Vaincre sans combattre

tomoe-nage

« Vaincre sans combattre » : ce thème considéré en son temps, comme la plus haute maîtrise par les grands Maitres d’arts martiaux a été illustré dernièrement sur ce blog à l’aide d’un récit intitulé « les trois mouches ». Cette histoire met en scène le célèbre Miyamoto Musachi se débarrassant – en un seul geste à l’aide de ses baguettes – de trois mouches qui, tournoyant autour de lui, gâchaient quelque peu le repas qu’il prenait tout seul dans une auberge. La conséquence avait été la mise en fuite de trois bandits qui l’observaient et qui convoitaient les deux sabres posés à côté du célèbre samouraï. Impressionnés par tant de dextérité, les trois « lascars » n’avaient pas souhaité pousser plus en avant leur tentative ! Cet exemple, certes sous forme de conte, permet d’insister sur le fait que la dissuasion est une arme redoutable en phase avec l’esprit des arts martiaux dont la finalité n’est pas de tuer, mais au contraire de protéger la vie. Tenter d’éviter un affrontement à l’issue incertaine, se débarrasser d’un adversaire sans le blesser, soit pas le découragement, soit mieux encore par la persuasion sont les meilleures façons d’agir.

Sans forcément se trouver dans la situation de Musashi, nous ne sommes pas toujours « armés » de baguettes et entourés de mouches, l’assurance qui émane d’un expert dans l’art du combat peut dissuader à elle seule un agresseur potentiel. Mais avant de tester son aura, il est utile d’éviter les situations et les endroits à risque, et à l’extrême, lorsque nous sommes confrontés au pire, préférer la négociation, non pas dans le sens du renoncement mais dans celui de la persuasion.

Si malgré tout, le combat est engagé, ce seront les principes de non-opposition et d’utilisation de la force de l’adversaire qui seront privilégiés ; sur le plan de l’efficacité, de l’éthique et de la légitime défense. Faire en sorte de neutraliser son adversaire sans vraiment combattre. L’user en faisant en sorte que ces attaques « rencontrent le vide ».

Ce n’est pas de la lâcheté que d’affirmer que la plus belle des victoires est celle que l’on obtient sans combattre, bien au contraire, il s’agit là de la preuve d’une très haute maîtrise et d’une grande sagesse ; comme le dit un proverbe chinois : « un ennemi que tu vaincs reste ton ennemi, un ennemi que tu convaincs devient ton ami ».

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Tomber sept fois…

tomber-7-fois

La semaine dernière la première partie de cet article évoquait les malheurs du ju-jitsu dans notre pays. Aujourd’hui tentons de savoir pourquoi rien n’a été fait pour y remédier et quelles sont les perspectives.

Dire que rien n’a été tenté pour obtenir une autonomie, serait faux, cela l’a été à différentes reprises et de différentes manières. Seulement, plusieurs raisons ont contrarié ces tentatives.

Tout d’abord, la fédération officiellement en charge n’est pas une petite fédération et ses pouvoirs sont grands. Pour beaucoup de clubs, la quitter et rejoindre un mouvement autonome serait s’exclure de fait de « l’instance-mère » pour leur autre activité qui est le judo, hypothéquant ainsi leur avenir. Ensuite, le ju-jitsu souffre de la qualité de ses défauts dans la mesure où existe un nombre important de petits groupes difficiles à « fédérer » (Il en a d’ailleurs toujours été ainsi pour cet art martial), chacun étant attaché à ses spécificités. Cela ne favorise pas un rassemblement dont l’ampleur faciliterait une reconnaissance « officielle ». Après tout, si nous n’étions pas dans un pays souvent étranglé par une boulimie de réglementations (parfois utiles, mais souvent excessives) ces écoles pourraient vivre en parfaite autonomie, c’est d’ailleurs ce qu’elles font, en se privant d’une officialisation qui est souvent montrée du doigt, cela ne les empêche pas de vivre (quelquefois survivre). Et puis, réaliser l’indépendance du ju-jitsu dans de telles conditions est une tâche qui réclament de la disponibilité et de l’énergie. Faire état de la doctrine de Jigoro Kano : « minimum d’énergie, maximum d’efficacité » est plus facile à réaliser sur le tatami que dans certaines épreuves de la vie, parce que bien souvent lorsqu’il s’agit de réunir des personnes, même animés de volonté et de sincérité, on réunit d’abord des problèmes !

Cependant, « tomber sept fois, se relever huit » ce beau proverbe japonais pourraient bien convaincre de l’opportunité de poursuivre un combat et une quête qui semblent légitimes à bien des personnes de bonne volonté…

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

La fin d’une année…

hiza-gurumaLa fin d’une année, c’est aussi le moment de faire le bilan des douze mois qui viennent de s’écouler en essayant de se souvenir du meilleur et en tirant les leçons du « moins bon ». En toute objectivité, pour l’année 2016, il est des horreurs qui ne s’effaceront jamais.

Ce blog est avant tout dédié au ju-jitsu et aux arts martiaux, il n’a pas vocation à prendre partie sur les évolutions purement sociétales. Sans enfreindre une règle de neutralité, on ne peut s’empêcher de faire le constat que la tâche est encore rude pour éradiquer une violence juste insupportable.

Si à l’aide de nos arts martiaux nous pouvons y contribuer, ce ne sera pas là une moindre satisfaction. Encore faut-il que nos « arts » soient présentés, démontrés et enseignés comme ils doivent l’être et non pas simplement comme des méthodes de self-défense (très efficaces, pour certaines) mais aussi comme des « Ecoles de vie ».

Pour ma part, c’est l’occasion d’insister, une nouvelle fois, sur le rôle du professeur. Celui-ci ne devant pas être un simple « distributeur » de techniques, mais un éducateur au sens le plus large que l’on puisse lui attribuer. Il est celui qui apprend la technique, mais aussi celui qui transmet les règles (et pas simplement celles de l’arbitrage !), celles de la vie, dans laquelle discipline, rigueur, respect, goût de l’effort, etc. ne doivent pas être simplement des mots affichés dans un dojo (encore faut-il qu’ils le soient), mais des valeurs inculquées réellement à l’aide d’une pédagogie propre à chaque enseignant. Ces préceptes existent déjà dans nos disciplines, il suffit d’avoir la volonté et la capacité de les inculquer et de les faire respecter.

Des traditions qui semblent anodines pour certains débutants (ou pratiquants mal initiés) revêtent beaucoup plus d’importance qu’il ne le semble. Le salut, par exemple, que ce soit celui qui se pratique en entrant dans le dojo, en montant sur le tatami, avant et après le travail avec un partenaire. Le respect de la tenue, dans sa forme et sa propreté, et bien d’autres petits riens qui, additionnés forment un ensemble sur lequel l’on peut commencer à construire un solide édifice au sein duquel nous pourrons bénéficier d’une meilleure vie en société.

A titre très personnel, l’année qui se termine aura été marquée par quelques changements notoires, quelques déceptions sur le plan humain, mais aussi par beaucoup d’heures passées sur les tatamis à partager mes connaissances, mon expérience et ma passion auprès de pratiquants tout aussi passionnés. Et enfin, une installation que j’espère pérenne, dans un endroit qui favorisera un épanouissement salutaire clôture de belle façon cette année 2016.

Je souhaite à toutes et à tous d’excellentes fêtes et une très belle année 2017. Plus particulièrement je formule le vœu que les budokas soient les ambassadeurs d’une sagesse qui manque parfois sur cette planète.

Site ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Une page se tourne…

imageIl est des pages qui, en se tournant, font davantage de bruit que d’autres. Il y a de cela quelques semaines, j’évoquais sur ce même blog les années qui finissent par le chiffre 5, en faisant le constat qu’elles ont toujours été pour moi riches en événements, heureux ou malheureux ! Mais c’est ainsi. J’avais détaillé l’année 1995 et m’apprêtais à en faire de même pour 2005. Ce sera pour plus tard. En effet, aujourd’hui, c’est le présent et donc 2015 qui fait l’actualité et qui ne trahit pas ce fait. Le 1er juillet, dans quelques jours, je vais, comme on dit, passer la main ! En clair, je vais cesser mon activité au sein du club que je dirige à la Bastille ; une nouvelle équipe prend la suite. L’endroit restera un club d’arts martiaux.

Pourquoi cela ? Tout d’abord parce qu’il fallait bien que cela arrive un jour ! Et que, tant qu’à faire, ce genre d’événement, tout comme bien d’autres, se supporte mieux lorsqu’il n’est pas subi. Ensuite, ayant commencé à enseigner à l’âge de 18 ans, depuis quelques années déjà l’envie, et pourquoi ne pas l’avouer, le besoin de travailler de façon différente et plus mesurée se faisait ressentir. Simplement, on ne peut pas toujours tout prévoir et au cours de la vie, le facteur chance entre bien souvent en ligne de compte. Par la faute d’un conflit, qui n’aurait jamais dû exister et qui m’a opposé à la copropriété de l’immeuble qui abrite notre dojo bien-aimé, j’ai perdu énormément de temps et d’énergie. Un combat parfaitement inégal, ou malheureusement le principe d’utilisation de la force de l’adversaire n’a pu être appliqué. Tout cela a repoussé une transmission qui aurait été moins brutale dans un contexte normal. Aujourd’hui se présente une opportunité que je ne peux me permettre de ne pas saisir. Certains seront surpris par la rapidité des événements, mais tant que n’existait aucune certitude, et pour des raisons évidentes, il n’était pas possible d’annoncer quoi que ce soit. Et puis, cela correspond à la fin d’une saison. Il aurait été plus ennuyeux que cela se réalise au mois de février, par exemple.

Après plusieurs décennies consacrées à la pratique et à l’enseignement des arts martiaux, l’envie et le besoin de souffler quelque peu ne me paraît pas illégitime. Et puis, d’une part « le spectacle continue » à cet endroit et, de plus, je ne quitte pas les tatamis. Mon kimono, tantôt blanc et tantôt « bleu de travail », n’est pas mis au clou. Il me sera toujours utile, mais différemment. Il me permettra de retrouver les passionnés de ju-jitsu d’une autre manière. Il ne s’agit donc pas d’un véritable adieu.

Des milliers de cours, la formation de plusieurs dizaines de ceintures noires, des centaines de stages, un nombre important de démonstrations, de multiples fonctions au sein de différentes commissions techniques nationales, souvent la semaine en dojo parisien et les week-ends en stage ou en démonstration en province et à l’étranger, sans oublier les heures et les heures d’entraînements et une carrière de compétiteur en judo. Bref, après quatre décennies au service de l’art martial, un sentiment de mission accomplie ne m’est pas étranger. Mais un tel rythme n’est pas compatible avec une vie normale. Continuer à transmettre, mais de façon plus rationnelle, loin de la pression qui est exercée sur un chef d’entreprise me semble plus raisonnable ! (Echapper au « Syndrome d’Atlas ») ! Et puis même si notre discipline se pratique de façon civilisée et ne s’apparente pas à une « école de la violence », il n’empêche qu’il s’agit d’un art de combat dans laquelle existe un investissement physique important qui fatalement laisse quelques séquelles.

Concernant le dojo et surtout mes élèves, que j’ai pris soin de prévenir individuellement, je comprends le désarroi qui pourra être le leur. Comme beaucoup de séparations, celle-ci ne s’effectuera pas sans une certaine douleur, mais vraisemblablement la qualité des innombrables souvenirs qui ont marqué toutes ces années atténuera ce sentiment. Et puis, il ne faut jamais dire jamais et peut-être, un jour ou l’autre, « ici ou là » on se retrouvera !

Photo : Mark Eacersall, ceinture noire EAJJ

Site ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

 

Entre deux ponts

Cette semaine marque le retour des enfants après quinze jours de vacances de printemps. A cette occasion, il m’est revenu à l’esprit une remarque émanant d’un parent : « On se sent moins seul lorsque l’on vous confie nos enfants. » Bien naturellement cette remarque est réconfortante, bien que notre vocation de professeur d’arts martiaux soit avant tout la dispense d’un savoir à l’aide d’outils pédagogiques, mais un minimum de discipline et donc de respect des consignes est indispensable. Et puis, nous possédons un code moral qui peut et devrait également se retransposer dans la vie, en dehors du dojo. A l’inverse, j’ai eu droit à une réflexion beaucoup moins amène, après avoir été obligé d’élever la voix sur un très jeune élève ? son père tentant de le disculper avec le prétexte qu’il s’agissait d’un enfant (dans le cas où je ne m’en serais pas aperçu). A ce titre, il faudrait donc être « compréhensif » et laisser faire, tout et parfois n’importe quoi, y compris en face de comportements qui peuvent être dangereux, quitte à être cloué au pilori en cas d’accident par les mêmes personnes. Ces deux exemples sont intéressants ; dans le premier, l’enfant est un élève sans problème de discipline, mais il n’en est pas de même pour le second. Ceci explique vraisemblablement cela !
Comme il est courant de le dire : sans transition, nous passons au deuxième sujet de ce billet. Il porte sur le record de personnes atteintes sur la page Facebook du club, à l’occasion de l’article publié la semaine dernière. Plus de 1 000 personnes s’y sont intéressées. Il faut rappeler que je traitais de la fameuse rivalité du moment, à savoir celle du MMA et du judo. Comme quoi le sujet passionne. Il existe un emballement médiatique, aussi intéressant qu’étrange, même des quotidiens de prestige s’emparent régulièrement du sujet.
Rendez-vous la semaine prochaine pour un « entre le deuxième et le troisième pont » !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Trahison

Les deux derniers articles publiés sur ce blog étaient respectivement consacrés aux katas et au jugement lors des passages de grades. Si aujourd’hui je reviens sur ces deux sujets sous une forme de synthèse, c’est que je suis choqué par l’évolution que certaines institutions infligent aux katas et par le comportement de quelques juges à leur égard.
Heureusement que, sur beaucoup de sujets, nos sociétés ont su évoluer, mais les bonnes évolutions, pour qu’elles méritent ce nom,  se sont toujours réalisées… dans le bon sens. Or, pour ce qui est des katas, d’abord il n’y avait pas de nécessité à opérer des changements, et donc, non content de trahir l’esprit et la forme insufflée par les créateurs, ceux qui, pour d’obscures raisons, ont opéré ces modifications ne l’ont pas fait pour une meilleure efficacité, bien au contraire. Il ne faut pas oublier que les katas sont avant tout la représentation d’un combat. Or, ni dans le rythme qui s’apparente davantage à une représentation effectuée par des zombies, ni dans certaines modifications récemment imposées, l’impression d’un duel n’est probante. Pour ma part, je me refuse de pratiquer, et surtout d’enseigner, ce qui n’est pas efficace et qui peut porter à sourire ! Et puis, en plus d’imposer des aménagements contre nature, il y a sanction à l’occasion d’examen, pour les candidats qui sont restés fidèles aux origines. Sur un plan plus général, lorsque j’affirme qu’il faut être nuancé par rapport à certaines fautes, je précise qu’il en existe deux catégories, pour lesquelles les juges doivent être rigoureux ; l’efficacité, cela va de soi, mais aussi certaines attitudes par trop désinvoltes qui ne sont pas en adéquation avec la simple politesse attachée à des règles qui régissent les sociétés civilisées.
Mais de grâce, afin de ne pas décourager les bonnes volontés, que l’on arrête ces changements qui n’ont pas de sens et que les jurys soient formés correctement. Si tel n’était pas le cas, il ne faudra plus s’étonner si certains préfèrent des pratiques modernes dans lesquelles ils ne seront pas embêtés par des katas à l’inefficacité évidente et par des jugements décourageants lors des examens pour les grades supérieurs !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Une visite

IMG_0560Samedi dernier, au club, j’ai eu le très grand plaisir d’avoir la visite surprise de l’épouse et du fils du légendaire judoka hollandais, Anton Geesink. Si je l’évoque dans ce billet, et ce n’est pas la première fois, c’est parce que cet homme, qui nous a quittés en 2010, représente énormément pour moi. D’abord le champion d’exception qu’il fut, ensuite, il a peuplé une partie de mon enfance et enfin, son évocation ne peut se faire sans celle de mon père.
Il fut peut-être le plus grand judoka de tous les temps. Plusieurs titres mondiaux et un sacre olympique à Tokyo en 1964. Un physique d’exception, certes, mais pas que. C’était aussi un technicien, efficace aussi bien debout qu’au sol. Et puis, il était armé d’une volonté hors du commun. Sur les tatamis de compétition mais aussi lors des séances d’entraînement exceptionnelles qu’il s’imposait.
Ensuite, il est un peu de ma famille. Dans la mesure où une partie de mes vacances d’enfant se sont passées au camp du golf bleu, dans le Var, où se déroulait chaque année le célèbre stage international dirigé par Anton Geesink, Henri Courtine et mon père. J’y ai passé un grand nombre d’étés, les plus importants, ceux de l’enfance. Geesink m’impressionnait énormément. Pas simplement par la taille, mais aussi par un charisme que je devais percevoir, malgré mon jeune âge. Et puis, et surtout, c’est encore une histoire de famille, on ne peut évoquer la carrière de mon père sans penser immédiatement à Geesink. Ce sur blog, j’avais intitulé un article que je lui consacrais : « la gloire de mon père ». En effet, en 1955, en finale des championnats d’Europe toutes catégories, à l’issue d’un combat homérique, David avait battu Goliath. Un exploit qui ne fut pas réédité, mais qui avait très largement contribué à la notoriété de mon père.
Je connaissais donc très bien son fils, Anton Junior et sa maman. Je ne les avais pas revus depuis très, très longtemps et c’est peu dire que cette visite m’a fait plaisir en remuant une foule de souvenirs !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

?Animations

L’activité d’un club comme le nôtre se résume principalement dans la dispense de cours, durant lesquels les élèves essaient de s’imposer une régularité et où les professeurs s’attellent à leur mission d’apprentissage et de progrès, le tout accompagné d’un épanouissement personnel.
Mais, le fait de proposer des animations ponctuelles réservées soit à l’ensemble des élèves, ou bien à telle ou telle catégorie ne peut que renforcer l’investissement des adhérents par une implication supplémentaire source de nouvelles motivations. Ainsi, dans les semaines à venir seront programmées des séances aux thèmes particuliers s’adressant, pour la plupart, à des groupes précis. Le samedi 18 octobre, un entraînement regroupant les ceintures marron et noires a fédéré encore davantage un groupe qui a valeur d’exemple. Au mois de novembre, un stage de renforcement à l’attention de tous les niveaux permettra de subir une sorte de formation accélérée. Dans le même mois, une séance particulière proposera aux ceintures noires et marron de se sensibiliser à l’assistanat durant les cours et pourquoi pas susciter des vocations. Enfin, au mois de décembre une séance spécifiquement féminine offrira la possibilité de se retrouver entre gabarits approchants pour aborder certains thèmes qui nécessitent un apprentissage plus progressif que d’autres. Par exemple le travail au sol.
Toutes ces animations permettent à la fois de progresser techniquement, physiquement et « relationnellement ».
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Vive les katas !

Le premier vendredi à thème de la saison consacré aux katas a tenu ses promesses en termes de fréquentation. Cela prouve, si besoin est et entre autres, que ces formes de travail ont une utilité. Certes on pourrait penser que la nécessité de devoir les maîtriser afin d’accéder aux grades supérieurs en est la principale raison, mais ce n’est pas mon sentiment. D’abord parce que les réfractaires à ces exercices imposés auraient choisi une discipline qui ne s’embarrasse pas avec ces exercices. Et puis, la présence de ceux qui n’en n’ont pas un besoin immédiat se révèle être une indication qui va dans ce sens. Enfin, les échanges que j’ai avec les élèves me renforcent dans mon opinion.
A plusieurs reprises j’ai consacré des billets sur le thème des katas, mais j’avais envie, aujourd’hui, d’insister plus particulièrement sur l’aspect rigoureux qui doit inévitablement accompagner leur exécution. Bien qu’ils appartiennent avant tout à des méthodes d’entraînements pratiquées dans le but de se perfectionner dans le domaine de l’efficacité, ils sont aussi des exercices de style. Ils permettent de « véhiculer » la science du combat au fil des années, mais ils se révèlent être également des exercices de rigueur que l’on pourrait qualifier d’intellectuelle. Rigueur dans l’obligation de fournir des efforts de mémorisation, de déplacement, de placement, de coordination et de tenue. Se concentrer sur tout cela lors de leur démonstration ne peut s’effectuer sans se servir un peu de sa tête. A l’inverse, l’évidence de ne pas se contenter de leur seule pratique s’impose à nous. Les enchaînements, disons, plus « modernes », les répétitions techniques, les autres méthodes d’entraînement et bien sûr les randoris sont indispensables. Mais je pense que se priver des katas dans la pratique d’un art martial serait  une hérésie et pas seulement en fonction de leur poids historique. Et puis, pour avoir recueilli le sentiment de quelques jeunes qui découvraient ce travail vendredi dernier, j’ai été confirmé dans mon sentiment. Comme quoi, faire preuve d’une certaine rigueur, même dans le temps des loisirs, n’est pas inenvisageable, pour les pratiquants appartenant à une catégorie d’âge souvent montrée du doigt pour l’intérêt très relatif qu’elle porterait à tout ce qui se rapporte au mot « effort ». Certes, le professeur devra faire preuve d’originalité quant à la présentation de ces formes de travail en évitant de les servir comme une purge qu’il faudrait s’administrer avant les passages de ceintures !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Le rôle de Uke

Littéralement Uke signifie « celui qui subit ». Mais son rôle ne se limite pas à cette traduction, loin de là. Les pratiquants connaissent bien l’existence de ces deux personnages qui interviennent systématiquement dans les katas et autres exercices imposés et qui se nomment Tori et Uke. Ils sont les acteurs indissociables de nos séances d’entraînements, ils se fondent en nous à tour de rôle et deviennent au fil des années nos plus fidèles compagnons. Certains donnent une traduction très globale et simpliste de ces deux illustres personnages : Tori serait le gentil et Uke le méchant. C’est assez réducteur, surtout pour Uke. En effet, son rôle est capital. D’abord, pas d’Uke, pas de Tori. Pas d’action d’Uke, pas de réaction de Tori. De mauvaises attaques de la part d’Uke entraînent un mauvais apprentissage pour Tori. Lors de l’exécution d’un enchaînement pour un passage de grade ou bien une démonstration, son rôle ne se limite pas à celui d’un sac de riz que l’on envoie valdinguer à satiété. C’est lui qui donne le départ et puis le « tempo » de l’exécution. D’une certaine façon, il impose le rythme et peut relancer un Tori victime d’un éventuel « coup de mou ». Certes, aux yeux d’un public de néophytes, Tori a le beau rôle. Il se défait des attaques du « félon » d’Uke. Je suis bien placé pour le savoir. Mais j’ai eu aussi l’occasion de « jouer » les Uke, ainsi je peux affirmer que non seulement il est indispensable mais que son rôle est noble. On se confie corps et âme à une personne qui devra, grâce à nous, démontrer ses qualités techniques et surtout, surtout faire preuve de contrôle et de respect envers celui sans qui rien ne serait possible.

Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com