Pâques sans dojo

Hier matin, muni de mon autorisation de promenade d’une heure (sans boulets aux pieds, ni menottes aux poignets), je suis passé au dojo pour voir si tout allait bien et pour constater qu’il n’y avait (toujours) pas de courrier. Que pouvait-il s’y passer, d’ailleurs au dojo ? Que pouvais y trouver mis à part de la tristesse et quelques fantômes s’affrontant dans d’improbables randoris ? Alors, ce sont les images retraçant les débuts de ce club qui me sont apparues, y compris celles des semaines qui ont  précédé l’inauguration ; elles sont des moments privilégiés, chargées  de l’excitation qui accompagne la réalisation d’un beau projet !
Il y a déjà beaucoup à raconter en partant du 15 mai de l’an passé, alors que je m’apprêtai à mettre un point final à des recherches qui n’aboutissaient pas, jusqu’au 16 mars dernier, date qui allait entrer dans l’histoire de France puisque ce jour là, c’est un incroyable et effroyable traitement inédit qui allait nous être imposé.
Durant ces dix mois, que d’événements ! Avec notamment la plus grande grève des transports français qui, concernant le club,  a mis à mal les possibilités d’entraînement, mais aussi de beaux moments d’émotions, avec l’inauguration le 28 juin en pleine canicule, les premières séances dans lesquelles se mélangeaient anciens élèves ravis de retrouver « leur ju-jitsu » et novices découvrant une belle discipline. Je n’oublie pas les stages, le pot de fin d’année, et bien d’autres moments chaleureux. Je ne manquerai pas de les raconter en détail très prochainement. J’espère vivement que nous en vivrons d’autres, quand nous sortirons de ce cauchemar.
Malgré les circonstances, je souhaite à toutes et à tous un bon week-end Pascal.

2 réflexions sur « Pâques sans dojo »

  1. Bon week-end à vous aussi.
    Je suis un ancien stagiaire de Soulac …
    J’espère pouvoir venir avec deux élèves un dimanche matin à l’occasion d’un entraînement
    Cordialement
    Michel moreau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.