Les 16 techniques

Plusieurs articles ont déjà été consacrés aux « 16 techniques » sur ce blog. Cet enchaînement étant un des piliers de la méthode Atémi-ju-jitsu, il n’est pas inutile d’y revenir en lui consacrant à nouveau quelques lignes.

Créé en 1982 pour les besoins d’une démonstration produite lors des deuxièmes championnats du Monde de judo féminin à Paris, cet enchaînement est un concentré des techniques appartenant aux composantes du ju-jitsu, en réponse aux différentes attaques, ou agressions, que l’on peut subir. Il présente également les fondamentaux de ce que l’on appelle les principes de base. Etant l’auteur de cet enchaînement qui peut être considéré aussi comme un « kata moderne » je suis en mesure de le présenter en le disséquant quelque peu.

Sont proposées les principales techniques de projections et ceci dans chaque « grande famille ». Les techniques de jambe avec o-soto-gari (1ère, 8ème et 15ème), o-uchi-gari (5ème) et ko-soto-gari (12ème). Les techniques de hanche avec o-goshi (10ème) et harai-goshi (13ème). Les techniques d’épaule et de main avec ippon-seoi-nage (3ème et 6ème) et te-guruma (5ème). Les sacrifices avec tomoe-nage (2ème). On y retrouve les contrôles en étranglement avec hadaka-jime (13ème) et kata-juji-jime (7ème), en clef au bras et au poignet avec ude-gatame (10ème), kote-gaeshi (14ème) et deux variantes de torsion de poignet (9ème et 16ème). Enfin, le travail au sol n’est pas oublié (7ème et 11ème).

Différents principes fondamentaux sont représentés. Celui de l’utilisation de la force de l’adversaire dans les deux premières techniques, de bascule par dessus le centre de gravité dans la 3ème et la 5ème, d’utilisation de la dynamique du déplacement avec la 6ème, d’action-réaction dans la 11ème et la 12ème. Enfin, nous trouvons en bonne place la liaison des principales composantes de ju-jitsu (coup, projection, contrôle) avec la logique d’enchaînement en fonction du déséquilibre obtenu par « le coup porté ».

Coté attaques, les principales sont proposées : à mains nues ou bien armées, poussées, saisies, coups de poing, coups de pied et défense contre armes (couteau, bâton et menace de revolver).

Outre l’apprentissage et le perfectionnement technique, l’étude et la répétition de cette suite développera les réflexes et les automatismes, le rythme et la condition physique. Ensuite, et c’est important, on éprouve un réel plaisir dans la présentation de cet enchainement lorsque l’on a atteint une bonne maîtrise et que son exécution se fait avec la fluidité qui caractérise notre discipline (l’art de la souplesse).

Je n’oublie pas le côté esthétique qui émane de cet enchaînement lorsqu’il est bien présenté. Certains considèrent cet aspect comme superflu, même inutile, mais une technique n’est pas forcément inefficace parce qu’elle est agréable à l’œil, et, à contrario, ce n’est pas parce qu’elle n’est pas spectaculaire, sans aucun style et juste d’aspect violent qu’elle est efficace.

Certains reprocheront aux « 16 techniques » d’être « trop judo », ce qui est cocasse lorsque cette remarque vient justement du milieu du judo. Historiquement et techniquement le lien entre judo et ju-jitsu est on « ne peut plus étroit », nous n’y pouvons rien (heureusement), si ce n’est pratiquer une autre discipline. Faute de le faire, certains ont préféré dénaturer le ju-jitsu, mais ceci est une autre histoire.

En souhaitant que ce billet participe à la valorisation de cet enchaînement qui appartient à un ensemble d’exercices permettant de progresser dans les nombreux domaines qui composent notre discipline.

La vidéo qui accompagne cet article a été réalisée en 1992, mon partenaire du moment s’appelait Jean Rodriguez.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.