H comme Honneur

Nous arrivons à la lettre H de mon dictionnaire, H comme Honneur.

Pour les samouraïs il s’agissait d’une valeur qui n’avait pas de prix ; presque systématiquement sa perte les conduisait à l’acte ultime, le hara-kiri ou seppuku. Il est vrai que leur rapport à la mort était différent de celui qui est le nôtre. Il n’empêche, l’honneur est une des plus fortes valeurs que nous nous devons de défendre, à fortiori pour un pratiquant d’arts martiaux. Elle est inestimable et ne pas la respecter, surtout pour un éducateur, c’est commettre une faute inqualifiable.

Même dans notre beau pays, et jusqu’au siècle dernier, lorsque l’on estimait qu’il était bafoué, il était fréquent (et autorisé) de demander réparation à l’occasion d’un duel à l’épée ou au pistolet.

La définition qu’en donne le Larousse est la suivante : « Ensemble de principes qui incitent à mériter l’estime de soi et des autres ». Quels sont ces principes ? Et quelle est l’estime la plus précieuse, entre celle que l’on a de soi et celle que les autres nous portent ?

Les principes, d’abord. Dans le code moral du judo-ju-jitsu affiché dans tous les dojos (mais pas toujours appliqué) on peut lire à propos de l’honneur : « C’est être fidèle à la parole donnée ». Cela m’inspire trois remarques. D’abord l’honneur devrait figurer en première place et non pas en quatrième, comme c’est le cas, ensuite il pourrait tout simplement s’appeler le Code d’honneur, il existe bien le Code d’honneur des samouraïs ! Enfin, même si la fidélité peut englober un ensemble de principes, on peut être plus généreux dans l’énumération des qualités qui correspondent à l’idée que l’on se fait de l’honneur. L’honneur, c’est aussi le respect des autres (ceux qui le mérite), de son métier, de ses convictions, du gout de l’effort et de la rigueur. Parfois il s’agit d’un dépassement de soi lorsque cela est nécessaire, notamment face à l’adversité. Effectivement, c’est aussi le respect de la parole donnée, un comportement dans lequel est exclue toute traitrise ou lâcheté.

Il ne faut pas confondre honneur et héroïsme. Se montrer héroïque mérite les honneurs, mais le bon accomplissement de notre vie quotidienne, sans faillir, est aussi « tout à notre honneur », comme l’accomplissement d’une mission qui nous a été confiée. L’honneur, c’est tout simplement pouvoir se regarder dans la glace en toute sérénité. Personne ne peut revendiquer la perfection, tout le monde a sa part d’ombre et ses défauts, mais il y a des actes et des agissements qui font baisser le front.

Ensuite, entre l’estime que l’on a de soi et celle des autres vis-à-vis de nous, quelle est la plus importante ? Sans hésiter, celle envers soi-même. Traiter avec sa propre conscience est difficile. Quant à l’estime des autres, cela dépend de « qui sont les autres » ; une simple remarque d’une personne que l’on respecte est mille fois plus importante que les déblatérations d’un individu que l’on méprise et/ou qui n’a rien accompli de convenable, ce qui va souvent de paire.

Pour conclure, je pense que la défense de son honneur ou de celle d’une personne que l’on aime, que l’on admire et que l’on respecte est un devoir.

Le but de cet article est de donner en quelques lignes mon avis sur une valeur qui mérite davantage de développement, ce qui ne manquera pas d’être fait à l’occasion de la parution future – du moins je l’espère – de « mon dictionnaire (complet) des arts martiaux ».

 eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

Quelques réflexions (acides)…

SAMOURAI DOREL’allongement des congés scolaires est une bonne chose pour les enseignants et les élèves, ça l’est aussi pour le secteur du tourisme…C’est moins vrai pour la réalisation de progrès dans la pratique des arts martiaux. Rares sont les dojos ouverts durant ces périodes de vacances et à raison d’une fréquentation d’une fois ou deux par semaine sur huit mois, la régularité – une des sources de progression – s’en trouve indiscutablement impactée.

La compétition et ses travers : lorsque l’on impose, ou même simplement persuade, une gamine de douze ans de « faire le poids » pour la prochaine « compète » et que pour y parvenir elle doit s’astreindre à un régime alors qu’elle est en pleine croissance, cela surprend, pour le moins. Tout ça pour la satisfaction éphémère d’un possible podium de district, mais qui permettra au professeur et au président d’avoir leur photo dans le quotidien régional le lundi matin ; on tourne radicalement le dos à la mission d’éducation dévolue, entre autres, à l’activité physique, et bien plus encore. Il reste à espérer que cet exemple, qui n’est pas le fruit d’une affabulation, mais réellement entendu, n’ait pas valeur de généralité mais reste une exception.

Que la fédération de judo réfléchisse à un programme de self-défense laisse songeur. Pour autant, ce n’est pas critiquable, on ne peut que saluer cette initiative, mais la présentation (compliquée) qui est faite du projet retiendra-t-elle l’attention des professeurs et de quelle formation bénéficieront-ils ? Auront-ils du temps et la volonté de s’y consacrer ? N’existait-il pas déjà une méthode facilement assimilable par les judokas ?

Le code moral est en bonne place dans la plupart des dojos, mais est-il appliqué ? Peut-être faudrait-il commencer par le respect de signes de politesse basiques. Le salut du tatami, celui du dojo, dès que l’on y pénètre et que l’on en sort, saluer son partenaire dans une tenue correcte, ne pas marcher pieds-nus en dehors du tatami, ne pas parler pendant les explications du professeur, communiquer à voix basse avec son partenaire, etc. Voici quelques règles de respect, de politesse et d’hygiène qui ne sont pas forcément appliquées dans tous les dojos. A qui la faute ?

Ces quelques remarques (et notamment la dernière) n’ont pas vocation à plomber le retour sur les tatamis cette semaine, mais d’insister sur le fait que l’étude des arts martiaux dans un dojo est aussi une « Ecole de vie ». Certes nous sommes dans une époque où pour certains les loisirs et la recherche du plaisir immédiat sont devenus prioritaires, au détriment de règles qui peuvent paraître insignifiantes. Si celles-ci ne sont pas appliquées dans un dojo, où le seront-elles ?

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com