Premier bilan

Après trois saisons en « stand by », le 1er juillet dernier j’avais le plaisir d’ouvrir mon nouveau dojo à Paris. A l’approche de cette fin de trimestre et d’année, il est déjà possible de faire un premier bilan. Sans tomber dans une autosatisfaction béate on peut affirmer qu’il est satisfaisant. Mettre en avant les points positifs, c’est le but de cet article, sans qu’il soit utile d’évoquer quelques déceptions.
Tout d’abord, renouer de façon régulière avec ce métier qui est le mien, ce n’est pas rien ; tout comme pouvoir le faire en toute liberté quant aux actions à mener. Ensuite, des anciens élèves qui n’attendaient que ça sont venus me retrouver, m’apportant ainsi un précieux soutien et me témoignant une fidélité qui me va droit au cœur. Et puis il y a les nombreux nouveaux, venus pour découvrir le ju-jitsu ; des gens de tous âges. Des personnes qui n’avaient jamais rien pratiqué et d’autres, venant d’arts martiaux différents. Des gens souhaitant se mettre ou se remettre à une activité physique correspondant à leur forme du moment. Il en résulte un mélange de niveaux rassurant ; un dojo qui n’a que des ceintures foncées, ce n’est pas forcément bon signe, tout comme le fait de ne pas arriver à fidéliser des débutants ! L’ambiance qui règne sur ces nouveaux tatamis est un autre point positif. Une ambiance à la fois studieuse et décontractée (nous sommes aussi dans les loisirs) avec des élèves intéressés par la diversité des techniques que nous offre notre art, aussi efficaces que subtiles et dans lesquelles la finesse et la recherche du détail motivent au plus haut point. L’investissement physique, sans violence ni brutalité, permet d’acquérir ou de parfaire sa condition physique, en se dépassant raisonnablement.
Exception faite – dans ce cas précis – des « anciens » venus sur ces nouveaux tatamis, il n’est jamais évident de repartir de zéro, ce n’est jamais gagné d’avance, il y a une part de risque inévitable. Cette part de risque, je l’ai prise en connaissance de cause. Je n’avais pas trop le choix, par ailleurs. Sans doute l’expérience, la volonté et la passion qui sont miennes ne sont pas étrangères à cette encourageante entrée en matière.
Les projets sont nombreux pour les semaines et les mois à venir. Aussi bien pour motiver les pratiquants que pour susciter de nouvelles vocations. Des stages, les vendredis à thème, des cours avec des dominantes, des séances de découverte, un « pot de l’amitié » pour fêter la fin de l’année, etc.
Je n’oublie pas mes interventions programmées à l’extérieur du dojo : Bourgogne en janvier, Belgique et région bordelaise ensuite, et bien d’autres encore. L’aventure ju-jitsu continue et de belle manière !
eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.