudiant, direction la Côte d’Azur.
    Mon périple me voyait traverser l’ Orléanais, la Bourgogne, passer par Lyon, Grenoble (une lubie : les JO étaient encore tout, frais), et m’engager à la fin du jour sur la route Napoléon, pour arriver épuisé, les trapèzes tétanisés d’avoir tant tiré sur le volant, à une heure avancée de la soirée au Golfe Bleu ; là, une Dame corpulente au fort tempérament m’accueillait avec une gouaille que je n’ai pas oubliée : c’était Armande Néel.
    Le lendemain, quel choc, quel éblouissement, avec cette explosion de sensations nouvelles : la pinède provençale inondée de chaleur, les odeurs méditerranéennes, le chant des cigales, les paillottes, le Club, les repas sous les grands ormes le long du mas; et puis la Grande Bleue, magique, scintillante sous le soleil : j’avais changé de planète !
    Il y eut bien sûr le Judo, sur le grand tatami dans la chaleur des fins d’après-midi (malheureusement, je n’y vis pas Anton Geesink), la plongée sous-marine, dans le golfe de Saint-Tropez, avec bouteilles, directement à 20 m de fond (c’étaient des temps d’insouciance, un peu d’inconscience, aussi), et puis les soirées au Club, animées par Gérard et Armande, avec les musiques des Sixties…
    Il y eut aussi la tendre romance avec Chantal, la belle naïade grenobloise, les ballades enchantées sur la Côte, à Sainte-Maxime, Port-Grimaud, Saint-Tropez, Monaco…
    Quelques 40 années après, toutes ces images que le temps et autres séjours au Club Méd n’ont pas réussi à ternir ni à supplanter, conservent dans ma mémoire une saveur particulière ; ce séjour sur cette « colline magique », où quelque chose de « spécial » avait été créé autour du Judo, constitue pour moi un souvenir éblouissant, lumineux, une des plus belles pages de ma jeunesse.
    Nous étions heureux, et ne le savions pas…..

    Christian Longuet

  • Très beau commentaire. Manifestement, ce Golfe-bleu aura marqué un nombre impressionnant de personnes.

  • Je suis revenue ici et trouve encore des commentaires et des mémoires. Inoubliables pour tous, et il y a plus de vingt ans depuis la fermeture du club Golfe Bleu! J’espère pouvoir publier des photos et en voir d’autres dans le group Facebook mentionné ci-dessus. Et entretemps, s’il y quelq’un qui peut nous dire ce qu’est arrivé à la grande maison j’en serai très reconnaissante!

  • Je suis la Chantal de Christian Longuet.
    En 1969, je ne connaissais pas le Judo mais ce club du Golfe Bleu offrait – dans un site paradisiaque – de multiples activités :
    plongée sous-marine, ski nautique ; j’ai encore les photo.
    En passant devant ce site qq années plus tard une immense vague de
    nostalgie m’a submergée. Certes de belles maisons mais plus aucun village-club n’offre l’ambiance de ce Golfe-Bleu.
    Chantal

  • Bonjour,
    Que d’émotions en lisant ces différents commentaires…
    1958-59-60: A l’époque chanteur de cabarets à Paris, je passais l’été 3 à 4 mois comme animateur du club (..et chanté combien de fois en m’accompagnant à la guitare: » Bienvenue Amigos au village…etc…), avec animations dans la journée: concours de pétanque, de ping-pong, jeu de boules carrées sur la plage…et soirées chants et danses, etc…
    Quelque fois sur le tatami où j’ai eu la chance de me faire balancer par Anton! Voisin de table au « réfectoire »! Je me souviens d’avoir été quelques peu complexé lorsque je regardais ses bras (aussi gros que mes cuisses, malgré mes 180cm est une stature de sportif en rapport) …et de sa femme toute petite et sa traction noire!!!
    Souvent au volley avec la crème des volleyeurs français, dont plusieurs internationaux: les frères Chabert, Michel Cabalero..( A ce sujet nous avions joué dans un tournoi à La Capte (presqu’il de Gien) contre Michel Constantin, alors ancien « patron » de l’équipe de France, journaliste sportif qui deviendra l’acteur célèbre…
    Le Judo était l’activité principale . Gérard n’était t’il pas devenu 7ème dan (comme Collard)? Quelqu’un pourrait-il le confirmer. J’ai bien fréquenté les compères Courtine et Pariset, un peu Claude Collard quelque fois de passage. Je t’ai connu Eric, je te vois un peu flou… car j’étais assez souvent près de ton père…
    Armande me donnait parfois un coup de mains pour l’animations des soirées!
    Que du bonheur! Quelques soirées à St Trop… dont une après traversée sur la grande barque… avec 20 ou 30 vacanciers! Avoir chanté devant Sénéquier, le groupe en arc de cercle devant moi!!!
    Je salue tous ceux qui sont passés dans ce merveilleux lieux!
    Que de souvenirs les amis sportifs et autres…
    Michel

  • Mes supers vacances avec Equipe Nationale Belge (85-87)..je souhaiterais montrer ça à mon fils qui à 15ans..l’âge que j’avais quand je suis allée à Beauvallon..ça ne s’oublie jamais..Génération Berghmans!!

  • Bonjour,
    c’est par hasard que je suis tombé sur ce site. Cherchant désespérément où emmener ma petite famille le we prochain à la mer, je me suis souvenu du Golf Bleu, lieu magique où j’ai passé mes vacances 3 étés de suite (fin des années 70, début des années 80).
    Que de souvenirs me reviennent en mémoire à la lecture des différents posts…
    Tout d’abord les trajets en voiture dans la coccinelle orange que ma mère avait à l’époque. Les embouteillages de Lyon, la chaleur sur l’autoroute du Sud, et enfin l’arrivée à Beauvallon.
    Comment ne pas parler de l’accueil d’Armande avec sa gouaille et sa stature ! Et son « bon appétit » quotidien, les repas copieux, le vin qu’on allait chercher au robinet…
    Les paillotes et leur cadenas à chiffres, mais aussi les bungalows (beaucoup moins typiques et romantiques). Dans les paillotes, le confort était sommaire (je l’ai retrouvé 15 ans plus tard au 99RI), mais que de souvenirs…
    Côté sport, j’ai beaucoup de souvenirs : le judo d’abord. J’étais modeste ceinture jaune, mais quel bonheur d’apprendre avec Monsieur Anton Geesink. J’étais petit, il était immense, j’étais maigre, il était énorme, j’étais faible, il était fort… Bref tout nous opposait, mais il m’a appris tant de choses… il y avait le volley aussi, avec Patin et les autres. J’étais trop petit à l’époque mais j’ai passé des heures entières à les regarder jouer… Et puis j’ai sympathisé avec Mathias, le fils d’André Patin, devenu lui aussi volleyeur de haut-niveau… C’est au Golf-Bleu que j’ai appris vraiment à nager, à la plage entre les deux pontons avec le mini-club : mon brevet de 25m je l’ai encore ! Et le ski-nautique avec Hans et son bateau : je ne me souviens que d’une chose : j’en ai pris plein les narines et n’ai jamais réussi à faire plus de 10m…. mais quelle rigolade. Et la voile avec les optimistes…. Et le tunnel que nous empruntions pour éviter de traverser la route avec le mini club. Le mini-club aura été pour moi une fabrique à souvenir et un apprentissage de la vie en groupe. Je me souviens de cette animatrice (nicole ou sylvie je ne sais plus) : déguisé en fakir je lui cassais une brique sur le ventre après l’avoir hypnotisée… durant le spectacle du mini-club bien sûr… j’ai encore les photos chez ma mère. Et cet endroit de rêve où se trouvait le bar, l »estrade pour les spectacles et le drugstore où l’on achetai les fameuses perles ! Que de parties de 421 à l’abri du soleil à siroter des diabolos citrons !
    J’ai encore en mémoire cette pinède avec ces lauriers roses, ces figuiers, ces eucalyptus, toutes ces odeurs… Mais aussi les incendies de forêt qui une année nous avaient tenus plusieurs nuits en haleine…
    Je suis triste d’apprendre que ce lieu magique n’existe plus. Je ne pourrais pas le faire découvrir à ma femme et mes enfants, leur montrer ce tunnel, cette petite plage où j’ai mangé des merguez et des moules frites…
    Mais merci Monsieur Pariset, d’avoir rallumé la lumière dans ma pièce à souvenir. Lire vos posts et tous ces commentaires a été pour moi un moment de bonheur…

  • Bonjour,

    J’ai animé la section Volley-ball les mois de juin et juillet 1972 et c’est avec une grande émotion que je retrouve des commentaires sur Golf Bleu qui a été le séjour sportif et ludique le plus important de ma vie. La chaleur humaine que j’ai reçue m’a marqué à vie.

  • J’ai été l’animateur de la section volley-ball pendant la période de juin à juillet 2012. Que d’émotions de retrouver des commentaires de personnes qui ont eu comme moi l’immense plaisir de connaître le club de Golf Bleu.
    Je ne n’ai jamais connu plus belle expérience sportive et humaine que pendant ces deux mois et je resterais marqué positivement jusqu’à la fin de ma vie.

  • Bonjour,

    J’ai été l’animateur de la section Volley Ball pendant la période de juin à juillet 1972 juste avant que je parte faire mon service militaire. Joueur au CO Joinville en 1ère division, c’est Monsieur LEBRUN qui m’avait proposé à Armande. Cela a été la plus belle expérience sportive et humaine que j’ai connue dans ma vie.

  • 1966, nous venions des Antilles, je ne pratiquais pas le judo mais mon père. Je comprends maintenant son choix et pourquoi mes frères, ma soeur et moi y avions passé 15 jours superbes ! Ski nautique, pétanque, et autres occupations sportives… A table, on y servait de la bière très légère que, nous enfants, étions autorisés à boire… je me souviens aussi d’une jeune fille Coco qui nous encadrait et avait une superbe énergie. De très beaux souvenirs. Je me suis longtemps demandé si le lieu existait encore… Dommage…

  • le Golf Bleu fait parti de mes meilleurs vacances ! Mon oncle Lucien Chapon qui était judoka , les paillotes, les soirées dansantes , la musique du  » pop corn » où les moniteurs avaient fait une chorégraphie que tout le monde reprenait, le tunnel pour arrivé à la plage, les gondolis , les odeurs de pins, la paillote sur la plage, glaces , boissons , sky nautique avec mon oncle Lucien , le pointu, les nacres pêchées, les oursins, il y avait tout ça à l’époque 1967-68-69-70 ; le chant des grillons , les repas que nous prenions tous ensemble et le « tagada tagada ! Bon Appétit !!!  » et tout le monde reprenait en coeur !!! ; les colliers de perles ! que de bons souvenirs!

  • J’ai découvert par hasard ce blog et les souvenirs sont remontés en moi tout de suite. Quelle émotion !! En juillet et Aout 1968 j’ai travaillé au golfe Bleu en tant que serveur. Je n’étais pas trop au fait de l’activité judo mais je suivais un peu les activités. Je me souviens d’Alex EHRLICH qui fut à plusieurs reprises vice champion du monde de tennis de table et aussi en Karaté du champion du monde universitaire 64 un japonais dont j’ai oublié le nom
    Nous avions aussi reçu les judokas du Bataillon de Joinville et je les servait à table. Alors que tous les vacanciers se plaignaient que les repas étaient trop copieux, eux réclamaient toukours du rab….Je n’avais pas encore 17 ans et ils m’impressionnaient terriblement au point que de temps en yemps leur entraineur était obligé de les faire taire…Autre souvenir : à l’occasion d’une soirée déguisée, nous étions partis en costumes à Saint Tropez. Nous étions une quarantaine environ et nous avions été stoppés par la police devant le commissariat car nous n’étions pas très discrets. Ce fut une belle partie de rigolade
    Et je n’oublierais pas de citer le fameux refrain
    « Je suis pingouin, voilà ma joie, mon espèrance et mon soutien »
    J’ai encore plein de souvenirs mais je reviendrais pour en parler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.