Ne jamais oublier !

images14C’est avec un immense plaisir et beaucoup d’émotion que j’ai pris connaissance de l’article consacré à mon père paru dans la rubrique « Ne les oublions pas » du dernier bulletin de l’amicale des internationaux du judo français (A.I.J.) et ceci grâce à Jean-Claude Brondani. Il a été lui-même un exceptionnel champion, puisqu’il fût « ni plus ni moins » médaillé olympique, c’était à Munich en 1972. Je le remercie. Effectivement, il est bon et même indispensable de ne jamais oublier !

Je vous livre, ci-dessous l’intégralité du texte. (Sur la photo, Bernard Pariset  est à gauche en compagnie d’Henri Courtine).

En tandem avec Henri COURTINE, son grand rival et grand ami, Bernard PARISET a sorti le Judo Français de la préhistoire, au temps où les catégories de poids n’existaient pas encore et où avec ses 1m70 et 70 Kgs, il rencontrait des adversaires parfois largement au-dessus du quintal, les championnats ayant lieu en toutes catégories de poids et par catégorie de Dan. Après Jean DE HERDT, COURTINE et PARISET furent tous deux les principales têtes de file du Judo sportif dans les années 1950. Il participa aux premiers championnats du monde en 1956 à Tokyo, puis aux deuxièmes en 1958, toujours à Tokyo, où il se classa 3eme . En 1955, aux championnats d’Europe au stade Coubertin de Paris, ce spécialiste du Seoi-Nage avait réalisé un véritable exploit en battant Anton GEESINK (1m98 et 115 Kgs), futur champion du monde (1961) et champion Olympique (1964), à l’issue d’un véritable combat d’anthologie.

En 1965, lorsque Henri COURTINE est nommé DTN (Directeur Technique National), Bernard PARISET devient entraîneur de l’équipe de France. Il renforce l’entraînement de l’élite et la fait progresser notamment dans le Ne-Waza (travail au sol), dont en tant qu’élève spécial de Shozo AWAZU, il était également spécialiste. En 1968, il mènera l’équipe de France sur la plus haute marche du podium européen.

Simultanément, il dirige « le Club Français » à Paris, un des clubs nationaux les plus huppés et les plus titrés avec les champions de l’époque : Michel BOURGOIN, Yves REYMOND, LECLERC, ISENI, IRIART, NORIS….

Pédagogue né, il relance le Ju Jitsu, en popularisant une méthode d’enseignement, encore développée aujourd’hui par ses nombreux élèves dont son fils Eric PARISET.

Le 9 décembre 1994, la commission nationale des grades attribue à Bernard PARISET, en même temps qu’à son inséparable Henri COURTINE, le 9ème DAN. On peut imaginer qu’il serait aujourd’hui comme ce dernier 10ème Dan s’il était toujours en vie

Comme Henri COURTINE, il fut nommé « Gloire du Sport » en 2006. Il doit cet honneur autant à son parcours de responsable, de pédagogue et de pionnier qu’à ses exploits pourtant réels sur les tatamis.

Bernard PARISET fut : champion de France 1955, 1957, 1959

Champion d’Europe 1er  Dan (1951), 3ème  Dan (1954), Toutes catégories (1955),

3 fois second.

3ème  aux championnats du monde 1958 (toutes catégories).

Bernard PARISET, qui était né le 21 décembre 1929, s’est donné la mort le 26 novembre 2004. Un très grand du Judo… Ne l’oublions pas !

(D’après l’Encyclopédie des Gloires du Sport, publiée par la Fédération des Internationaux du Sport Français)

Site ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

 

 

 

 

Commentaires

  • Effectivement il ne faut rien oublier. Ni le palmarès exceptionnel de Bernard Pariset, ni le fait que nous devons le renouveau du ju-jitsu et notamment la méthode Atemi-ju-jitsu à Messieurs Pariset père et fils. Certains ont la mémoire courte, très courte !

  • Bonjour M. Pariset ,
    Magnifique article sur votre Papa . Un Grand homme effectivement .
    Je ne vous connais pas , sauf bien sûre à travers vos article et votre réputation légendaire , mais vous êtes vous aussi un Grand Homme!!
    C’est toujours un plaisir de lire vos article , qu’ils soient technique ou narratoire .
    Merci pour ces bons moments .

  • Je ne pouvais rater l’occasion de vous saluer.
    Je n’ai pas la même aisance que vous avec la plume (pas plus d’ailleurs que sur un tatami ), mais elle sera suffisante pour vous signifier une nouvelle fois l’ouverture qu’a été pour moi notre collaboration et la richesse tant humaine que professionnelle de ces années passés à vos côtés.

    Voilà…merci.

    amitiés sincères,
    Olivier.

  • Très bel article ,dire que j’ai eu la chance de travailler avec lui .Suis très fière de se souvenir
    Bien à toi
    Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.