Réflexions (douces et amères) sur une année particulière

Durant ces derniers mois et à plusieurs reprises j’ai évoqué le moment fort de mon année 2019, à savoir l’ouverture du nouveau dojo. En juillet dernier se concrétisait un beau  projet et commençait une nouvelle aventure.

Aujourd’hui, ce sont quelques réflexions- douces  et amères -, que je souhaite délivrer, mais surtout sans sacrifier ni  à l’optimisme ni à l’espoir.

Entreprendre n’est pas facile et même, je le pense, de plus en plus difficile. Dans entreprendre il y a « prendre » et en tout premier lieu, prendre des risques, même si pour moi il ne s’agissait pas d’un « voyage en terre inconnue » ; ce qui d’ailleurs aurait pu être une bonne raison d’hésiter, connaissant parfaitement ce qu’une telle entreprise représente en terme de dépense d’énergie, de sacrifices et de risques. Mais l’esprit de conquête et l’envie de créer sont parfois chevillés au corps et peuvent s’avérer régénérateurs, même si des périodes de la vie sont plus propices à ce type de challenge. Il est heureux que cet esprit m’anime et que je ne sois pas effrayé par la relève de défis, puisque d’une certaine façon  le choix m’a été imposé (ce que je ne regrette absolument pas).  Avec un peu d’entraide (et de mémoire) d’autres solutions pouvaient être envisagées. Ce ne fut pas le cas, l’entraide mutuelle prônée par Jigoro Kano n’est  pas toujours appliquée. Certains ont quelques difficultés avec la reconnaissance. A l’inverse, ce qui est surprenant, lorsque se manifeste le besoin d’un service ou encore celui de se réclamer de quelques références, la mémoire revient subitement et les antipathies se transforment en soudaines sympathies au cynisme glacial. Heureusement, une vie de pratique des arts martiaux forge aussi le mental, relativise certaines attitudes et interdit le renoncement : ne pas baisser les bras. Surtout au regard de la retraite des indépendants.

Même si cela aurait été plus confortable de trouver une autre solution, rien ne remplace la joie et la fierté qui sont liées à la réalisation d’un tel projet, et le soulagement de ne devoir rien à certaines personnes n’a pas de prix. Il y a ceux qui entreprennent et ceux qui prennent.

L’ouverture de ce dojo, dans lequel règne une excellente ambiance, ce qui n’est pas une moindre fierté, n’aura pas été le seul évènement personnel de cette année. Dans le premier semestre j’ai vécu plusieurs moments agréables, notamment avec les stages. A Paris d’abord, où les  rendez-vous dominicaux  me permettaient de garder le contact avec d’anciens élèves mais aussi de découvrir de nouveaux visages, comme  un groupe de ju-jitsukas belges emmenés par leur professeur Yvon Joly du club « Tip Top » de Frasnesl. Il y eu aussi les déplacements en province et aux Pays-Bas. En Bourgogne chez Michel Baillet (passionné et fidèle à ses convictions) et près de Bordeaux, à Léognan, accueillis par Nicole et Michel Dourthes (dotés d’une solide mémoire). Et puis il y a eu les Pays-Bas à Hoorn, d’abord au printemps, avec un séjour durant lequel j’ai pu apprécier une qualité d’accueil exceptionnelle de la part des élèves et de l’équipe de professeurs composée de Wim Stroet, Astrid Keizer, sous la bienveillance de Cor Brouwer et du Maître des lieux Frits van der Werff. Ensuite, à l’automne, pour une journée organisée par l’IMAF Pays-Bas. Un stage auquel je me rendais avec plaisir, mais qui malheureusement me laissera une petite ombre qu’il n’est pas utile d’éclaircir, mais qui me rappelle une citation : « Ne ratez pas les ratés, car eux ne vous rateront pas » ! Que l’on se rassure j’ai été merveilleusement accueilli par mon ami Dirk Klock, président de l’IMAF-Pays-Bas, et par l’ensemble des stagiaires, non le problème est venu d’ailleurs.

En cette fin d’année souhaitons que la prochaine nous apporte une très bonne santé, davantage de  solidarité et moins de violence de toutes natures. Au travers de leur enseignement, les professeurs d’arts martiaux ont un rôle essentiel à jouer et une responsabilité à assumer.

A titre personnel, je continuerai à œuvrer pour le ju-jitsu que j’aime,  dans ce nouveau dojo  et ailleurs. Pratiquants chevronnés et novices, ils sont déjà très nombreux à avoir rejoint ce nouveau lieu  de partage. eric@pariset.net

Commentaires

  • Bonsoir Eric,
    Très beau texte de partage, dans la ligne de l’ambiance de votre dojo.
    Je suis content que Violette partage cet état d’esprit.
    Bien cordialement,
    Sylvain (papa de Violette donc)

  • Bonjour Eric,
    Point de bon dojo sans bon sensei……….
    Amitiés martiales .
    Stéphane professeur au SCPO judo ju jitsu.

  • Merci beaucoup ! J’ai une certaine conception de la pratique et de l’enseignement et je ne peux qu’être content de la partager et qu’elle soit appréciée.
    Bien cordialement. Eric Pariset

  • Bonjour Maître,

    Je trouve qu’il y règne un esprit propice à la pratique du Ju jitsu et au développement personnel.

    Bonne continuation !

    Raymond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.