Premier bilan

Après les deux premiers mois de cette nouvelle saison, j’ai voulu établir un premier bilan.

Il y a quelques semaines commençait enfin un processus de reconstruction. A la suite de deux ans et demie sans travail, et ayant perdu un outil de travail « exécuté » par la gestion de la crise sanitaire, j’ai  pu reprendre une petite activité professionnelle grâce à quelques personnes pour qui l’expression « entraide mutuelle » n’est pas que virtuelle. Après deux ans et demi d’incertitude et d’angoisse du lendemain, j’ai bénéficié de quelques moyens pour repartir au combat. Malgré tout, il ne faut pas être un grand analyste pour deviner que cinq heures de travail par semaine et un stage de temps en temps, ce n’est pas suffisant. Même si l’ouverture de la section ju-jitsu à l’Institut Médico Educatif de Niort est un succès quant au nombre d’inscriptions réalisées.

Bien évidemment je me réjouis de ces bons débuts et j’en profite pour remercier tous ceux qui m’ont rejoint sur les tatamis. Cependant, pour le moment tout du moins, cela ne remplace pas le club qui fonctionnait à temps complet et rien ne semble vouloir compenser l’investissement qui y fût réalisé en 2019. Investissement intégralement perdu et non indemnisé, ni par les assurances, ni par l’état.

La situation reste sensible. Je ne fais pas l’aumône, je désire juste travailler, à un âge qui a dépassé largement celui du départ à la retraite, mais il y a deux raisons à cela  : l’obligation et la passion.

L’obligation au regard de la misérable retraite des indépendants et la passion dans la transmission d’un enseignement qui me semble utile.

Donc, depuis deux ans et demi, je me bats de deux façons ; d’abord en mettant toute mon énergie dans la reconstruction de ce qui a été massacré, mais aussi en continuant à dénoncer une injustice flagrante et en demandant réparation pour recréer une entreprise.

Si quelques donneurs de leçons bien à l’abri du besoin, quelle que soit la situation, sont agacés par mes propos qu’ils jugent redondants, ce n’est pas grave.  Ils ne sont pas obligés de me lire. S’ils le font, qu’ils se posent simplement la question quant à la réaction qui pourrait être la leur après deux années et demie sans travail et sans indemnités, et les innombrables cruelles conséquences. Donc, pour ce qui concerne la deuxième partie de mon combat et en l’absence de réponse à mon dernier courrier adressé à la Présidence de la République au mois de juillet de cette année, je persiste et en signe un nouveau. Une fois de plus je réclame que soit acté le fait que tous les petits entrepreneurs n’ont pas été indemnisés à l’issue de la crise sanitaire, contrairement à ce qui est affirmé, et pour savoir comment faire pour remédier à cette injustice.

Cette fois, j’espère recevoir une réponse satisfaisante.

Quant au bilan purement pratique et technique, il y aura eu l’ouverture de deux cours pour les enfants et trois pour les adultes à l’IME de Niort, les mercredis et vendredis, avec une fréquentation plus importante que prévue. Un stage à Paris, avec le plaisir de retrouver des anciens élèves, mais aussi la capitale qui évoque tant de souvenirs. Et puis il y a eu la Masterclass le 23 octobre à Chauvigny dans la Vienne, magnifiquement organisée par Yves Vanduren, en compagnie de Christian Panatonini et Stéphane Pescher. On tâchera de vite oublier la triste annulation du stage de Colomiers, faute de carburant !

Par contre, je n’oublierai pas les touchantes retrouvailles avec Yannick Viaud autour d’un bon repas !

La deuxième partie du trimestre s’annonce tout aussi dynamique avec des cours qui sont entrés  dans les habitudes de beaucoup, mais aussi avec la programmation de trois stages. A Paris, à Léognan et à Aire-sur-l’Adour. Peut-être également à Niort.

Que les fidèles se rassurent, l’espoir et la combativité sont toujours d’actualité !

www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.