Quelques mots et des maux…

Je n’ai jamais coûté « un pognon de dingue » à la société, j’ai souvent « traversé la rue » pour trouver du travail, plus exactement pour créer mon entreprise ou la déménager, je me suis toujours battu pour ne pas rester comme les gens « qui ne sont rien » et pour ne pas être « illettré ». Un peu d’humour (grinçant) ne gâche rien.

A l’inverse, tout au long de ma vie, j’ai largement participé à la solidarité nationale en m’acquittant d’importantes cotisations sociales, d’impôts, de droits de succession et autres taxes multiples, comme beaucoup d’entre nous, ce qui devrait permettre de pouvoir améliorer, entre autres, notre système hospitalier et éviter un blocage du pays, à l’instar de celui qui nous a été imposé.

Aujourd’hui, on nous dit que l’activité économique reprend, on nous parle d’embellie, on nous serine avec la reprise, on loue la croissance, tout cela est très bien, mais « en même temps » on subit une inflation extraordinaire et on oublie  tous ceux qui ont été jetés dans le fossé par la crise sanitaire ! Le « quoi qu’il en coûte » et les différentes aides n’ont pas profité à tout le monde de la même façon : une inégalité de plus. La fameuse expression « mettre la clef sous la porte », a pris tout son sens pour un nombre important de petites entreprises.

Mon entêtement à reconstruire, lorsque c’était nécessaire, ne m’a jamais fait défaut. En juillet 2019 j’ai même traversé davantage que la rue, la moitié du pays, pour retrouver de l’activité, après avoir constaté que là où j’étais il n’était pas facile d’exercer mon métier.

Malheureusement, quelques mois après, en mars 2020, comme beaucoup, j’ai été sommé de fermer mon établissement parisien, sans aucun dédommagement (les assureurs n’assurant pas !). Cela est d’autant plus terrible que je m’étais fixé cette ouverture de dojo comme un dernier combat. Certains s’en étaient d’ailleurs étonnés, au regard d’un âge qui est davantage celui de la retraite. Mais il faut savoir que les retraites consentis aux travailleurs indépendants sont insignifiantes, qu’elles n’offrent pas d’autre possibilité que celle de poursuivre une activité.

Ensuite, dans l’enseignement des arts martiaux existe une passion dont il est difficile de se passer, d’autant plus lorsque l’on ressent un sentiment d’utilité. Je pense l’être encore un peu  (utile).

Bien que cette fermeture imposée ne m’ait pas laissé indemne, j’ai bien l’intention de continuer le combat – je n’ai pas le choix, sans cesser de dénoncer ce que je considère toujours comme une injustice.

Cependant, certaines situations sont plus compliquées à rétablir que d’autres. C’est le cas de celle à laquelle je suis confronté. D’abord à cause de la violence de l’événement inédit que nous avons connu (et de sa gestion), mais aussi par rapport à l’âge évoqué plus haut.

Mon intention n’est donc pas uniquement de dénoncer, mais d’agir. C’est ce que je fais en entamant une reconstruction laborieuse, dans un premier temps à l’aide de quelques stages qui me permettent de renouer avec mon métier et de retrouver avec un immense plaisir de fidèles pratiquants et de découvrir quelques nouveaux visages.

Cependant, cela ne suffit évidemment pas et cette reconstruction rencontre des difficultés surprenantes et une certaine passivité (parfois) en matière de solidarité.

J’avoue que cette épreuve a laissé des traces. Le virus ne m’a pas tué, mais il a sévèrement abîmé ma vie ! Il est des moments de l’existence où les blessures cicatrisent moins rapidement et où se relancer est plus délicat.  Malgré ce triste tableau, la volonté est toujours là !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.