Ippon Seoi Nage

C’est un article plus technique que je propose aujourd’hui avec la lettre I de mon dictionnaire, I comme Ippon Seoi Nage.

Mon but n’est pas de développer une étude approfondie, mais d’expliquer simplement les raisons de mon engouement pour cette projection qui est l’une des plus emblématiques du ju-jitsu et du judo. Elle est utilisée aussi bien en self-défense qu’en compétition. J’ai une affection particulière pour elle, et cela pour plusieurs raisons.

D’abord, c’est une des premières projections que l’on apprend, bien qu’elle ne se réalise pas aussi facilement que l’on puisse l’imaginer lorsque nous la regardons exécutée par un spécialiste. Mais, répondant à des principes naturels, si elle est bien expliquée, son apprentissage se fait assez rapidement ; elle offre une des premières satisfactions aux nouveaux étudiants. De plus, Tori (celui qui exécute), même s’il est encore balbutiant, ne rencontre pas de difficultés particulières pour bien retenir Uke (celui qui subit) dans la chute, ce qui est rassurant et sécurisant. L’aspect spectaculaire ne retire rien au plaisir de la réaliser ou de la voir bien exécutée.

Son principe de base consiste tout simplement à faire passer le partenaire « par-dessus nous », en se servant de son déséquilibre avant. Celui-ci étant obtenu de différentes manières, selon que l’on se situe en ju-jitsu ou en judo. Comme dans toutes les techniques il existe des variantes, elles sont fonction du gabarit, mais aussi de l’influence du professeur.

En ju-jitsu, elle est utilisée aussi bien sur des attaques venant de face, comme un coup « en marteau » en direction de la tête, que sur des saisies arrière, à la gorge ou au dessus des bras. En judo le nombre des opportunités, combinaisons, contres, liaisons debout-sol est colossal.

Ippon Seoi Nage, en règle générale, est pratiqué par des plus petits sur des plus grands, puisque passer sous le centre de gravité est la première des conditions. Bien exécutée, cette projection ne demande pas d’efforts physiques particuliers, ce qui par ailleurs doit être la condition de toutes les techniques, puisqu’à l’origine la non-opposition, l’utilisation de la force de l’adversaire et l’utilisation la plus rationnelle de notre propre énergie, sont les fondements du ju-jitsu. On pourrait facilement prendre Ippon Seoi Nage comme modèle pour expliquer des principes parfois négligés et même oubliés.

Enfin, si j’apprécie particulièrement cette technique c’est aussi parce qu’elle était l’un des redoutables « spéciaux » de mon père qui, lors de ses exploits sportifs, a « terrassé » plus d’un « grand » grâce à elle. Par atavisme, mimétisme et avec un excellent apprentissage, elle est devenue l’une de mes projections favorites.

eric@pariset.net       www.jujitsuericpariset.com

Entre deux ponts

Cette semaine marque le retour des enfants après quinze jours de vacances de printemps. A cette occasion, il m’est revenu à l’esprit une remarque émanant d’un parent : « On se sent moins seul lorsque l’on vous confie nos enfants. » Bien naturellement cette remarque est réconfortante, bien que notre vocation de professeur d’arts martiaux soit avant tout la dispense d’un savoir à l’aide d’outils pédagogiques, mais un minimum de discipline et donc de respect des consignes est indispensable. Et puis, nous possédons un code moral qui peut et devrait également se retransposer dans la vie, en dehors du dojo. A l’inverse, j’ai eu droit à une réflexion beaucoup moins amène, après avoir été obligé d’élever la voix sur un très jeune élève ? son père tentant de le disculper avec le prétexte qu’il s’agissait d’un enfant (dans le cas où je ne m’en serais pas aperçu). A ce titre, il faudrait donc être « compréhensif » et laisser faire, tout et parfois n’importe quoi, y compris en face de comportements qui peuvent être dangereux, quitte à être cloué au pilori en cas d’accident par les mêmes personnes. Ces deux exemples sont intéressants ; dans le premier, l’enfant est un élève sans problème de discipline, mais il n’en est pas de même pour le second. Ceci explique vraisemblablement cela !
Comme il est courant de le dire : sans transition, nous passons au deuxième sujet de ce billet. Il porte sur le record de personnes atteintes sur la page Facebook du club, à l’occasion de l’article publié la semaine dernière. Plus de 1 000 personnes s’y sont intéressées. Il faut rappeler que je traitais de la fameuse rivalité du moment, à savoir celle du MMA et du judo. Comme quoi le sujet passionne. Il existe un emballement médiatique, aussi intéressant qu’étrange, même des quotidiens de prestige s’emparent régulièrement du sujet.
Rendez-vous la semaine prochaine pour un « entre le deuxième et le troisième pont » !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Apaisant

Je ne résiste pas à l’envie de proposer de temps à autre des petits contes, toujours issus du même recueil : Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon. Dans cette période durant laquelle certains profitent d’un peu de repos, ce qui est toujours propice à la réflexion, je vous invite à savourer le (court) texte ci-dessous.
Un samouraï se présenta devant le maître zen Hakuin et lui demanda :
— Y a-t-il réellement un paradis et un enfer ?
— qui es-tu ? demanda le maître.
— Je suis le samouraï…
— Toi, un guerrier ! s’exclama Hakuin. Mais regarde-toi. Quel seigneur voudrait t’avoir à son service ? Tu as l’air d’un mendiant.
La colère s’empara du samouraï. Il saisit son sabre et le dégaina. Hakuin poursuivit :
— Ah bon, tu as même un sabre ? ! Mais tu es sûrement trop maladroit pour me couper la tête.
Hors de lui, le samouraï leva son sabre, prêt à frapper le maître. A ce moment celui-ci dit :
—  Ici s’ouvrent les portes de l’enfer.
Surpris par la tranquille assurance du moine, le samouraï rengaina son sabre et s’inclina.
— Ici s’ouvrent les portes du paradis, lui dit alors le maître…
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Le « kimono »

Le kimono passerait de mode, victime de l’émergence de nouvelles pratiques plus tendances et qui rangeraient le célèbre vêtement dans l’armoire aux souvenirs.
D’une nature tolérante, et de plus en plus d’ailleurs, l’âge participant à l’assouplissement de l’esprit, je n’ai rien contre l’émergence d’autres disciplines, pourvu que l’on me laisse la possibilité de m’interroger quant à savoir s’il s’agit vraiment, pour certaines, d’une évolution. Chacun doit trouver celle qui lui convient et dans laquelle il va pouvoir s’exprimer. Mais je reste un infatigable défenseur d’une pratique éducative au respect sans faille de l’intégrité physique. Je ne fais pas non plus d’amalgame, les nouvelles formes de travail ne sont pas toutes dangereuses.
L’objet de ce billet est avant tout de prendre la défense de ce vêtement emblématique appelé par facilité de langage le kimono, alors qu’il serait plus correct de le nommer judogi, karatégi, kékogi et pourquoi pas jujitsugi.
Il est devenu une tradition au fil des années et il a toutes les raisons d’exister et aucune de disparaître.
Il propose une solidité à toute épreuve. Capable de subir les traitements les plus redoutables.
Son uniformité impose une certaine neutralité dans la pratique et met d’emblée tout le monde sur un même pied d’égalité. Il masque quelque peu les différences physiques. Pas de privilège pour les « mieux bâtis ».
L’aspect hygiène est pris en considération puisqu’il est capable d’absorber des milliers de litres de sueur inévitablement dépensés et de plus, il facilite une proximité parfois gênante et embarrassante pour certains.
Voilà pourquoi je suis résolument pour cette tenue pratique, hygiénique, solide et pourfendeuse de barrières physiques et sociales. A vos « kimonos ».
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Le dojo

Dans quelques jours certains vont troquer le maillot de bain pour le kimono et il n’est pas inutile de faire quelques rappels. Aujourd’hui, intéressons-nous au dojo, cet endroit quelque peu particulier dans lequel nous assouvirons notre soif de progresser tout au long de la saison à venir.

Littéralement dojo signifie le « lieu où l’on trouve la voie », ou le chemin. Mais quelle voie, quel chemin ? Et s’il s’agissait tout simplement de la voie de la sagesse ? Et si l’enseignement dispensé dans ce lieu était un prétexte à cette recherche ? De toute évidence, on y enseigne et on y pratique des techniques particulières. Apprendre à nous servir de nos « armes naturelles » n’est pas banal. Aboutir à la maîtrise d’une personne, soit pour lui prouver (de façon prétentieuse, parfois et même souvent) notre supériorité, soit tout simplement pour ne pas se laisser faire, c’est-à-dire se défendre, n’est pas un apprentissage sans conséquences, pour peu qu’il ne soit pas entouré de sages précautions. L’on pourra revenir prochainement, plus en détail, sur le contenu de ce qui est enseigné dans un dojo et surtout sur la manière et le but. Aujourd’hui, l’objectif est de rappeler les quelques règles qui doivent et devront y être observées, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Une certaine forme d’indiscipline est synonyme d’un manque de concentration, celui-ci pouvant être fortement « accidentogéne ». Et puis il s’agit bien souvent d’une tradition empreinte de règles de politesse élémentaires.

Ainsi, lorsque l’on pénètre dans le dojo (et que l’on en sort), il est de coutume de saluer en inclinant le buste sur l’avant (à la japonaise pour simplifier). Et pas simplement lorsque l’on monte sur le tatami. Il est demandé d’en faire de même à chaque changement de partenaire, avant et après et qui plus est dans une tenue correcte. Quand le professeur démontre une technique, il est malvenu de sortir du tatami, pour quelque prétexte que ce soit ! Imaginons un seul instant que l’ensemble des élèves aient simultanément un comportement identique ! Idem, quand l’enseignant démontre, il est demandé d’éviter de changer de place au risque de lui donner le tournis et surtout de masquer l’explication aux autres élèves. Le professeur prend soin de démontrer la technique ou l’enchaînement sous différents angles. C’est la raison pour laquelle pour certaines disciplines les élèves sont en « seïza » (à genoux) durant les démonstrations et explications. En principe, si l’on doit quitter le tatami, en dehors des explications, on avertira le professeur. Il ne s’agit pas de demander la permission, mais simplement d’informer. On ne doit pas non plus parler fort lors de l’étude technique (on peut communiquer à voix basse avec son partenaire) et encore moins interpeller quelqu’un. Enfin, une règle très peu respectée : la bise sur le tatami est proscrite ! Et puis, après avoir salué son partenaire dans la coutume du pays d’origine de l’art pratiqué, il est tout à fait superflu d’ajouter un autre signe de politesse.

Que cela ne rebute pas les débutants qui pourraient trouver ces remarques trop « rigides ». Ces habitudes ne sont pas trop difficiles à mettre en place et à respecter. Elles sont les conditions d’une pratique sécuritaire, empreinte de politesse et de respect.

Un petit post-scriptum sur les règles d’hygiène élémentaires ne sera pas superflu. Celles-ci imposent une tenue parfaitement propre (les corps devront l’être aussi). De plus, il est absolument proscrit de marcher pieds nus en dehors du tatami. Enfin, pour finir, il est n’est pas inutile de rappeler l’importance de la ponctualité. Un cours n’est pas un self-service !

Je ne suis pas sans ignorer que ces recommandations ne sont pas forcément appliquées dans tous les dojos, mais est-ce une raison pour accepter l’envahissement d’un laisser-aller qui n’aura plus de limites ?

Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com