Le ne-waza (le travail au sol)

Dernièrement j’ai évoqué Shozo Awazu – personnage incontournable du judo français –  à propos d’un livre paru en 1959. Cet ouvrage  traite d’un domaine d’une richesse exceptionnelle et d’une incontestable efficacité : le ne-waza (le travail au sol). Il est utilisé dans de nombreuses disciplines. Son étude et sa pratique sont passionnantes pour bien des raisons.

Je propose un article déjà publié sur mon blog ; il vante les mérites d’un secteur que j’apprécie tout particulièrement. En outre, cela permet de renouer avec des articles plus techniques, en attendant de pouvoir renouer la ceinture.

Le travail au sol constitue un domaine qui possède une richesse technique exceptionnelle, dans lequel il est possible de s’exprimer très longtemps, il offre la possibilité d’aller au bout de l’effort et enfin il n’est pas dénué d’un fort aspect ludique, ce qui ne gâche rien.

L’objectif n’est pas de détailler sa composition technique mais d’évoquer  ce que j’affectionne dans ce domaine. Il est malgré tout utile de remarquer que le panel technique du travail au sol est impressionnant : clés, étranglements, immobilisations et toutes les possibilités de combinaisons entre ces familles de techniques.

Les détracteurs du travail au sol se plaignent d’une promiscuité qui peut paraître gênante, mais aussi du fait que l’on n’est jamais au sol dans la réalité. Les plus présomptueux affirment qu’ils ne laisseront pas le loisir à un agresseur de venir au contact. D’autre part, certains (sans l’avouer) trouvent qu’il n’est pas agréable, à l’entraînement, d’être souvent « en dessous », ce qui arrive lorsque l’on n’est pas à l’aise dans ce secteur. On touche là à un cercle vicieux dans la mesure où moins on le pratique, moins « on est bon », et moins « on est bon » moins on l’aime et donc moins nous sommes enclins à le pratiquer. Il n’y a qu’à renverser le problème en pratiquant davantage.

Je reviens sur les points forts de ce domaine, ceux que j’apprécie particulièrement. En plus d’une incontestable efficacité si l’on est amené au sol, il y a un engagement total, la possibilité de s’y exprimer même en avançant dans l’âge et enfin l’aspect ludique.

Développons ces différents points. L’efficacité en matière de self-défense d’abord : elle est incontestable si par malheur on se retrouve à terre. En judo, bien maîtriser ce domaine ne peut que renforcer l’efficacité générale ; une autre fois, il sera intéressant de développer cet aspect.

A l’entraînement, le ne-waza  offre  un engagement complet dans la mesure où il est possible d’aller au bout de l’action et de l’effort, sans atteinte à l’intégrité physique du partenaire (si les deux respectent les règles préétablies). Il s’agit là d’une grande satisfaction.

Il est possible de s’y exprimer longtemps, même en avançant dans l’âge, puisque la stratégie et la technique sont plus importantes que la vitesse : “Le serpent n’avale pas la grenouille en une fois”.

Quant à l’aspect ludique, il est incontestable. Les joueurs d’échecs affirment qu’ils y trouvent un parallèle. Il est intéressant, par exemple, de pouvoir préparer plusieurs « coups à l’avance », surtout dans la mesure où la vitesse n’est pas déterminante (à l’inverse du travail debout). On peut donc tranquillement tendre des pièges et malicieusement, comme le chat joue avec la souris, prendre son temps jusqu’à ce que le partenaire tombe dans la toile d’araignée.

Si pour le néophyte le ne-waza n’offre pas beaucoup d’intérêt côté spectacle, en revanche un pratiquant confirmé appréciera l’évolution d’un combat, et pas seulement sa finalité, mais les moyens  et la stratégie utilisés afin d’y parvenir.

Ce domaine mérite l’appellation de « science du combat ».

Souhaitons que très vite nous puissions à nouveau y consacrer une grande partie de nos entraînements.

eric@pariset.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.