Un moteur nommé passion…

La semaine dernière je publiais un article sur le début de cette nouvelle saison qui commence cette semaine et sur mon retour dans la capitale. Cet article a connu un succès incroyable en termes de « likes », de commentaires, de partages et de « personnes atteintes » sur la page du club de Facebook. Il y était question du plaisir qui est le mien de retrouver beaucoup de mes anciens élèves et d’initier des débutants ; j’évoquais aussi le ju-jitsu, celui que j’enseigne depuis des décennies, je faisais état de ses atouts.

Parmi les commentaires – tous plus sympathiques les uns que les autres -, il y en est un qui a particulièrement attiré mon attention ; l’auteur évoquait ma passion qui « transpirait » entre les lignes. Effectivement cette passion est restée intacte, elle n’a pas diminué, elle est toujours solidement chevillée au corps. En toute franchise, je pense que d’une certaine manière, elle se renforce au fil des années et le fait d’avoir drastiquement diminué la cadence en termes de transmission – ces derniers temps – a révélé un sérieux manque.

En effet, j’ai pris conscience que pour beaucoup de pratiquants l’enseignement que j’avais l’honneur de dispenser occupait davantage de place que je ne l’imaginais. Au plaisir d’enseigner une discipline que l’on aime s’ajoute des responsabilités particulières : celle de véhiculer une technique, d’apporter un bien-être et un mieux-vivre tout en participant à une éducation générale.

Un exemple : sur l’un des thèmes que j’aborde régulièrement, à savoir le combat contre la violence, même si j’entends des personnes que je respecte affirmer que malheureusement cet état est intrinsèque chez l’humain et que nous n’y pouvons rien, je crois sincèrement que les éducateurs ont (s’ils le peuvent et le veulent) un rôle déterminant. Si tel n’était pas le cas, il y a longtemps que mes judogis et jujitsugis seraient « au clou ».

Je ne conteste pas qu’il s’agit d’un combat face à un adversaire colossal, qui sévit depuis des millénaires, mais nous avons su passer de Cro-Magnon au préhomme puis à l’homme, grâce à notre cerveau (même si tout le monde ne bénéficie pas du même développement de cet organe) qui parfois a programmé les pires horreurs, mais qui lui a permis aussi de réaliser de grandes avancées sur le plan scientifique, médical et dans celui des relations humaines, entre autres belles évolutions.

Cette passion qui ne me lâche pas je la trouve également dans la reconnaissance dont je bénéficie dans le milieu des arts martiaux (oh, pas de tout le monde, mais de la part de personnes que j’estime, c’est l’essentiel. Et puis, il y en a qui ont une mémoire courte et/ou très sélective, mais laissons-les à leurs petites idées). Cette reconnaissance me prouve que tous ces mois, toutes ces années et toutes ces décennies passées à enseigner, démontrer, expliquer, convaincre et surtout à donner du bonheur à des centaines de pratiquants sur les tatamis n’ont pas été inutiles ; une belle récompense lorsque l’on a une haute estime du métier qu’on a la chance d’exercer (même si parfois il n’est pas valorisé comme il le mérite). Mettre le judogi ou le « ju-jitsugi », est à chaque fois un « grand moment ». Ce vêtement que le plus souvent on nomme « kimono » par facilité, dans lequel il est bon de transpirer et sur lequel n’existe aucun signe ostentatoire ou signalant une différence de classe sociale.

Je donne rendez-vous à mes « fidèles anciens élèves », dès demain au Fair play sport, pour de « nouvelles aventures », mais aussi à tous ceux qui veulent découvrir le ju-jitsu et je souhaite une bonne saison à toutes et à tous.

Je remercie aussi sincèrement Jean-Pierre Vignau pour l’accueil qu’il nous réserve dans son dojo.

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Retour le 28 août

C’est avec un plaisir que je ne dissimule pas que je reviens à Paris pour y dispenser régulièrement mes cours de ju-jitsu. C’est avec le même plaisir que je vais retrouver beaucoup de mes fidèles élèves, mais aussi faire découvrir notre discipline à de nouveaux venus.

Comme je l’avais expliqué dernièrement sur mon blog dans un article appelé « retour gagnant », après trois années de réflexion, l’envie de retrouver la capitale, de renouer avec un enseignement régulier auprès d’anciens élèves et d’initier des néophytes a été la plus forte. Et puis, Pariset se marie très bien avec Paris !

Dans un premier temps ceux qui le souhaitent pourront me retrouver les mardis et jeudis (soirs et midis) au Fair Play Sport un dojo situé dans le XXe arrondissement et dirigé depuis des décennies par le karatéka Jean-Pierre Vignau, une personnalité forte des arts martiaux.

Notre ju-jitsu est une discipline à la fois simple et complète. Simple, lorsqu’elle est présentée et surtout enseignée correctement. Disposant d’une impressionnante palette de techniques elle permet de proposer une progression où chaque niveau pourra s’adapter. C’est cette palette qui en fait aussi une discipline très efficace, évolutive et dans laquelle la lassitude n’a pas sa place.

Pour les néophytes, il faut juste rappeler que sur le plan technique nous pratiquons les coups (poings, pieds, mais aussi tous ceux qui sont interdits dans les boxes réglementées), les projections et les contrôles (clefs, étranglements et immobilisations). En matière d’auto-défense toutes les ripostes à toutes les formes d’agressions sont envisagées et étudiées. Sur le plan physique, la souplesse, la tonicité et le « cardio » permettront d’acquérir une condition physique parfaite, cela dans le respect absolu du corps. Enfin, sur le plan mental, pour peu que le professeur remplisse son rôle il s’agira d’une véritable « école de vie » dans laquelle seront mises en avant de fortes valeurs de maîtrise, d’honneur et donc de respect, dans un climat qui condamnera sans relâche cette violence qui ne cesse d’enlaidir notre société et contre laquelle, nous éducateurs, nous avons un rôle majeur à jouer.

Alors, que ceux qui sont intéressés et qui souhaitent me retrouver n’hésitent pas à prendre contact avec moi pour que je puisse leur fournir tous les renseignements utiles.

A tous, bonne reprise et bonne saison 2018/2019. Entamer une saison en ayant le bon goût de s’inscrire dans un dojo traditionnel (attention afficher le code moral, ne signifie pas forcément qu’il soit appliqué), c’est parfait, mais aller au bout de la saison en question, c’est encore beaucoup mieux.

A très vite sur les tatamis.

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com   06 14 60 18 25

Une belle victoire

Encore une histoire dans laquelle sont réunis humour, sagesse et intelligence. Loin d’être un signe de lâcheté ou de faiblesse, vaincre sans arme et sans combattre, n’est-ce pas la meilleure des solutions ? Bonne lecture.

« Le célèbre maître Tsukahara Bokuden traversait le lac Biwa sur un radeau avec d’autres voyageurs. Parmi eux, il y avait un samouraï extrêmement prétentieux qui n’arrêtait pas de vanter ses exploits et sa maîtrise au sabre. A l’écouter, il était le champion toutes catégories du Japon. C’est ce que semblaient croire tous les autres voyageurs qui l’écoutaient avec une admiration mêlée de crainte. Tous ? Pas vraiment, car Bokuden restait à l’écart et ne paraissait pas le moins du monde gober toutes ces sornettes. Le samouraï s’en aperçut et, vexé, il s’approcha de Bokuden pour lui dire :

— Toi aussi tu portes une paire de sabres. Si tu es samouraï, pourquoi ne dis-tu pas un mot ?

Bokuden répondit calmement :

– Je ne suis pas concerné par tes propos. Mon art est différent du tien. Il consiste, non pas à vaincre les autres, mais à ne pas être vaincu.

Le samouraï se gratta le crâne et demanda :

— Mais alors, quelle est ton école ?

— C’est l’école du combat sans arme.

— Mais dans ce cas, pourquoi portes-tu des sabres ?

— Cela me demande de rester maître de moi pour ne pas répondre aux provocations. C’est un sacré défi.

Exaspéré, le samouraï continua :

— Et tu penses vraiment pouvoir combattre avec moi sans sabre ?

— Pourquoi pas ? Il est même possible que je gagne !

Hors de lui, le samouraï cria au passeur de ramer vers le rivage le plus proche, mais Bokuden suggéra qu’il serait préférable d’aller sur une île, loin de toute habitation, pour ne pas provoquer d’attroupement et être plus tranquille. Le samouraï accepta. Quand le radeau atteignit une île inhabitée, le samouraï sauta à terre, dégaina son sabre, prêt au combat. Bokuden enleva soigneusement ses deux sabres, les tendit au passeur et s’élança pour sauter à terre, quand, soudain, il saisit la perche du batelier, puis dégagea rapidement le radeau pour le pousser dans le courant.

Bokuden se retourna alors vers le samouraï qui gesticulait sur l’île déserte et il lui cria :

— Tu vois, c’est cela, vaincre sans arme. »

(Extrait de contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon, par Pascal Fauliot)

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Humeurs d’été

A l’origine les quelques lignes qui vous trouverez ci-dessous étaient juste destinées à faire partager sur Facebook trois humeurs acides. Leur succès et les commentaires suscités (que vous pourrez retrouver sur ma page Facebook), m’ont fait penser que cet article avait sa place sur ce blog.  Bonne lecture !
On peut être accablé par la chaleur, mais bénéficier (encore) d’un peu d’énergie pour s’interroger et interpeller. Voilà quelques (mauvaises) humeurs estivales !
Décidément on ne nous ménage pas en matière de scènes de violence. Entre les images du 1er mai et tout dernièrement celles de la bagarre à l’aéroport d’Orly, les réseaux sociaux nous « gâtent ». Cette violence elle a toujours existé, bien malheureusement, mais nous en étions partiellement épargnés quand Internet n’existait pas. Quel effet ces images peuvent-elles produire sur de jeunes esprits ? A l’inverse les voir permet de les dénoncer (et parfois de les condamner) ! Ajouter à cela certaines vidéos de self-défense dans lesquelles est démontrée davantage de violence que d’éducation, on peut se dire que le combat contre ce fléau qu’est cette violence n’est pas gagné. En effet, nous sommes assez loin des grands préceptes éducatifs chers à Jigoro Kano que j’évoquais dernièrement sur mon blog et qui sont largement négligés. Combattre la violence par la violence n’est certainement pas la bonne solution.
D’autres images me choquent, lorsque, par exemple, je vois du ju-jitsu démontré et enseigné sous une autre appellation, plus vendeuse ! Ceci étant, le ju-jitsu est mal défendu par l’instance officielle en charge de sa gestion, de fait on ne peut complètement en vouloir à ceux qui s’abritent sous des appellations de disciplines bénéficiant d’une bonne communication. Il n’empêche qu’il s’agit d’une forme de reniement, et cela est toujours décevant !
Enfin, c’est bien dommage de constater « l’évasion » de licences d’une grande fédération au profit d’une discipline qui pratique les coups, les projections et les contrôles, alors que cette fédération avait ce qu’il fallait « en magasin » ! Peut-être, ce ju-jitsu (puisque c’est de cette discipline dont il s’agit) n’est pas aussi « tendance » que la discipline vers laquelle migrent les licences, mais il est efficace, éducatif et adaptable à différents publics, pour peu que l’enseignant est été bien formé.
Après ces quelques remarques acides et au moment du fameux « chassé-croisé » estival, je souhaite – bien évidement – de bonnes vacances à ceux qui ont la chance de partir et bon courage à tous les autres.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

 

 

K comme Kano Jigoro (dictionnaire, la suite…)

« Rien sous le ciel n’est plus important que l’éducation : l’enseignement d’un maitre de valeur peut en influencer beaucoup et ce qui a été appris correctement par une génération pourra être transmis à cent générations. » Jigoro Kano

Aujourd’hui, retour à « mon dictionnaire ». Celui-ci n’a pas comme objectif principal de relater précisément la vie des personnages illustres que j’évoque, puisqu’il est aisé de le faire sur Internet, mais d’expliquer pourquoi je les évoque. Pourquoi ils m’ont marqué et ce qu’ils ont pu m’apporter dans mon parcours professionnel et plus largement dans la vie.

On peut juste rappeler que Jigoro Kano est le fondateur du judo. A partir de l’ancien ju-jitsu, il a souhaité créer une méthode d’éducation physique et mentale en développant des valeurs autres que celles liées au combat. Ces valeurs sont les fondations solides d’une véritable « Ecole de vie » .

A le lettre J de ce modeste dictionnaire j’avais expliqué que le mot « JU » signifiait « souplesse », dans le sens physique, mais surtout d’un point de vue comportementale. C’est cet aspect que Jigoro Kano a souhaité développer et mettre au service de l’éducation avec un grand E ; c’est pour moi ce mot qui caractérise le plus cet homme exceptionnel ; c’était son objectif majeur, sa « grande affaire ».

Pour moi, il a apporté trois éléments majeurs. D’abord, il a ressuscité – et adapté – le ju-jitsu, ensuite il en a fait une méthode d’éducation physique et mentale – en plus d’une méthode de défense – et enfin, il avait une conception intéressante de l’aspect sportif ou plus exactement de la compétition.

Sur le plan purement technique, de mon point de vue, son idée majeure aura été de conserver et d’améliorer les anciennes techniques de ju-jitsu en fonction de deux critères essentiels : efficacité et sécurité. Efficacité en cas d’affrontement et sécurité dans la pratique. La maîtrise d’une technique, donc son efficacité, s’obtient par de nombreuses répétitions ; or lorsqu’il s’agit de mouvements difficiles à contrôler, ces répétitions peuvent être génératrices de blessures. Pour être efficace il faut d’abord être en pleine possession de ses moyens et pouvoir s’entraîner régulièrement. Un art martial moderne ne doit pas être une entreprise de destruction, mais de construction. Construction d’une bonne condition physique, d’un bagage dans lequel se trouvent des techniques qui demandent davantage de finesse que de force, enfin un état d’esprit combatif et conquérant, mais pour de bonnes causes et dans le respect de valeurs humaines puissantes. Il ne voulait pas que sa méthode se limite au seul aspect utilitaire pensant sans doute avec raison que cela n’était pas sain. Il avait souhaité « hiérarchiser » les secteurs qui devaient être développés et préservés avec le célèbre précepte   shin-ghi-tai,( l’esprit, la technique et le corps).

Enfin, ce qui me semble important, c’est la vision de l’aspect sportif qui était la sienne, je veux parler de la compétition. Il n’était pas contre, tout en considérant qu’elle n’était qu’un passage et qu’un aspect de la discipline. Si cette conception avait été davantage suivie, peut-être qu’un nombre moins important d’abandons se produiraient à l’issue de carrière de compétiteurs venant de clubs ne jurant que par « la compéte ». Ceci est valable pour tous les sports, mais justement il ne voulait pas en faire « qu’un sport ». L’option ultra-sportive dans laquelle s’est installé le judo l’aurait sans doute interpellé.

Enfin, toujours concernant l’aspect sportif, et qui rejoint celui de l’éducation, il était catégorique sur le fait que certaines techniques ne pouvaient pas être pratiquées en opposition, mais simplement en répétitions conventionnelles. Toujours habité par l’idée de limiter le risque de blessures. C’est pour cette raison que la compétition d’affrontement direct en ju-jitsu n’est pas concevable, ou bien ce n’est plus du ju-jitsu.

Jigoro Kano était un homme moderne, dans le sens où l’éducation était la priorité dans une société qui se dit civilisée. En avons-nous (ou pas) la preuve au quotidien !

eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

 

 

Les mouches de l’été !

Les fidèles connaissent presque par cœur l’histoire proposée dans les lignes qui suivent, mais comme l’été et les vacances, pour ceux qui ont la chance d’en bénéficier, sont propices à la détente et à la réflexion je ne résiste pas à publier une nouvelle fois ce conte extrait du précieux et délicieux recueil intitulé « contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon ».

Le livre en question aborde plusieurs thèmes illustrés par différentes petites histoires. Le récit proposé ci-dessous matérialise l’art de vaincre sans combattre, ce qui est pour le moins une conduite intelligente (et manifestement efficace). Il vient aussi en appui à l’article du 10 juillet consacré à la souplesse comportementale.

Trois mouches

Dans une auberge isolée, un samouraï est installé, seul à une table. Malgré trois mouches qui tournent autour de lui, il reste d’un calme surprenant. Trois rônins entrent à leur tour dans l’auberge. Ils remarquent aussitôt avec envie la magnifique paire de sabres que porte l’homme isolé. Sûrs de leur coup, trois contre un, ils s’assoient à une table voisine et mettent tout en œuvre pour provoquer le samouraï. Celui-ci reste imperturbable, comme s’il n’avait même pas remarqué la présence des trois rônins. Loin de se décourager, les rônins se font de plus en plus railleurs. Tout à coup, en trois gestes rapides, le samouraï attrape les trois mouches qui tournaient autour de lui, et ce, avec les baguettes qu’il tenait à la main. Puis calmement, il repose les baguettes, parfaitement indifférent au trouble qu’il venait de provoquer parmi les rônins. En effet, non seulement ceux-ci s’étaient tus, mais pris de panique, ils n’avaient pas tardé à s’enfuir. Ils venaient de comprendre à temps qu’ils s’étaient attaqués à un homme d’une maîtrise redoutable. Plus tard, ils finirent par apprendre, avec effroi, que celui qui les avait si habilement découragés était le fameux Miyamoto Musashi.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

Traditions

Ne pas respecter certaines traditions dans le jujitsu dit « traditionnel » pourrait être surprenant. Or, parmi ces traditions existe le port de notre tenue appelée, par facilité, le kimono. J’avais consacré un article sur le sujet le 22 janvier dernier, donc je n’y reviendrai pas, si ce n’est pour confirmer ce qui y est écrit et enfoncer un peu plus le clou. Tant pis si ce n’est pas dans l’air du temps, mais il existe certaines habitudes et rites sur lesquels il ne me semble pas raisonnable de transiger. Sans pour autant jouer les pères fouettards, mais tout simplement en tant que « gardien du Temple », de façon à prévenir trop de dérives, surtout lorsque le curseur bascule à l’extrême en proposant une pratique avec des tenues diverses et variées, peu adaptées et parfois avec des chaussures sur un tatami. Vouloir se rapprocher de la réalité n’est pas forcément le bon argument à mettre en avant, la réalité étant la réalité, surtout si c’est pour bannir certaines règles, notamment sécuritaires et hygiéniques. Tout comme il est dommage, toujours au même titre, d’assister à des regroupements dans lesquels fleurissent également différentes tenues. J’ai moi-même pratiqué bon nombre d’arts martiaux, afin de satisfaire mon besoin de découverte, mais c’était à chaque fois dans la tenue de l’art martial en question, par principe.
Les traditions sont l’émanation du respect de règles et de dates, elles sont des points de repère. Elles imposent un devoir de mémoire et de rigueur. Pouvons-nous nous permettre de nous en passer ? Dans nos dojos, notre mission n’est-elle pas de les maintenir ?
Enfin, je pense que la tradition n’est pas dépassée ? et sans doute davantage à notre époque ? lorsqu’il s’agit de pratiquer dans des conditions entourées d’une certaine rigueur. Celle-ci favorise la concentration pour la recherche du détail et du geste précis, afin que la finesse technique prédomine, ce qui est un principe fondamental de notre art !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

« Le chemin des dans »

« La ceinture noire n’est pas un aboutissement, mais un accomplissement. » Cette réflexion émanant d’un de mes élèves, et que je me plais à citer régulièrement, me semble une évidence, encore fallait-il trouver les mots justes pour l’exprimer. Cependant, lorsque l’on analyse les chiffres et que l’on constate le peu de candidats aux dans supérieurs, comparativement au premier, on s’interroge. La belle expression prendrait alors la forme d’un vœu, mais elle ne reflète malheureusement pas la réalité. Comment se fait-il qu’une fois la ceinture noire atteinte, la majorité des pratiquants renoncent à gravir les autres échelons, alors que pourtant la  plupart continuent à s’adonner régulièrement à leur passion ?
J’y vois quelques raisons.
D’abord, pour le 2e dan, la couleur de la ceinture ne change pas. Elle restera noire jusqu’au 6e. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’à une époque florissaient des barrettes sur les ceintures, équivalentes au nombre de dans. Un peu comme à l’armée (!). Ensuite, dans les grades d’expression technique, nous proposons un programme chargé qui demande des sacrifices en matière de temps. Cela n’est pas forcément compatible avec la vie parfois compliquée de notre époque. Le souvenir d’incalculables heures de répétition, à peaufiner le moindre détail, à bachoter le programme par ceinture, à amortir les innombrables chutes, etc., tout cela nous hante quelque peu. L’on se dit que nous sommes repartis pour plusieurs mois. Et puis parfois, le partenaire avec lequel nous nous étions bien entendus lors des répétitions et avec qui nous avions partagé la liesse de la réussite, et bien ce partenaire a déménagé ! Alors la nécessité de repartir à la recherche du parfait binôme s’impose à nous. Et ce n’est pas si simple. Nous l’avions déjà évoqué sur ce même blog.
Et enfin, pour certains, la ceinture noire représente ? malgré tout ? une sorte de « bâton de maréchal ». Non pas un aboutissement signifiant l’arrêt des visites au dojo, mais le sentiment  (souvent inexact) que nous ne pourrons mieux faire, que nous avons atteint notre maximum. Des problèmes de santé peuvent aussi contraindre au renoncement.
A l’inverse, décider de passer les grades supérieurs, c’est se remettre en question, c’est s’astreindre à un entraînement encore plus régulier, donc à réaliser des progrès. C’est s’imposer de la rigueur en adoptant un rythme de répétions et c’est aussi s’assurer une bonne dose d’adrénaline à l’approche de l’examen (se faire un peu peur). Et enfin, en cas de succès, l’assurance de la satisfaction du travail accompli contribuera à notre bonheur. S’il y a échec, on mesurera notre taux de volonté à nous remettre très vite au travail.
En guise de conclusion, je dirai que dans les arts martiaux existe un système de grades, alors pourquoi ne pas se prendre au jeu, si la santé nous le permet ! Quoi qu’il en soit, passer les grades, ou pas, l’essentiel reste de pratiquer, d’être présent au dojo, ne serait-ce que pour aider les moins gradés. C’est une tradition propre à nos disciplines et il est indispensable que cela reste ainsi. Et puis, nous avons toujours à apprendre et à découvrir, quels que soient notre niveau et notre âge.
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

1995

Il y a des années plus riches que d’autres en événements personnels et/ou professionnels. Ce fut le cas pour 1995. Déjà 20 ans ! D’une curieuse façon, les années se finissant par le chiffre 5 semblent être porteuses de nombreux souvenirs. Dans un autre billet, je reviendrai sur 2005. Aujourd’hui, intéressons-nous à 1995. En France, c’était l’arrivée d’un nouveau président de la République au printemps et des grèves mémorables au début de l’hiver. Si j’évoque cet événement, ce n’est pas tout à fait par hasard, j’y reviendrai.
A titre personnel, c’est l’ouverture d’un nouveau dojo sur le boulevard de Reuilly dans le XIIe arrondissement de Paris, c’est une démonstration de Bercy que j’affectionne tout particulièrement, c’est la première fois que notre ju-jitsu traversait l’Atlantique pour une démonstration à Montréal, c’est la parution d’un nouveau livre, c’est le premier Salon des arts martiaux organisé par Karaté-Bushido au Parc floral de Paris, et c’est aussi mon départ de la FFJDA (Fédération de judo et disciplines associées).  
Au sein de cette fédération avait été créée, en 1982, la Commission nationale de ju-jitsu. J’en faisais partie assez naturellement. Malheureusement les choses n’évoluèrent pas dans le bon sens, de mon point de vue, et la politique en matière de ju-jitsu, au début des années 1990, m’a amené à présenter ma démission de cette commission, à l’automne 1995. Cela s’est fait par l’intermédiaire d’une lettre adressée au directeur technique national de l’époque, Jean-Luc Rougé (le premier champion du monde de judo français en 1975, encore un 5 !).
Si j’ai parlé des fameuses grèves de la fin de l’année 1995, c’est que celles-ci ont peut-être eu une incidence sur le cours des choses. Puisqu’en réponse à ma lettre de démission, Jean-Luc Rougé a souhaité me recevoir afin que je lui explique, de vive voix et  face à face, les raisons pour lesquelles je souhaitais quitter le groupe ju-jitsu. Malheureusement, Paris étant privé de transports en commun durant près d’un mois, j’ai été contraint de me décommander par deux fois. Un quiproquo s’est alors installé et je n’ai jamais pu défendre la cause du ju-jitsu que j’aime auprès du « patron » de la fédération de tutelle. Cela aurait-il changé les choses de pouvoir le faire ? Pas certain ! Par contre, si je n’éprouve pas de regret quant à ne pas avoir renié mes convictions de ju-jitsuka, étant également judoka (et fils de pas n’importe lequel) j’en éprouve quelques-uns d’avoir dû prendre de la distance avec ce qui représentait une « sorte de famille ».
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Clés en main

Dans le sondage mis en ligne sur le site du club au mois de mars, ce sont les clés qui ont eu la préférence des internautes dans le domaine des contrôles qui réunit les clés, les étranglements et les immobilisations. En choisissant ce secteur, c’est la sagesse qui s’exprime. Les clés réunissent à la fois le critère de l’efficacité et celui de la maîtrise et cela dans les deux sens du terme. Maîtrise de l’adversaire et de l’intensité de la riposte. Celle-ci, ne l’oublions pas, se devant être proportionnelle à l’attaque. (Plus facile à écrire qu’à réaliser !) L’immobilisation, si elle symbolise un incontestable ascendant sur l’adversaire, offre malgré tout quelques failles. A l’inverse, l’étranglement pourra être par trop radical ! La clé permet, en quelque sorte, de « modérer » la riposte. Cela étant, il faut admettre que la réussite d’une telle technique demande un long apprentissage, résultat d’une pratique régulière et qui symbolise en quelque sorte la quête des pratiquants d’arts martiaux ; à savoir tenter d’approcher au plus près une parfaite maîtrise dans tous les domaines.  
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com