Résumé du dictionnaire, deuxième partie

La semaine dernière j’ai présenté la première partie du résumé de mon « dictionnaire des arts martiaux », cette fois, c’est la seconde partie qui est proposée.

M comme Mawashi-géri : une technique de coup de pied qui allie efficacité et beauté du geste.

N comme Ne-waza : un secteur d’une richesse inouïe et dans lequel il est possible de s’exprimer et de s’épanouir très longtemps. On y prend beaucoup de plaisir.

O comme Opposition, non-Opposition plus précisément : un des principes les plus intelligents. C’’est de cette manière que le plus faible peut vaincre le plus fort.

P comme Bernard Pariset : mon professeur, mon mentor et surtout… mon père ! Un champion exceptionnel dans le « toutes catégories », alors qu’il était d’un gabarit des plus modestes. « Faire tomber les grands » était sa gourmandise ; mais beaucoup d’autres passions l’animaient. On lui doit la réhabilitation du ju-jitsu en France au début des années 1970. Il était aussi un excellent enseignant et…un père exigeant !

Q comme Qualité : la politesse, l’honnêteté, le respect, la volonté, le courage, la solidarité, la reconnaissance, la fidélité et…l’honneur. Voilà un florilège de qualités qu’il me semble essentiel de cultiver.

R comme randori : cela se traduit par « exercice libre ». Une méthode d’entraînement au travers de laquelle on s’exprime techniquement et physiquement, mais dans laquelle l’affrontement codifié pourra être aussi un véritable plaisir, pour peu que l’on soit animé par le même état d’esprit : celui de la construction et non pas de la destruction.

S comme Stage : ils ont été une grande partie de mon activité professionnelle, que ce soit à Paris, en province ou à l’étranger. Sur une journée, un week-end ou plus. Le plaisir de rencontrer des pratiquants de différentes régions et de différents pays. Je pense tout particulièrement aux stages d’été, notamment à Soulac-sur-Mer.

T comme Tatami : avec le judogi (ou jujitsugi) ils sont mes deux principaux outils de travail. Des premiers tatamis très rudimentaires à ceux aux couleurs attrayantes que l’on nous propose maintenant, j’en ai foulé des centaines de mètres carrés pour y exercer mon métier et faire partager ma passion.

U comme Uchi-mata : à mes yeux la plus belle des projections ; celle qui réunit l’efficacité et l’esthétisme mais aussi la satisfaction de l’accomplissement, lorsqu’elle est réussie.

V comme Violence : plus précisément la non-violence. C’est aussi le combat des arts martiaux éducatifs : lutter contre ce fléau qui enlaidit notre société.

W comme Waza : ce mot se traduit par travail, mais plus exactement dans le sens de technique. En aucune manière il ne s’agit de l’instrument de torture qu’était, il y a très longtemps, « le travail », mais bien de la technique dans son expression la plus noble ; la recherche de la « finesse technique ».

X comme boXe : là, j’ai été obligé de tricher un peu. Disons que c’est le X qui « claque » le plus dans ce nom. Boxe en tout genre, pourvu qu’elle soit éducative. N’oublions pas qu’à une époque la boxe anglaise était aussi le « noble art ». Les assauts (combats d’entraînement codifiés) peuvent être comparés à des conversations, où chacun prend la parole à tour de rôle, sans jamais dire de gros mots !

Quant aux deux dernières lettres de l’alphabet, le Y et le Z, elles n’avaient pas encore été traitées, ce sera fait dès la prochaine rentrée.

eric@pariset.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.