Triste obligation

J’ai pensé partager la lettre que j’ai adressée à mes élèves hier. Je n’ajouterai pas pour le moment de commentaires à cet envoi porteur d’une très mauvaise nouvelle. Je vous la livre telle qu’ils l’ont reçue.
Les annonces d’hier ne changent malheureusement rien !

Chers élèves, chers parents,

Comme nous pouvions nous y attendre, c’est une terrible nouvelle que je suis obligé de vous annoncer. Il ne s’agit pas d’une décision, mais bien d’une obligation.

Le virus m’a épargné, pour le moment et j’espère qu’il en sera ainsi dans l’avenir, pour nous tous. Mais il n’a pas épargné notre dojo.

Je suis contraint de remettre les clefs à la fin de cette semaine. Il n’est plus possible d’additionner  les impayés de loyer et de faire face aux autres dépenses, sans plus aucune recette, surtout pour une toute jeune entreprise. Le loyer est très élevé et la propriétaire ne peut s’en passer. En absence de décret gouvernemental  et de jurisprudence il est tout à fait impossible de prendre le risque de ne pas s’acquitter d’une somme que je ne pourrais vraisemblablement jamais rembourser.

Le Président de la République dans son allocution du 16 mars dernier, au cours de laquelle il nous annonçait un confinement aussi brutal qu’inattendu,  avait déclaré que personne ne resterait au bord du chemin, « quoiqu’il en coûte ». Je ne suis pas au bord du chemin, mais au fond du ravin et il m’en coûte.

Cette nouvelle est terrible et revêt une forme d’injustice.
Terrible  puisqu’elle va me priver de mon métier et d’une indispensable source de revenu (je suis comme tout le monde) .
Injuste, parce je ne pensais pas mériter une telle issue et me retrouver dans une situation inextricable.

C’est donc dans quelques jours que je remettrai les clefs du dojo. Ainsi s’achève une aventure tout juste entamée. Ce n’est pas faute d’y avoir mis de l’espoir, de l’énergie et de la sueur (et mes économies). Aujourd’hui, nous sommes le 28 mai 2020, il y a tout juste un an, le 27 mai 2019, je signais un bail commercial (le fameux 3.6.9) pour ce local qui allait devenir le dojo que vous connaissez et que vous aimez.

Comment en sommes nous arrivés là ? C’est assez simple et il ne fallait pas être un grand devin pour savoir que mettre un pays à l’arrêt ne serait pas sans conséquences, surtout pour les secteurs comme le notre qui n’ont toujours pas repris et pour lesquels ont ignore  la date de reprise, et surtout  les conditions qui risquent de l’accompagner. Bref, une date de reprise qui aurait du sens.

Pour moi, il ne s’agit pas d’une décision, mais d’une obligation. Renoncer s’impose à moi. S’il n’y a pas d’utilisation de la force de l’adversaire il y a au moins une esquive qui évitera d’être broyé davantage, si toutefois cela est possible.

En effet, depuis presque trois mois que le club est fermé, il n’y a plus d’inscription, plus de recette, donc plus de revenu. J’exerce en tant que travailleur indépendant, sans salaire et sans droit au chômage, bien sûr.

Le dojo est une entreprise privée, elle a des frais fixes incontournables, ceux-ci n’ont pas disparu avec cette  fermeture administrative.

Dans notre secteur d’activité, nous sommes plusieurs professionnels à réclamer, non pas le report des loyers, par exemple, mais leur annulation pure et simple. Repousser des dettes qu’il nous faudra régler par la suite, avec forcément un chiffre d’affaire en baisse, ce n’est tout simplement pas possible, tout comme emprunter à la banque, pour peu qu’elle accepte de prêter, ce qui n’est pas mon cas puisque je n’ai pas de bilan à présenter, le dojo est une toute jeune entreprise.

Donc, mis à part continuer à occuper un local vide,  tout en accumulant des loyers alors que nous avons zéro euro de recette, et bien c’est tout simplement inenvisageable.

Et puis, l’avenir est peut-être plus grave que le présent (si cela est possible). D’une part, nous ne connaissons pas la date d’une éventuelle reprise. Au plus tôt, il serait question du mois de septembre. Mais d’autre part, et c’est peut-être le plus important, nous ignorons  les conditions attachées à cette reprise ; le fameux « protocole sanitaire ». Si les gestes barrières et la distanciation sociale sont maintenus, il sera tout simplement impossible de pratiquer les arts martiaux. Je sais que certains parlent de judo sans partenaire ou bien avec des mannequins,  par exemple, d’autres de rugby sans ballon ; à quand la natation sans eau et l’équitation sans cheval ?

Enfin, quelle sera la réaction des élèves et futurs élèves ? Pouvoir ouvrir est une chose, avoir suffisamment d’inscriptions qui rendent  viable l’entreprise, en est une autre. Il y aura d’abord les prochains mois d’été  sans rien, puis une  reprise avec une inévitable baisse d’activité. Il n’est pas non plus difficile d’imaginer qu’au moment de la sortie de cette crise sanitaire, nous allons en affronter une autre, économique et sociale cette fois, et d’une grande brutalité. Elle ne  manquera pas de faire beaucoup de dégâts, auprès des petites entreprises en l’occurrence et par « effet domino » pour beaucoup de particuliers.

Il faut prendre en considération que si les mesures nous imposent un nombre limité d’élèves par cours, cela posera forcément un problème de rentabilité et s’il faut engager du personnel pour pouvoir désinfecter après chaque passage aux  sanitaires (si toutefois leur utilisation est autorisée), s’il est obligatoire de mettre en place une sorte de sens giratoire, un fléchage au sol, etc. vous imaginez qu’avec la configuration de notre petit dojo, tout cela restera impossible à réaliser ou à assumer tout seul.

Justement, parmi les projets, il y avait celui de m’attacher un collaborateur de façon à ce que le dojo puisse évoluer sans que tout ne repose pas sur mes épaules, ce qui était pour ainsi dire le cas la première année, mais il s’agissait alors d’un risque temporaire ne pouvant s’inscrire dans la durée. Or, comment embaucher avec toutes les incertitudes évoquées plus haut et par là même  envisager de continuer de s’enfoncer de façon plus profonde dans l’endettement ? Cela  relèverait de l’irresponsabilité et tout simplement d’une faute de gestion.

Par rapport à d’autres établissements également touchés, notre dojo a comme inconvénient, je le dis à nouveau  au risque de me répéter, d’être tout neuf, ou presque.

Je sais que vous devez tous être déçus. Vous m’envoyez régulièrement des messages de soutien dans lesquels vous me faites part de votre déception et de votre colère (non pas à mon égard, mais vis-à-vis des évènements) si cet établissement devait  disparaitre.  Ce lieu de culture et de partage qui « collait bien » avec le quartier. Je vous laisse imaginer quelles sont mes déceptions et mes colères face à ce qui représente pour moi, un véritable désastre, avec une certaine  impression d’iniquité devant l’épreuve et que parfois l’esprit d’entreprise n’est pas récompensé.

Comme je vous le disais précédemment, j’ai eu le temps d’envisager tous les scénarios et d’étudier toutes les solutions, hélas sans succès !

Je ne vous cache pas non plus mon épuisement physique et mental suite à ces chocs émotionnels bien compréhensibles, lorsque sont  attaqués votre métier et sa survie, à fortiori quand il s’agit d’une passion qui vous est chevillée au corps depuis des décennies.

Nous n’aurons même pas eu l’occasion de fêter le premier anniversaire de ce dojo, comme nous avions eu du mal à nous rassembler à la fin de l’année pour cause de « grande grève », ce qui me fait penser que cette saison  n’était vraiment pas la bonne  pour se lancer dans une telle aventure. Je sais que de tels propos sont stériles, mais l’amertume n’est pas bonne inspiratrice.

D’autre part, je n’ignore pas qu’il y a des abonnements en cours.  Mais je suis obligé de faire preuve de la plus grande franchise à votre égard ; cette fermeture totale imposée et ses conséquences m’empêchent complètement de pouvoir procéder à quelque remboursement que ce soit. Les plus anciens d’entre vous connaissent mes défauts, qui sont nombreux, mais je crois avoir prouvé tout au long de ma vie et de ma carrière que l’honnêteté est une qualité que je peux m’attribuer sans aucune prétention.

Beaucoup d’entre nous, à l’occasion de cette crise, doivent faire face à des cas de force majeure, à des situations qui ne sont pas de leur fait ; tout cela génère des problèmes inédits et souvent irrésolvables. Je fais donc appel à votre compréhension et à votre mansuétude.

Je reste bien évidement à votre disposition par tous les moyens  de communication.

Je ne doute pas que certains et même beaucoup d’entre vous connaissent, eux aussi des moments pénibles. A tous, je souhaite bon courage et j’espère que rapidement nous pourrons  retrouver une vie normale avec des jours meilleurs.

Il n’y a plus grand-chose à ajouter, si ce n’est que j’espère que nos chemins  puissent se croiser à nouveau ; il ne faut jamais dire jamais. Pour ce qui me concerne, c’est près de mes proches que je vais me réfugier durant quelques temps et où j’espère bien récupérer une parfaite santé et trouver les moyens de me ressourcer.

Chers élèves et chers parents, je vous adresse, l’assurance d’avoir fait preuve d’un total dévouement que ce soit dans la gestion du dojo depuis son ouverture, que face à l’épreuve qui nous a été imposée par le destin. Mais « à l’impossible nul n’est tenu ».

Je vous adresse mes salutations amicales les plus chaleureuses et je vous dis à bientôt « ici ou là » !

eric@pariset.net

S comme Samouraï, bien évidement…

Pour la lettre S de mon dictionnaire c’est tout naturellement que je me suis arrêté à « Samouraï ».

Bien qu’en ce moment, même animé par l’esprit guerrier qui caractérisait ces hommes, nous ne pouvons que subir les évènements. Il est pourtant indispensable de les évoquer, ils ne pouvaient être absent de ce dictionnaire.

Comme pour chaque personnage ou élément qui compose ce dictionnaire, l’objectif n’est pas de faire un exposé sur le sujet, mais d’exprimer ce qu’il a représenté et représente pour moi.

Samouraï : ce mot je l’ai lu, entendu et prononcé un nombre de fois incalculable ; peut-il en être autrement dans la vie d’un pratiquant d’arts martiaux ? Ces valeureux guerriers sont indissociables d’une carrière consacrée aux disciplines de combat ; presqu’au point de souhaiter leur ressembler, non pas dans leur « métier », mais pour leur esprit ; acquérir cette farouche volonté, cette rigueur, cette efficacité et ce sens du raffinement dans le combat, et cet attachement à de belles valeurs, autant d’éléments qui ont participé à leur gloire et à leur histoire. Encore maintenant, Il n’y a pas plus beau compliment que celui de recevoir le qualificatif de samouraï. Non pas pour le maniement du sabre que nous ne portons plus, mais pour les valeurs exprimées ci-dessus.

Ceci étant, ne nous méprenons pas, ces hommes n’étaient pas des tendres et les combats qu’ils se livraient se finissaient par la mort d’un des deux protagonistes. Nous n’en sommes plus là, bien heureusement.

Pour ma part, deux mots me viennent spontanément à l’esprit pour les qualifier (et qualifier un « samouraï des temps modernes ») : courage et respect.

Le plus célèbre d’entre eux est incontestablement Miyamoto Musashi (1584-1645), grâce à son parcours, ses combats et ses écrits. On ne peut qu’encourager la lecture du « Traité des cinq roues ». Dans ce recueil, le samouraï philosophe fait état des cinq éléments qui représentent la nature entière : Terre, Eau, Feu, Vent, Vide. Il invite à transposer l’art de l’épée ; de l’appliquer à la vie quotidienne et qu’il devienne un art de vivre.

Je conclurai par une petite histoire : « Trois mouches » (déjà publiée sur mon blog). Réalité ou légende ? Peu importe, elle est savoureuse et démontre que parfois on peut vaincre sans combattre.

Trois mouches.

Dans une auberge isolée, un samouraï est installé, seul à une table. Malgré trois mouches qui tournent autour de lui, il reste d’un calme surprenant. Trois rônins entrent à leur tour dans l’auberge. Ils remarquent aussitôt avec envie la magnifique paire de sabres que porte l’homme isolé. Sûrs de leur coup, trois contre un, ils s’assoient à une table voisine et mettent tout en œuvre pour provoquer le samouraï. Celui-ci reste imperturbable comme s’il n’avait pas remarqué la présence des trois rônins. Loin de se décourager, les rônins se font de plus en plus railleurs. Tout à coup, en trois gestes rapides, le samouraï attrape les trois mouches qui tournaient autour de lui, et ce, avec les baguettes qu’il tenait à la main. Puis calmement, il repose les baguettes, parfaitement indifférent au trouble qu’il venait de provoquer parmi les rônins. En effet, non seulement ceux-ci s’étaient tus, mais pris de panique, ils n’avaient pas tardé à s’enfuir. Ils venaient de comprendre à temps qu’ils s’étaient attaqués à un homme d’une maitrise redoutable. Plus tard, ils finirent par apprendre, avec effroi, que celui qui les avait si habilement découragés était le fameux Miyamoto Musashi.

eric@pariset.net

R comme Randori, suite du dictionnaire

Pour la lettre R de mon dictionnaire, j’ai choisi le mot Randori. C’est donc un article plus technique qui est proposé. J’aurais pu choisir R comme Respect ou R comme Reconnaissance ou encore R comme Remerciements, mais les lignes auraient été empreintes d’une certaine « négativité » face à quelques réalités.

Restons dans la « positivité » et revenons à « notre Randori ».

En guise d’introduction je propose une définition glanée sur Internet et qui me semble être un parfait résumé : « Exercice libre orienté vers l’attaque. Le randori permet la rencontre de deux partenaires dans une confrontation dont la victoire ou la défaite n’est pas l’enjeu ».

Le randori est sans doute l’exercice le plus important pour progresser et le plus agréable à pratiquer à condition de le faire avec un partenaire habité par un état d’esprit identique.

Le randori existe dans la plupart des arts martiaux, qu’ils soient ou non à but compétitif. On peut traduire ce mot par « exercice libre ». Libre dans l’utilisation des techniques et leurs enchainements, dans l’adaptation aux situations. C’est à la fois un exercice de perfectionnement technique et d’amélioration de la condition physique mais c’est aussi un moment de vérité où l’on peut se tester dans une situation d’opposition, même si cette opposition est codifiée pour des raisons évidentes de sécurité, entre autres. Je le définirai comme un exercice d’opposition codifiée à thème.

Il est important pour trois raisons principales. D’abord il permet de progresser dans l’attaque et la défense, ensuite il participe à l’acquisition et au renforcement de la condition physique et enfin, s’il est fait dans un bon état d’esprit, on prend beaucoup de plaisir dans une opposition aux allures de jeux. On peut ainsi mesurer les progrès ; par exemple, le jour où il devient possible de projeter quelqu’un alors que cela ne l’était pas quelques temps avant.

En ju-jitsu, les trois principaux thèmes sont le randori d’atemi (les coups) le randori de projections et le randori au sol. Ils permettent de se perfectionner dans chacun de ces trois domaines en toute sécurité. A titre personnel, je suis contre un exercice d’opposition dans lequel tout est autorisé. A ceux qui ne partagent pas ce point de vue au motif que dans la réalité tout est permis, je réponds que la réalité c’est la réalité et que l’entraînement c’est l’entraînement. Dans ce dernier, les consignes d’efficacité et de sécurité sont indissociables. Une pratique constructive se fait en limitant les situations dans lesquelles les risques de blessures sont plus importants.

Dans ces affrontements qui sont essentiellement axés sur le renforcement du système d’attaque, il est évident que l’on travaille aussi la défense. Ne serait-ce que pour proposer à son partenaire une opposition correcte.

Je concluerai en soulignant que chacun des trois principaux secteurs évoqués (coups, projections et travail au sol) possède ses particularités dans le plaisir procuré. Pour le travail des projections, arriver à « faire tomber » quelqu’un à l’aide d’une belle réalisation ou un enchaînement ou encore l’application du fameux principe action-réaction est une joie que seuls ceux qui la connaissent peuvent en attester. Dans le travail au sol, l’affrontement est différent dans la mesure où, ne réclamant pas autant de vitesse d’exécution, il offre la possibilité de « fourbir » sa stratégie, de préparer plusieurs « coups » à l’avance, de prendre son temps dans l’action et dans la satisfaction. Enfin, et pour terminer, on peut établir un parallèle entre le randori « coups de poings et pieds » et une conversation. « L’assaut courtois », tel que l’on nommait cet exercice du temps de Charlemont, le fondateur de la boxe française, peut s’assimiler à une discussion au cours de laquelle les deux protagonistes éviteraient de parler en même temps, sans pour autant se priver de défendre leurs propres arguments en coupant la parole (poliment) s’il le faut, mais au cours de laquelle ne serait prononcé aucun « gros mot ».

Alors, lorsque les entraînements reprendront, n’oubliez pas les randoris

Suite du dictionnaire avec la lettre Q comme Qualité.

La qualité, c’est ce que nous cherchons à améliorer chez nous, c’est ce que nous aimons trouver chez les autres et ce que nous sommes en droit d’attendre de la part des différents services qui peuplent notre quotidien. C’est aussi l’objectif à atteindre dans l’accomplissement d’un métier, pour ceux qui ont la chance d’assurer une profession que l’on peut qualifier de directement utile. Tout métier est utile, mais pour certains la reconnaissance est plus concrète. Dans le domaine de la médecine, dans celui de la recherche, dans le secteur de l’éducation et de l’enseignement (j’en oublie sans doute). Après, l’amélioration de la qualité de la vie passe par les loisirs, pour ceux qui ont la chance de pouvoir s’en offrir, et au travers desquels nous allons nous exprimer, nous détendre et faire des découvertes enrichissantes intellectuellement et artistiquement.

Lorsque l’on a la chance d’enseigner les arts martiaux, nous nous situons à la fois dans l’éducation et dans les loisirs. C’est aussi un métier à forte responsabilité puisqu’il s’agit d’inculquer des techniques de combat qui permettent dans des situations extrêmes « d’anéantir » un adversaire. Un haut niveau d’exigence doit être imposé, pour le moins. La conscience professionnelle, dont est pourvue la grande majorité des enseignants, impose une responsabilité, celle d’être irréprochable techniquement et pédagogiquement, mais aussi et surtout dans le comportement.

Dans mon « dico », l’évocation de cette lettre Q pour Qualité est l’occasion de mettre en avant celles qui me sont chères, qui m’apparaissent prioritaires. Les qualités vers lesquelles ont doit tendre. Pour chacune d’elles, j’ai choisi quelques mots afin de donner une définition personnelle très concise qui, à l’occasion d’un ouvrage plus étoffé, pourra être davantage développée. La politesse : pour bien commencer toute relation et vivre harmonieusement. L’honnêteté : afin de pouvoir évoluer en confiance. Le respect : indispensable pour le bien-être de la société. Cette qualité est en liaison directe avec la politesse. Le respect des personnes. Sans ce respect, il n’y a plus rien. La volonté : pour réaliser. Le courage : pour surmonter les obstacles qui ne manquent pas de se dresser devant nous au cours de l’existence, pour peu que l’on ait eu l’opportunité, le courage et les compétences pour entreprendre. La solidarité : pour une entraide indispensable dans certaines circonstances.La reconnaissance : pour ne pas oublier. La reconnaissance du ventre, mais aussi celle du cœur. La fidélité : aux personnes, aux principes et aux convictions. L’intelligence : c’est utile ! Enfin, je n’oublie pas l’honneur, la plus digne des qualités, surtout dans nos arts martiaux.

Certaines de ces qualités sont innées, elles se cultivent et s’entretiennent ; d’autres s’acquièrent grâce à l’éducation et à la motivation fournie par l’éducateur, le professeur, l’entraîneur. On en revient toujours à l’éducation, ce socle indispensable à toute société civilisée, pour que cette société puisse s’élever sans risque de s’effondrer tôt ou tard. Cet article n’est sans doute pas d’une grande originalité, certains penseront qu’il s’agit là d’évidences, j’assume et je revendique le droit d’enfoncer ce clou, parce qu’il apparait que certaines de ces évidences, sont loin, même très loin d’être mises en valeur et donc d’être appliquées. (Certaines de ces valeurs sont affichées sur les murs des dojos ; parfois juste affichées…)

« En creux » de chacune de ces qualités on trouve les défauts, ceux que j’exècre : l’impolitesse, la malhonnêteté, l’irrespect, la mollesse, la couardise, l’égoïsme, l’oubli, la lâcheté, la trahison (celle-là, pour l’avoir beaucoup subie, je la connais bien), la bêtise et le déshonneur. Un sacré inventaire contre lequel il ne faut pas cesser de lutter, pour cela il faut être doté d’optimisme : une qualité indispensable

Des mots et des maux

Certes nous faisons de substantielles économies. Plus de cafés, plus de restos, plus de cinés, plus d’achats de vêtements, plus de coiffeurs, etc. Bref, plus grand chose, que de l’indispensable, pour ceux qui le peuvent encore ! Je sais que certains achats précités ne sont pas des produits de premières nécessité (même s’ils permettent à beaucoup de gens de vivre) et qu’un nombre important de nos concitoyens ont appris à s’en priver depuis longtemps et bien avant le confinement. Ce qui n’est pas glorieux pour notre société.

D’ors et déjà, pour beaucoup, ces économies imposées depuis plusieurs semaines, se transforment en économies incontournables dans la mesure où d’abord, même si le déconfinement (partiel) se réalise lundi prochain, les secteurs précités (exemption faite pour les coiffeurs) ne lèveront pas le rideau et que lorsque ce sera le cas, beaucoup d’entre nous ne bénéficieront plus des moyens d’en profiter, ni pour les plus généreux de venir en aide aux plus nécessiteux, quand ils n’en grossiront pas les rangs.

Alors espérons un rapide retour sur un chemin qui nous ramènera à une vie (presque) normale, ce qui serait indispensable pour que cesse une altération inévitable de notre santé mentale et physique, avec des séquelles, sinon irréversibles, pour le moins difficilement réparables. Elles pourraient être gravement préjudiciables à l’énergie nécessaire à un rebond salvateur. Surtout que pour certains, il faudra vivre encore avec des carences en relations sociales, amicales et affectives qui pourraient être assassines !

Pour clore avec un soupçon d’espoir, croyons en l’entraide mutuelle, chère à Jigoro Kano, ainsi qu’en l’énergie du désespoir !

« Souvent le désespoir a gagné des batailles ». Voltaire

eric@pariset.net            www.jujitsuericpariset.com

Lettre K (deuxième volet) K comme Kawaishi

C’est à une personnalité à qui le judo et le ju-jitsu français doivent beaucoup que je consacre le deuxième volet de la lettre K de mon dictionnaire.

Maitre Kawaishi fait partie des personnages qui, dans leur domaine, marquent leur époque en laissant d’impérissables souvenirs.  Si dans notre pays, judokas et ju-jitsukas, en nombres considérables  assouvissent  leur passion, c’est un peu grâce à ce personnage haut en couleur.

On retrouvera sa biographie complète sur Internet. Comme je procède à chaque fois, les articles consacrés à des personnalités expriment ce qu’ils représentent pour moi. On peut juste préciser qu’il est né au Japon en 1899, qu’il arriva en France en 1935, qu’il rentrera dans son pays au début  de la seconde guerre mondiale, pour  revenir dans notre pays en 1948. Il y restera jusqu’à la fin de ses jours en 1969.

Je n’ai pas connu personnellement Kawaishi Sensei. Mon père lui, le connaissait et il avait pratiqué sous sa férule ; il m’avait d’ailleurs conté quelques anecdotes à son sujet que je ne me permettrai pas de relater. Non pas qu’elles soient préjudiciables à la mémoire du grand homme, mais simplement parce qu’elles n’ont pas  de rapport, ou très peu, avec ce qu’il représente et ce qu’il a représenté.

Pour moi Kawaishi, ce sont avant tout trois choses : d’abord les «ceintures de couleur», ensuite la «Méthode Kawaishi» et enfin la self-défense.

Les ceintures de couleur d’abord. Il avait bien compris l’esprit européen – et français en particulier -, impatient et friand de récompenses. Ceci étant, il ne faut pas renier cette initiative qui participe largement à la fidélisation des pratiquants et à établir une hiérarchie des valeurs (shin-gi-tai) sur les tatamis. Leur utilité a été renforcée avec les demi-ceintures créées pour les enfants dans les années 1990.

Quant à la « méthode Kawaishi » de judo, elle répondait à un certain besoin d’organisation propre aux occidentaux. Les techniques ne portaient pas des noms japonais, mais des numéros dans chacun des  groupes auxquels elles appartenaient (jambes, hanches, bras, etc.). Ainsi o-soto-gari était le 1er de jambe, Ippon-seoe-nage le 1er d’épaule, etc. Le classement était valable aussi bien debout qu’au sol. J’ai commencé à l’aide de cette nomenclature et avec mes partenaires,  c’était à celui qui en connaissait le plus, sans pour autant savoir les exécuter. Ensuite, pour des raisons d’universalité, nous avons connu les appellations japonaises actuelles.  Ce classement était pragmatique et facilement assimilable, en termes de mémorisation  des noms. Pour le reste qu’il se nomme  10ème de hanche ou uchi-mata, s’il est mal fait, il est mal fait ; s’il est réussi, il est magnifique.

Enfin, Maître Kawaishi portait un intérêt évident pour la self-défense. Il  a d’ailleurs écrit un livre appelé « Ma méthode de self-défense ».  Cependant, il la distinguait du ju-jitsu, sans doute pour marquer les esprits sur l’aspect spécifiquement utilitaire et peut-être aussi parce qu’à l’époque, au japon, notre art martial ne bénéficiait pas d’une réputation flatteuse.

Il était doté d’une forte personnalité, que certains décrivaient comme autoritaire, mais est-il possible de réaliser de grandes choses et d’imposer un peu d’organisation sans un esprit de décision affirmé ? Le fameux kime, que l’on retrouve dans un célèbre kata : le kime-no-kata, littéralement « le kata de décision ».

A Paris il avait créé un club qui s’appelait le « Judo-Club de France » et c’est en son sein qu’il avait formé et nommé les premières ceintures noires française.

Il a su s’entourer d’une équipe à la solide complémentarité et avec laquelle  il a posé les bases d’un judo français qui fait référence dans le monde entier. Il appartient à cette catégorie de gens qui, de par leur engagement et leur personnalité, ont marqué un domaine et sans lesquels, le domaine en question n’aurait sans doute pas brillé comme cela a été le cas.

eric@pariset.net

K comme Kano Jigoro

« Rien sous le ciel n’est plus important que l’éducation : l’enseignement d’un maitre de valeur peut en influencer beaucoup et ce qui a été appris correctement par une génération pourra être transmis à cent générations. » Jigoro Kano

Aujourd’hui, retour à « mon dictionnaire ». Celui-ci n’a pas comme objectif principal de relater précisément la vie des personnages illustres que j’évoque, puisqu’il est aisé de le faire sur Internet, mais d’expliquer pourquoi je les évoque. Pourquoi ils m’ont marqué et ce qu’ils ont pu m’apporter dans mon parcours professionnel et plus largement dans la vie.

On peut juste rappeler que Jigoro Kano est le fondateur du judo. A partir de l’ancien ju-jitsu, il a souhaité créer une méthode d’éducation physique et mentale en développant des valeurs autres que celles liées au combat. Ces valeurs sont les fondations solides d’une véritable « Ecole de vie » .

A la lettre J de ce modeste dictionnaire j’avais expliqué que le mot « JU » signifiait « souplesse », dans le sens physique, mais surtout d’un point de vue comportementale. C’est cet aspect que Jigoro Kano a souhaité développer et mettre au service de l’éducation avec un grand E ; c’est pour moi ce mot qui caractérise le plus cet homme exceptionnel ; c’était son objectif majeur, sa « grande affaire ».

Pour moi, il a apporté trois éléments majeurs. D’abord, il a ressuscité – et adapté – le ju-jitsu, ensuite il en a fait une méthode d’éducation physique et mentale – en plus d’une méthode de défense – et enfin, il avait une conception intéressante de l’aspect sportif ou plus exactement de la compétition.

Sur le plan purement technique, de mon point de vue, son idée majeure aura été de conserver et d’améliorer les anciennes techniques de ju-jitsu en fonction de deux critères essentiels : efficacité et sécurité. Efficacité en cas d’affrontement et sécurité dans la pratique. La maîtrise d’une technique, donc son efficacité, s’obtient par de nombreuses répétitions ; or lorsqu’il s’agit de mouvements difficiles à contrôler, ces répétitions peuvent être génératrices de blessures. Pour être efficace il faut d’abord être en pleine possession de ses moyens et pouvoir s’entraîner régulièrement. Un art martial moderne ne doit pas être une entreprise de destruction, mais de construction. Construction d’une bonne condition physique, d’un bagage dans lequel se trouvent des techniques qui demandent davantage de finesse que de force, enfin un état d’esprit combatif et conquérant, mais pour de bonnes causes et dans le respect de valeurs humaines puissantes. Il ne voulait pas que sa méthode se limite au seul aspect utilitaire pensant sans doute avec raison que cela n’était pas sain. Il avait souhaité « hiérarchiser » les secteurs qui devaient être développés et préservés avec le célèbre précepte   shin-ghi-tai,( l’esprit, la technique et le corps).

Ce qui me semble important aussi, c’est la vision de l’aspect sportif qui était la sienne, je veux parler de la compétition. Il n’était pas contre, tout en considérant qu’elle n’était qu’un passage et qu’un aspect de la discipline. Si cette conception avait été davantage suivie, peut-être qu’un nombre moins important d’abandons se produiraient à l’issue de carrière de compétiteurs venant de clubs ne jurant que par « la compéte ». Ceci est valable pour tous les sports, mais justement il ne voulait pas en faire « qu’un sport ». L’option ultra-sportive dans laquelle s’est installé le judo l’aurait sans doute interpellé.

Enfin, toujours concernant l’aspect sportif, et qui rejoint celui de l’éducation, il était catégorique sur le fait que certaines techniques ne pouvaient pas être pratiquées en opposition, mais simplement en répétitions conventionnelles. Toujours habité par l’idée de limiter le risque de blessures. C’est pour cette raison que la compétition d’affrontement direct en ju-jitsu n’est pas concevable, ou bien ce n’est plus du ju-jitsu.

Jigoro Kano était un homme moderne, dans le sens où l’éducation était la priorité dans une société qui se dit civilisée. En avons-nous (ou pas) la preuve au quotidien !

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

J comme JU (souplesse)

Nous arrivons à la lettre J de mon dictionnaire : J comme Ju-Jitsu et Judo, mais tout simplement comme Ju, « la souplesse ».

Il s’agit là de souplesse comportementale, d’un état d’esprit, bien plus que de souplesse physique ; qualité que l’on ne reniera pas, bien au contraire. C’est cette souplesse comportementale qui donne son originalité et sa valeur ajoutée à nos deux arts martiaux, aussi bien en matière d’efficacité dans d’éventuels affrontements qu’en matière d’éduction, à la condition que ces disciplines soient enseignées dans l’esprit qui était celui du fondateur.

De la « technique (ou l’art) de la souplesse » que représentait le ju-jitsu, Jigoro Kano a voulu élargir le champ d’action de l’art martial avec le judo « voie de la souplesse » (jitsu = technique, art ; do = voie). Il souhaitait ainsi démontrer que cette « souplesse » était aussi bien un principe à adopter en opposition lors d’un affrontement physique, que dans le cadre des relations sociétales, professionnelles, familiales ; bref il souhaitait un quotidien rendu harmonieux grâce à l’application de ce précepte. Il ne s’agissait plus d’un simple principe de combat, mais aussi d’une règle de vie.

Ne pas s’opposer à la force brutale en pliant, évitant ainsi de rompre, comme dans « Le chêne et le roseau » est un principe intelligent, mais faire en sorte que cette force, cette puissance de l’adversaire se retourne contre lui, l’est encore davantage ; cela ne relève pas du miracle mais d’une technique, et même d’une technologie de pointe. L’appliquer dans les relations humaines est parfois plus difficile, et pourtant n’est-ce pas essentiel de faire en sorte d’anticiper pour « gérer » au mieux d’éventuels désaccords de façon à éviter les conséquences toujours désastreuses d’un conflit ? C’est en cela que cette souplesse d’esprit est d’une inestimable valeur.

Cette souplesse comportementale ne doit pas être considérée comme un signe de faiblesse, bien au contraire ; n’y a-t-il pas plus belle victoire que celle remportée sans combattre, sans blessure physique ni mentale ?

Jigoro Kano n’hésitait pas non plus à évoquer l’utilité de ce principe dans le cadre professionnel, une sorte de « gagnant/gagnant ». N’y a-t-il pas meilleur accord que celui qui satisfait les deux parties ?  Lorsque le plus fort écrase le plus faible, dans la rue, dans les conflits familiaux, dans le monde du travail : est-ce vraiment une heureuse issue ?

L’acquisition de cette souplesse comportementale ne peut se faire que par l’éducation, la transmission. Cela nous ramène une fois de plus au rôle capital de l’enseignant. Dans les arts martiaux, celui-ci ne doit pas se limiter à être un distributeur de techniques, ni (quant il s’agit de l’aspect sportif) à celui d’un « brailleur » le week-end sur les bords d’un tatami de compétition. Le professeur remplira son rôle par l’apprentissage des techniques de combat, auxquelles seront attachées les valeurs morales inculquées de la façon la plus naturelle possible, en premier lieu par l’exemplarité.

Cette souplesse, ce « Ju » qui différencie l’art martial de la simple activité physique, n’est-il pas aussi et même tout simplement « une forme de philosophie » ? Cette philosophie qui doit permettre de conduire son existence avec sagesse, pour la quête du bien-être… du bonheur, tout simplement.

eric@pariset.net     www.jujitsuericpariset.com

I comme Ippon Seoi Nage…retour du dictionnaire

Retour au dictionnaire et à un article plus technique, avec la lettre I comme Ippon Seoi Nage.

Mon but n’est pas de développer une étude approfondie, mais d’expliquer simplement les raisons de mon engouement pour cette projection qui est l’une des plus emblématiques du ju-jitsu et du judo. Elle est utilisée aussi bien en self-défense qu’en compétition. J’ai une affection particulière pour elle, et cela pour plusieurs raisons.

D’abord, c’est une des premières projections que l’on apprend, bien qu’elle ne se réalise pas aussi facilement que l’on puisse l’imaginer lorsque nous la regardons exécutée par un spécialiste. Mais, répondant à des principes naturels, si elle est bien expliquée, son apprentissage se fait assez rapidement ; elle offre une des premières satisfactions aux nouveaux étudiants. De plus, Tori (celui qui exécute), même s’il est encore balbutiant, ne rencontre pas de difficultés particulières pour bien retenir Uke (celui qui subit) dans la chute, ce qui est rassurant et sécurisant. L’aspect spectaculaire ne retire rien au plaisir de la réaliser ou de la voir bien exécutée.

Son principe de base consiste tout simplement à faire passer le partenaire « par-dessus nous », en se servant de son déséquilibre avant. Celui-ci étant obtenu de différentes manières, selon que l’on se situe en ju-jitsu ou en judo. Comme dans toutes les techniques il existe des variantes, elles sont fonction du gabarit, mais aussi de l’influence du professeur.

En ju-jitsu, elle est utilisée aussi bien sur des attaques venant de face, comme un coup « en marteau » en direction de la tête, que sur des saisies arrière, à la gorge ou au dessus des bras. En judo le nombre des opportunités, combinaisons, contres, liaisons debout-sol est colossal.

Ippon Seoi Nage, en règle générale, est pratiqué par des plus petits sur des plus grands, puisque passer sous le centre de gravité est la première des conditions. Bien exécutée, cette projection ne demande pas d’efforts physiques particuliers, ce qui par ailleurs doit être la condition de toutes les techniques, puisqu’à l’origine la non-opposition, l’utilisation de la force de l’adversaire et l’utilisation la plus rationnelle de notre propre énergie, sont les fondements du ju-jitsu. On pourrait facilement prendre Ippon Seoi Nage comme modèle pour expliquer des principes parfois négligés et même oubliés.

Enfin, si j’apprécie particulièrement cette technique c’est aussi parce qu’elle était l’un des redoutables « spéciaux » de mon père qui, lors de ses exploits sportifs, a « terrassé » plus d’un « grand » grâce à elle. Par atavisme, mimétisme et avec un excellent apprentissage, elle est devenue l’une de mes projections favorites.

eric@pariset.net       www.jujitsuericpariset.com

H comme Honneur…(reprise du dictionnaire)

Reprise du « dictionnaire » (et rediffusion) avec la lettre H. H comme Honneur.

Pour les samouraïs il s’agissait d’une valeur qui n’avait pas de prix ; presque systématiquement sa perte les conduisait à l’acte ultime, le hara-kiri ou seppuku. Il est vrai que leur rapport à la mort était différent de celui qui est le nôtre. Il n’empêche, l’honneur est une des plus fortes valeurs que nous nous devons de défendre, à fortiori pour un pratiquant d’arts martiaux. Elle est inestimable et ne pas la respecter, surtout pour un éducateur, c’est commettre une faute inqualifiable.

Même dans notre beau pays, et jusqu’au siècle dernier, lorsque l’on estimait qu’il était bafoué, il était fréquent (et autorisé) de demander réparation à l’occasion d’un duel à l’épée ou au pistolet.

La définition qu’en donne le Larousse est la suivante : « Ensemble de principes qui incitent à mériter l’estime de soi et des autres ». Quels sont ces principes ? Et quelle est l’estime la plus précieuse, entre celle que l’on a de soi et celle que les autres nous portent ?

Les principes, d’abord. Dans le code moral du judo-ju-jitsu affiché dans tous les dojos (mais pas toujours appliqué) on peut lire à propos de l’honneur : « C’est être fidèle à la parole donnée ». Cela m’inspire trois remarques. D’abord l’honneur devrait figurer en première place et non pas en quatrième, comme c’est le cas, ensuite il pourrait tout simplement s’appeler le Code d’honneur, il existe bien le Code d’honneur des samouraïs ! Enfin, même si la fidélité peut englober un ensemble de principes, on peut être plus généreux dans l’énumération des qualités qui correspondent à l’idée que l’on se fait de l’honneur. L’honneur, c’est aussi le respect des autres (ceux qui le mérite), de son métier, de ses convictions, du gout de l’effort et de la rigueur. Parfois il s’agit d’un dépassement de soi lorsque cela est nécessaire, notamment face à l’adversité. Effectivement, c’est aussi le respect de la parole donnée, un comportement dans lequel sont exclues lâcheté et traitrise (ce qui n’est pas facile pour certains). .

Il ne faut pas confondre honneur et héroïsme. Se montrer héroïque mérite les honneurs, mais le bon accomplissement de notre vie quotidienne, sans faillir, est aussi « tout à notre honneur », comme la réalisation d’une mission qui nous a été confiée.

L’honneur, c’est tout simplement pouvoir se regarder dans la glace en toute sérénité. Personne ne peut revendiquer la perfection, tout le monde a sa part d’ombre et ses défauts, mais il y a des actes et des agissements qui font baisser le front.

Ensuite, entre l’estime que l’on a de soi et celle des autres vis-à-vis de nous, quelle est la plus importante ? Sans hésiter, celle envers soi-même. Traiter avec sa propre conscience est difficile. Quant à l’estime des autres, cela dépend de « qui sont les autres » ; une simple remarque d’une personne que l’on respecte est mille fois plus importante que les déblatérations d’un individu que l’on méprise et/ou qui n’a rien accompli de convenable, ce qui va souvent de paire.

Pour conclure, je pense que la défense de son honneur ou de celle d’une personne que l’on aime, que l’on admire et que l’on respecte est un devoir.

Le but de cet article est de donner en quelques lignes mon avis sur une valeur qui mérite davantage de développement, ce qui ne manquera pas d’être fait à l’occasion de la parution future – du moins je l’espère – de « mon dictionnaire (complet) des arts martiaux ».

eric@pariset.net