Palmarès 2019

Chaque semaine j’ai le plaisir de proposer un article, à la fois sur le blog et sur la page Facebook du club. Du coté « administrateur », je bénéficie d’un compteur qui me permet de connaitre le nombre de personnes « touchées » par ce billet hebdomadaire.

Cette année trois articles se détachent largement avec environ 10.000 visites. En premier arrive celui consacré à la self-défense, en deuxième celui qui évoque le triste anniversaire de la disparition de mon père en 2004 et en troisième l’ouverture du nouveau dojo en juillet dernier.

Ce classement prouve que la self-défense est un sujet brulant, qu’il intéresse et passionne beaucoup de monde, même si ce n’est pas toujours avoué. Cet intérêt est assez logique, dans la mesure où la défense de notre intégrité et – dans certaines circonstances – de notre vie, mais aussi de celle d’une personne lâchement agressée, nous est logiquement chère. De tout temps ce sujet a attiré un large public, qui parfois s’est laissé abuser par quelques charlatans. Il a également déclenché beaucoup de débats et de polémiques. Certains n’hésitant pas à affirmer qu’ils possédaient la meilleure méthode, d’autres affirmant que pour être efficace dans la rue, il fallait s’entraîner…dans la rue ! Heureusement, il existe des experts qui, en plus d’une technique efficace, dispensent des conseils empreints de bon sens et de sagesse.

En second, se place l’article consacré à la disparition de mon père, Bernard Pariset, il y a quinze ans. A cette occasion j’avais publié un extrait de mon dictionnaire des arts martiaux. La belle place de cet hommage, je pense qu’elle est due au respect pour une personnalité qui a marqué le monde du judo et des arts martiaux, mais aussi à l’expression de l’admiration et de la reconnaissance d’un fils pour son père et celle d’un élève à l’intention de son professeur. Sur ce dernier point, je suis assez bien placé pour savoir que ce n’est pas toujours le cas. Le devoir de mémoire, perd souvent…la mémoire.

En troisième position, on trouve le sujet qui évoque l’ouverture du nouveau dojo. Ce n’est pas un petit évènement, tout au moins à titre personnel. Manifestement pour beaucoup de personnes aussi ; cela a marqué les esprits. Quelles que soient les raisons de cet engouement, elles me touchent et m’encouragent. Peut-être que ce large partage salue une volonté de rebondir et une certaine capacité à franchir les obstacles que la vie place devant nous. Peut-être tout simplement, s’agit-il du plaisir provoqué par la naissance d’un lieu d’apprentissage et de partage autour d’un art martial efficace et qui défend de fortes valeurs éducatives.

Vous pouvez retrouver ces trois articles à l’aide des liens ci-dessous.

Les deux semaines à venir seront marquées par les fêtes de fin d’année ; comme à chaque fois lors de ces périodes de vacances, c’est une belle histoire que je proposerai  à la place des billets hebdomadaires ; un conte qui offre une douce méditation salvatrice.

Joyeuse fêtes de fin d’année à tous. A bientôt, « ici où là ».

eric@parset.net  www.jujitsuericpariset.com

Réflexions (douces et amères) sur une année particulière

Durant ces derniers mois et à plusieurs reprises j’ai évoqué le moment fort de mon année 2019, à savoir l’ouverture du nouveau dojo. En juillet dernier se concrétisait un beau  projet et commençait une nouvelle aventure.

Aujourd’hui, ce sont quelques réflexions- douces  et amères -, que je souhaite délivrer, mais surtout sans sacrifier ni  à l’optimisme ni à l’espoir.

Entreprendre n’est pas facile et même, je le pense, de plus en plus difficile. Dans entreprendre il y a « prendre » et en tout premier lieu, prendre des risques, même si pour moi il ne s’agissait pas d’un « voyage en terre inconnue » ; ce qui d’ailleurs aurait pu être une bonne raison d’hésiter, connaissant parfaitement ce qu’une telle entreprise représente en terme de dépense d’énergie, de sacrifices et de risques. Mais l’esprit de conquête et l’envie de créer sont parfois chevillés au corps et peuvent s’avérer régénérateurs, même si des périodes de la vie sont plus propices à ce type de challenge. Il est heureux que cet esprit m’anime et que je ne sois pas effrayé par la relève de défis, puisque d’une certaine façon  le choix m’a été imposé (ce que je ne regrette absolument pas).  Avec un peu d’entraide (et de mémoire) d’autres solutions pouvaient être envisagées. Ce ne fut pas le cas, l’entraide mutuelle prônée par Jigoro Kano n’est  pas toujours appliquée. Certains ont quelques difficultés avec la reconnaissance. A l’inverse, ce qui est surprenant, lorsque se manifeste le besoin d’un service ou encore celui de se réclamer de quelques références, la mémoire revient subitement et les antipathies se transforment en soudaines sympathies au cynisme glacial. Heureusement, une vie de pratique des arts martiaux forge aussi le mental, relativise certaines attitudes et interdit le renoncement : ne pas baisser les bras. Surtout au regard de la retraite des indépendants.

Même si cela aurait été plus confortable de trouver une autre solution, rien ne remplace la joie et la fierté qui sont liées à la réalisation d’un tel projet, et le soulagement de ne devoir rien à certaines personnes n’a pas de prix. Il y a ceux qui entreprennent et ceux qui prennent.

L’ouverture de ce dojo, dans lequel règne une excellente ambiance, ce qui n’est pas une moindre fierté, n’aura pas été le seul évènement personnel de cette année. Dans le premier semestre j’ai vécu plusieurs moments agréables, notamment avec les stages. A Paris d’abord, où les  rendez-vous dominicaux  me permettaient de garder le contact avec d’anciens élèves mais aussi de découvrir de nouveaux visages, comme  un groupe de ju-jitsukas belges emmenés par leur professeur Yvon Joly du club « Tip Top » de Frasnesl. Il y eu aussi les déplacements en province et aux Pays-Bas. En Bourgogne chez Michel Baillet (passionné et fidèle à ses convictions) et près de Bordeaux, à Léognan, accueillis par Nicole et Michel Dourthes (dotés d’une solide mémoire). Et puis il y a eu les Pays-Bas à Hoorn, d’abord au printemps, avec un séjour durant lequel j’ai pu apprécier une qualité d’accueil exceptionnelle de la part des élèves et de l’équipe de professeurs composée de Wim Stroet, Astrid Keizer, sous la bienveillance de Cor Brouwer et du Maître des lieux Frits van der Werff. Ensuite, à l’automne, pour une journée organisée par l’IMAF Pays-Bas. Un stage auquel je me rendais avec plaisir, mais qui malheureusement me laissera une petite ombre qu’il n’est pas utile d’éclaircir, mais qui me rappelle une citation : « Ne ratez pas les ratés, car eux ne vous rateront pas » ! Que l’on se rassure j’ai été merveilleusement accueilli par mon ami Dirk Klock, président de l’IMAF-Pays-Bas, et par l’ensemble des stagiaires, non le problème est venu d’ailleurs.

En cette fin d’année souhaitons que la prochaine nous apporte une très bonne santé, davantage de  solidarité et moins de violence de toutes natures. Au travers de leur enseignement, les professeurs d’arts martiaux ont un rôle essentiel à jouer et une responsabilité à assumer.

A titre personnel, je continuerai à œuvrer pour le ju-jitsu que j’aime,  dans ce nouveau dojo  et ailleurs. Pratiquants chevronnés et novices, ils sont déjà très nombreux à avoir rejoint ce nouveau lieu  de partage. eric@pariset.net

Premier bilan

Après trois saisons en « stand by », le 1er juillet dernier j’avais le plaisir d’ouvrir mon nouveau dojo à Paris. A l’approche de cette fin de trimestre et d’année, il est déjà possible de faire un premier bilan. Sans tomber dans une autosatisfaction béate on peut affirmer qu’il est satisfaisant. Mettre en avant les points positifs, c’est le but de cet article, sans qu’il soit utile d’évoquer quelques déceptions.
Tout d’abord, renouer de façon régulière avec ce métier qui est le mien, ce n’est pas rien ; tout comme pouvoir le faire en toute liberté quant aux actions à mener. Ensuite, des anciens élèves qui n’attendaient que ça sont venus me retrouver, m’apportant ainsi un précieux soutien et me témoignant une fidélité qui me va droit au cœur. Et puis il y a les nombreux nouveaux, venus pour découvrir le ju-jitsu ; des gens de tous âges. Des personnes qui n’avaient jamais rien pratiqué et d’autres, venant d’arts martiaux différents. Des gens souhaitant se mettre ou se remettre à une activité physique correspondant à leur forme du moment. Il en résulte un mélange de niveaux rassurant ; un dojo qui n’a que des ceintures foncées, ce n’est pas forcément bon signe, tout comme le fait de ne pas arriver à fidéliser des débutants ! L’ambiance qui règne sur ces nouveaux tatamis est un autre point positif. Une ambiance à la fois studieuse et décontractée (nous sommes aussi dans les loisirs) avec des élèves intéressés par la diversité des techniques que nous offre notre art, aussi efficaces que subtiles et dans lesquelles la finesse et la recherche du détail motivent au plus haut point. L’investissement physique, sans violence ni brutalité, permet d’acquérir ou de parfaire sa condition physique, en se dépassant raisonnablement.
Exception faite – dans ce cas précis – des « anciens » venus sur ces nouveaux tatamis, il n’est jamais évident de repartir de zéro, ce n’est jamais gagné d’avance, il y a une part de risque inévitable. Cette part de risque, je l’ai prise en connaissance de cause. Je n’avais pas trop le choix, par ailleurs. Sans doute l’expérience, la volonté et la passion qui sont miennes ne sont pas étrangères à cette encourageante entrée en matière.
Les projets sont nombreux pour les semaines et les mois à venir. Aussi bien pour motiver les pratiquants que pour susciter de nouvelles vocations. Des stages, les vendredis à thème, des cours avec des dominantes, des séances de découverte, un « pot de l’amitié » pour fêter la fin de l’année, etc.
Je n’oublie pas mes interventions programmées à l’extérieur du dojo : Bourgogne en janvier, Belgique et région bordelaise ensuite, et bien d’autres encore. L’aventure ju-jitsu continue et de belle manière !
eric@pariset.net  www.jujitsuericpariset.com

Les katas…

Il n’est pas inutile de revenir aux premières raisons d’être et utilités des katas, à savoir qu’ils sont avant tout des moyens d’apprentissage, des méthodes d’entraînement et qu’ils permettent de codifier et de transmettre les techniques.

Certains les considèrent comme une purge qu’il est nécessaire de s’administrer pour obtenir un grade, ou encore, toujours pour les examens et pour quelques jurys, un moyen d’exercer une autorité ! Que ces « formes imposées » intègrent un ensemble de contenus techniques d’évaluation, cela semble juste, mais ils ne sont pas que cela, heureusement.

Les katas permettent de rassembler les techniques par famille et/ou par thème et de leur faire traverser les âges, mais ils sont aussi et surtout une formidable méthode d’entraînement. Il est dommage que bien souvent ils ne soient abordés et étudiés qu’à l’approche d’un examen. En effet, ils sont le reflet d’un combat, d’un combat codifié, pour des raisons évidentes de sécurité (un bon sens qui parfois échappe à certains), mais il s’agit bien du reflet d’un affrontement et c’est pour cela que les attaques de Uke doivent être sincères et fortes de façon à ce que les ripostes de Tori le soient tout autant ; mais aussi qu’elles soient  réalistes.

Le kata est également un exercice de style, c’est-à-dire qu’une certaine attitude doit être respectée. C’est ce qui différencie l’art martial de la simple méthode de combat ou de self-défense, même si cela ne doit pas être au détriment de l’efficacité, ce qui est parfois le cas.

Ils sont aussi, tout simplement une addition de techniques intéressantes à pratiquer une par une, il n’est donc pas nécessaire d’attendre que se profile à l’horizon un examen pour commencer à les étudier.

Un problème, et même un mystère, demeurent et entourent les katas : il s’agit des  incessantes modifications dont ils sont les victimes, surtout quand elles interviennent sur des détails, pour ne pas dire des broutilles, ce qui a pour effet de décourager bon nombre de pratiquants. Maitre Tomiki, créateur du Goshin-Jitsu, aurait-il été admis au grade supérieur en présentant « son kata » tel que dans la vidéo qui accompagne cet article ?

Lors de l’exécution d’un kata pour un examen, l’évaluation doit concerner, avant toutes autres considérations, l’efficacité ; ça passe par la sincérité des attaques et des ripostes. Ensuite, puisqu’il s’agit de formes imposées, il est nécessaire de respecter l’ordre de la présentation, les déplacements et emplacements, sans oublier l’attitude dans laquelle sont exclus désinvolture et relâchement corporel.

Pour conclure, je pense que pour faire apprécier le kata, il suffit simplement de le présenter comme partie intégrante d’une progression  et non pas comme un passage imposé pour obtenir un grade.

eric@pariset.net www.jujitsuericpariset.com

A propos des 16 techniques

En 1982, pour les besoins d’une démonstration de ju-jitsu présentée à l’occasion des deuxièmes championnats du monde de judo féminin organisés à Paris et dont on m’avait confié la responsabilité, j’avais mis au point un enchaînement en deux parties. Une première dans laquelle les techniques étaient d’abord démontrées au ralenti, puis à vitesse normale ; dans la seconde il s’agissait d’exécuter très rapidement une suite de ripostes sur une variété d’attaques.

Par la suite la première partie a donné naissance à l’enchaînement appelé « les 24 techniques », la deuxième aux fameuses « 16 techniques ».

Aujourd’hui, revenons sur cet enchaînement qui a longtemps été dans les programmes pour l’obtention de la ceinture noire au sein de la FFJDA. Il a malheureusement été remplacé par un autre enchaînement dans lequel je ne retrouvais pas le ju-jitsu que j’avais appris, enseigné, démontré et pratiqué.

Aussi, j’ai préféré prendre mes distances et continuer à enseigner ce en quoi je croyais. Je n’étais d’ailleurs pas isolé dans mes convictions.

Cet enchaînement propose 16 ripostes à 16 attaques différentes et permet ainsi, tout à la fois, d’étudier et de répéter une diversité de techniques appartenant au « patrimoine du ju-jitsu » : des techniques d’atemi-waza, de nage-waza et de katame-waza. En français, des coups, des projections et des contrôles. Les principales familles de ces composantes sont représentées avec de grandes techniques comme mae-geri, o-soto-gari, ude-gatame, etc. Ces ripostes permettent de faire face à différentes catégories d’attaques (ou agressions), comme des tentatives de saisie, des saisies, des coups portés avec les poings ou les pieds, mais aussi trois défenses contre armes.

On y retrouve également les grands principes de base de notre discipline, comme celui de l’utilisation de la force de l’adversaire, l’addition de forces, la suppression de points d’appui, etc.

Il nous offre aussi le moyen de parfaire la précision, les automatismes, le rythme et notre condition physique.

Un enchainement d’une grande efficacité, pour peu que l’on y consacre un peu de temps, mais aussi un enchainement au travers duquel on trouvera énormément de plaisir, aussi bien à enseigner et bien évidement à pratiquer. Du pur ju-jitsu.

A l’occasion de mes « vendredis à thème » je vais continuer à l’enseigner, mais aussi dans d’autres cours et à l’occasion de stages à Paris, en province et à l’étranger.

(Vidéo réalisée en 1992)

eric@pariset.net     www.jujitsuericpariset.com

Régularité, rigueur et souvenirs…

Davantage que la quantité de cours suivis par semaine, c’est la régularité qui prime pour réaliser des progrès. Un quotidien souvent stressant (notamment pour les citadins) ajouté parfois à une boulimie d’activités diverses ne facilitent pas la mise en place d’un rythme qui pourra pourtant s’avérer bénéfique sur bien des plans.

Lorsqu’il est possible de s’imposer une certaine rigueur, par exemple celle de fidéliser son entraînement sur certains horaires , les résultats seront au rendez-vous ; pour progresser, mais aussi tout simplement pour adhérer à une forme de discipline, pour se prouver que nous sommes capables de nous soumettre à quelques efforts qui, finalement, ne sont pas des contraintes, mais qui, au final, nous offriront de belles autosatisfactions. Certains trouveront cela contradictoire dans la mesure où nous sommes aussi dans les loisirs qui devraient, selon certains, donner la liberté de s’entraîner quand bon nous semble.

S’entraîner quand on le veut et s’entraîner quand on le peut, ce n’est pas la même chose. Comme expliqué plus haut, le stress du quotidien lié aux contraintes de certains métiers et aux obligations familiales sont des raisons recevables, mais lorsque l’on va s’entrainer parce que l’on ne sait pas quoi faire, ou que l’on a rien à faire de mieux, c’est regrettable ; certes, nous sommes dans les loisirs mais nous pratiquons des disciplines particulières dans lesquelles « le mental » joue un rôle important, il n’est jamais inutile de le renforcer.

La régularité est bonne pour l’esprit, mais aussi pour le corps. Celui-ci à une mémoire, il se souvient et lui imposer des irrégularités dans une pratique ne fera que semer le trouble, ce qui ne manquera pas de créer des désordres qui ne pourront que s’avérer néfastes.

« Dans le temps », au célèbre dojo parisien de « La rue des Martyrs », il y avait cours de judo tous les soirs. Certains venaient les mardis et vendredis, d’autres les lundis et jeudi, ou encore les mercredis et samedis. Et bien, il ne serait venu à l’idée de personne de manquer une seule de ces séances ou de la déplacer sur un autre soir, sauf nécessité absolue due à un souci de santé. Il ne serait pas non plus venu à l’idée du judoka d’accepter une invitation ou d’organiser une réception lors de ces deux soirs.

A cette époque, ces réactions n’étaient peut-être pas le fruit d’une pleine conscience des bienfaits précités, mais sans aucun doute elles étaient dictées par une forme de respect plus important de la discipline que ça ne l’est actuellement ; ce n’est pas forcément la faute des pratiquants, mais d’une société qui nous abreuve immodérément de produits jetables, de zapping, de tests en tout genre, et puis certaines méthodes qui proposent davantage de violence que de technique et d’éducation n’œuvrent sans doute pas pour le respect que méritent nos disciplines. C’est bien dommage, ce n’est certainement pas la meilleure façon pour s’immerger complètement dans l’art martial.

Finissons par une note positive en déclarant qu’une pratique, même «hachée » est préférable à aucune pratique et qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et pour s’imposer une petite discipline, dans la mesure de nos possibilités.

La photo d’illustration représente le dojo de la Rue des Martyrs au début des années 1960. 

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Un beau compliment

Il y a quelques temps, à l’issue d’une séance à l’essai, une personne m’a dit qu’elle ne s’inscrirait pas chez moi, parce que : « ce n’était pas assez violent » ! Il s’agissait là d’un des plus beaux compliments qui m’était adressé.

Cette anecdote me permet de faire une suite au précédent article qui traitait de la rentrée coté professeur, avec une situation à laquelle beaucoup d’enseignants ont déjà été confrontés, celle de l’arrivée d’un pratiquant d’une autre discipline enseignée sous la direction d’un autre professeur.

Lorsqu’un nouveau venu se présente au dojo, on lui demande toujours s’il a déjà pratiqué et surtout avec qui ? La réponse rassure (ou pas) ! On est apaisé – en principe – lorsque que l’on connait l’enseignant en question et sa conception des arts martiaux ; attentif et attentiste quand on ne le connait pas et terriblement inquiet si, malheureusement, nous déplorons peu de points communs en termes de « philosophie » à propos des arts martiaux avec l’enseignant en question.

Ce n’est pas forcément que le professeur et la discipline soient mauvais, mais tout simplement que nous n’avons pas les mêmes codes et qu’une telle arrivée n’est pas vraiment souhaitable.

Dans mon enseignement l’aspect éducatif est déterminant, à longueur d’articles je ne cesse de le clamer : l’enseignement se doit d’être éducatif et non destructif; nous sommes là, non pas pour faire mal, mais pour apprendre à ne pas se faire mal.

Je ne revendique pas de détenir la vérité, mais ma conception non-violente de la pratique n’est pas compatible avec son contraire.

Donc, lorsque nous accueillons un pratiquant aux habitudes « très différentes » des nôtres, la tâche n’est pas désespérée, mais ardue ; beaucoup plus que lorsqu’il s’agit d’une personne vierge de tout enseignement.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Conscience professionnelle

La semaine passée était évoquée la rentrée coté élèves, cette fois c’est du coté des enseignants que j’aborde cette période de l’année qui, même après plusieurs décennies, ne manque pas de singularité pour un professeur d’arts martiaux. Il y a ce mélange de sentiments qui allient l’appréhension (il n’y a que les imbéciles qui ne doutent jamais), l’impatience et la joie de retrouver les « anciens », la perspective de partager à nouveau des moments privilégiés avec ceux qui nous sont fidèles depuis des lustres, même si la fidélité est une valeur qui n’est pas forcément en extension.

Ensuite, il y aura le plaisir de faire découvrir notre art et de partager notre passion auprès de personnes novices. Beaucoup de ceux-là « atterrissent » au dojo par le biais d’élèves déjà inscrits ; ils sont en partie convaincus, d’autres viennent d’emménager à proximité, mais il est quand même nécessaire de les convaincre et ensuite de les satisfaire en les faisant progresser pour qu’à leur tour ils puissent faire grossir le rang des fidèles. Enfin il y a ceux qui ne sont pas forcément à proximité, mais que la réputation du dojo incite à braver les distances.

Aucune lassitude et encore moins de désinvolture ne s’installent dans l’esprit de la majorité de ceux qui, comme moi, ont la chance d’exercer le métier de professeur d’arts martiaux, même après des années d’enseignement et même si on regrette de ne pas retrouver tout l’effectif de la saison passée. Il y a de bonnes raisons à cela, contre lesquelles nous ne pouvons rien : déménagement, problèmes personnels ou professionnels, etc. Il en existe aussi de moins bonnes parmi lesquelles le manque de volonté ; d’autres plus recevables, lorsqu’elles évoquent un besoin de changement ; dommage, parce que pour progresser dans un art martial, une saison ne suffit pas, puisque même après une vie de pratique nous pourrions apprendre encore et toujours. Ceci est un autre débat.

Personnellement, c’est aussi (et peut-être même surtout) avec une conscience professionnelle infaillible que j’aborde chaque rentrée, sur le plan de l’enseignement, mais aussi de l’environnement direct (propreté et l’entretien du dojo, etc.), mais également pour ce qui concerne le respect des règles de politesse et de comportement ; ces règles qui ne doivent pas simplement être affichées sur le mur du dojo, mais appliquées.

Dans la vie comme sur les tatamis, il est plus simple d’abandonner et de laisser filer, mais lorsque l’on est « responsable », un tel comportement n’est pas acceptable vis-à-vis des élèves, surtout des plus jeunes. Le mot « dojo » est quelques fois usurpé ; dojo signifie le lieu on l’on trouve la voie ! La voie technique, mais aussi la voie de la sagesse, de la politesse, de l’effort, de la rigueur et non pas celle du renoncement et de la désinvolture ; même s’il ne faut pas oublier que nous sommes aussi dans les loisirs, ce qui n’empêche pas de respecter certaines règles de bienséance. Un professeur d’arts martiaux n’est pas qu’un simple distributeur de technique (et encore, quand elle est bonne), il est aussi un éducateur physique et mental et… un exemple.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

Le bon choix…

Comme indiqué dans le billet publié la semaine passée, c’est pour moi une nouvelle aventure qui commence avec cette rentrée qui se fait dans le nouveau dojo du XIIème arrondissement de la capitale.
Mais une rentrée, où qu’elle se fasse, c’est  toujours un moment particulier.
Il y a la rentrée « coté élèves » et la rentrée « coté enseignants ». Aujourd’hui, intéressons nous à celle des élèves.
Il y a ceux qui reprennent une pratique qui les passionne et qui sont impatients de remettre le kimono (bien que ce ne soit pas l’exacte appellation de la tenue que nous revêtons pour pratiquer, nous utilisons ce mot par facilité) ; et puis il y à ceux qui vont commencer leur « carrière de samouraï » et qui sont hantés par une multitude de questions. Certains ont déjà choisi leur discipline et leur dojo (souvent sur les conseils d’un proche), mais il y a les autres. L’offre est importante et un débutant ne sait pas forcément sur quels critères se baser pour s’engager toute une saison. D’autant que l’engagement dans nos disciplines est un engagement à long terme, ce qui est de moins en moins le cas, bien malheureusement ; papillonnage et zapping prenant le pas sur rigueur et persévérance !
Et puis, il y a les motivations : la self-défense, ou un sport de compétition ? Ou encore une méthode plus « interne » ? Etc. La self-défense, que ce soit avoué ou caché, reste la première raison de se diriger vers un dojo.
Certains « experts » en manque de reconnaissance n’hésitent pas à se réclamer d’une formule magique, même parfois de la méthode qui rend invincible ; bien heureusement beaucoup n’ont pas cette prétention. Ils sont réalistes et empreints de l’humilité propre à tous les vrais professeurs d’arts martiaux.
Comme je l’ai souvent rappelé, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises disciplines, mais tout simplement des professeurs plus ou moins compétents. Une bonne discipline mal enseignée n’apprendra rien à l’élève, au contraire elle construira de mauvaises fondations et donnera de très mauvaises habitudes, certaines étant irréversibles.
C’est donc davantage sur le choix de l’enseignant, qu’il faut se tourner. Sa réputation, bien sûr, due à son parcours et à la qualité des élèves formés ; j’avais déjà évoqué il y a quelques semaines l’importance du premier professeur. Et puis, on ne peut pas plaire à tout le monde, c’est pour cette raison qu’il faut se déplacer et demander à faire une ou deux séances à l’essai. Simplement pour constater si, oui ou non, l’ambiance dans laquelle se déroule l’enseignement nous correspond.
Donc, plus que le choix d’une discipline, c’est le choix d’un dojo et de son enseignant qui est déterminant.
La question de savoir combien de fois il faut pratiquer par semaine est aussi une question récurrente.  Là encore, il s’agit de s’adapter à plusieurs critères ; l’éloignement et la disponibilité personnelle, en font partie. Plus que la quantité, ce sera la régularité qui primera. Essayer, si possible de venir au(x) même(s) horaire(s) et de façon régulière ; éviter de « sauter » une ou plusieurs semaines. D’autre part, certains prétendent que s’entraîner une fois par semaine n’est pas suffisant, mais je pense qu’il est préférable de ne venir qu’une fois plutôt que zéro fois ; même si une fréquence de deux séances par semaine est l’idéal. Au delà il faut être semi-professionnel ou professionnel.
Bonne rentrée à tous et bonne saison dans un bon dojo….avec un bon professeur !
eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

La semaine prochaine…

La semaine prochaine nous  entrons « officiellement » dans la saison 2019/2020. Une nouvelle année (scolaire et sportive) au goût un peu particulier pour ce qui me concerne, puisque c’est dans le nouveau dojo du XIIème arrondissement parisien qu’elle débutera.

Il y a quelques semaines, bien que cherchant activement, et  depuis longtemps, un local en vue d’une réinstallation parisienne, je ne pensais pas pouvoir être prêt pour ce mois de septembre ; il a fallu un concours de bonnes circonstances (presqu’un « alignement des planètes ») pour que ce vœu puisse être exhaussé.  

Cette nouvelle aventure a commencé en juillet, mais il est évident que c’est maintenant qu’elle  débute réellement.  Les semaines passées ont permis de « rôder la machine » et de prendre quelques repères ; les élèves présents ont pu profiter de ces premières séances pour  arroser le tatami tout neuf des premières gouttes de sueur.  

Ce dojo, de taille humaine, sera dédié tout naturellement au ju-jitsu (adultes et enfants) ; le ju-jitsu que l’on peut nommer de traditionnel ou de Nihon ju-jitsu, en tout cas, un ju-jitsu à but non-compétitif ; une méthode de self-défense très efficace, mais aussi un moyen d’épanouissement physique et mental ; une « Ecole de vie ». 

Le dojo accueillera les enfants à partir de 4 ans pour un éveil aux arts martiaux, mais aussi des adultes qui souhaitent peaufiner (ou retrouver) une bonne condition physique en transpirant intelligemment !  

Dans ce lieu je souhaite renouer avec une ambiance studieuse mais chaleureuse, une ambiance dans laquelle on prendra du plaisir au travers d’une pratique emprunte de respect mutuel et de maitrise dans laquelle seront bannies toutes formes de brutalité et bien sûr de violence ; l’art martial étant éducatif et non pas destructif.  

Comme indiqué dans un précédent article, l’avantage de bénéficier d’une telle structure réside dans le fait de pouvoir proposer de nombreux cours dans la semaine, mais aussi -pour les adultes – des séances par niveau et par thème. Le ju-jitsu étant d’une telle richesse, qu’il est utile de pouvoir bénéficier de cours dans lesquels chaque composante de notre art pourra être  approfondie. Cela va se concrétiser à l’aide de séances avec des gants de boxe pour un renforcement en atémi-waza,  par des cours où le travail en corps à corps sera privilégié,  en passant par des horaires dédiés aux  formes imposées (katas anciens et modernes) pour une culture générale et en vue de la préparation aux grades ; ceux-ci n’étant  pas une fin en  soi mais tout simplement une motivation supplémentaire et un accomplissement (cela a été souvent répété). 

Pour les enfants le dojo propose trois grandes catégories d’âges avec les 4 à 6 ans, les 7 à 10 ans et les pré ados. 

Le dojo prend un peu d’avance puisque c’est à partir de ce  samedi (31 août) que sera proposée la grille horaire de cette nouvelle saison.

J’espère que vous serez nombreux à nous rejoindre – et parmi les premiers – afin d’écrire les débuts d’une nouvelle histoire qui s’annonce passionnante.

eric@pariset.net  06 14 60 18 25