Petite semaine, petite leçon…

Nous sommes en période de vacances scolaires, avec en prime une semaine qui offre à certains un magnifique pont de quatre jours. Les élèves et les dojos peuvent récupérer un peu. Durant ces périodes de repos physique j’aime bien proposer des petites histoires qui ne sont pas inutiles dans la vie d’un budoka.

« Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon » est un livre qui rassemble un grand nombre d’histoires toutes plus savoureuses les unes que les autres, la plupart sont inspirées de faits réels ; elles nous enseignent la sagesse qui doit accompagner la vie d’un pratiquant. Celle qui est proposée aujourd’hui nous apprend à cultiver l’humilité et à ne jamais sous-estimer un adversaire. Bonne lecture.

Le seigneur Naoshige déclara un jour à Shimomura Shoun, l’un de ses vieux samouraïs : «la force et la vigueur du jeune Katsushige sont admirables pour son âge. Quand il lutte avec ses compagnons il bat même les plus âgés. Bien que je ne sois plus tout jeune, je suis prêt à parier qu’il ne parviendra pas à me vaincre », affirma le vieux Shoun.

Naoshige se fit un plaisir d’organiser la rencontre qui eut lieu le soir même dans la cour du château, au milieu d’un grand nombre de samouraïs. Ceux-ci étant impatients de voir ce qui allait arriver à ce vieux farceur de Shoun.

Dès le début de la rencontre, le jeune et puissant Katsushige se précipita sur son frêle adversaire et l’empoigna fermement, décidé à n’en faire qu’une bouchée. A plusieurs reprises, Shoun décolla du sol et faillit aller rouler dans la poussière ; cependant, à la surprise générale, il se rétablissait à chaque fois au dernier moment. Exaspéré, le jeune homme tenta à nouveau de le projeter en y mettant toute sa force mais, cette fois, Shoun profita habilement de son mouvement et c’est lui qui réussit à déséquilibrer Katsushige et à l’envoyer au sol.

Après avoir aidé son adversaire à demi-inconscient à se relever, Shoun s’approcha du seigneur Naoshige pour lui dire : « être fier de sa force quand on ne maîtrise pas encore sa fougue, c’est comme si on se vantait publiquement de ses défauts ». 

Selon la formule consacrée : « A méditer » !

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com