Un certain engouement

SAMOURAI

L’engouement que suscitent certaines disciplines dites « modernes » ou « extrêmes » est surprenant. Qu’une méthode utilisant l’art de combiner les coups, les projections et les contrôles rencontre du succès n’a rien d’étonnant (il en existe quelques-unes) et ce n’est pas moi, ardant défenseur du ju-jitsu, qui critiquerais de telles combinaisons techniques.

Ce qui est surprenant, c’est la vitesse à laquelle cette notoriété s’est opérée. La réponse se trouve sans doute dans la mise en place d’une couverture médiatique exceptionnelle. L’organisation des fameux combats qui se déroulent dans « la cage » représente d’importants enjeux financiers, vous ajoutez à ceci la réputation sulfureuse qui entoure ces joutes et vous obtenez une promotion exceptionnelle.

Vendre du papier et faire fonctionner la billetterie d’une part et d’autre part attirer des élèves dans les « salles de sports » pour une pratique-loisir régulière sont deux choses différentes. D’autant que cette pratique ne peut être le reflet du traitement réservé à ces nouveaux gladiateurs. Si tel était le cas il ne serait pas évident pour les pratiquants de se rendre au travail le lendemain. Mais, pour certains, cela en jette sans doute et en impose surement de confier à ses collègues que l’on s’adonne de façon régulière à la discipline qui se pratique « dans la cage » ! De plus, s’affranchir des codes et des usages attachés aux arts martiaux traditionnels est une façon de se singulariser. Dommage ! Quant aux fameux combats, ils ne s’embarrassent pas d’un règlement garantissant l’intégrité physique des protagonistes et nous imposent une violence que ne peut cautionner « l’éducateur » que je suis aussi !

Alors pourquoi une telle promotion ? Sans doute parce qu’une fois encore, lorsqu’il est question d’argent, tout est possible; ensuite l’effet d’entraînement fait son œuvre. (Un tel phénomène n’est pas réservé au seul milieu sportif !) Mais faisons confiance à l’intemporalité des arts martiaux traditionnels (y compris à ceux qui n’ont pas la chance d’être sous la férule d’une fédération à part entière) et à toutes les valeurs qu’ils ne manquent pas de véhiculer.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

le fil du temps

IMG_0982

Cela fait deux années que la photo qui accompagne ce billet a été réalisée. C’était le 30 juin 2015, à la fin d’une soirée au cours de laquelle l’émotion n’était pas absente. Deux ans après avoir donné les clefs du dojo de la Bastille à une autre équipe et en regardant ce cliché, je me dis que décidément la vie ne se lasse pas de nous réserver des surprises.

En vingt-quatre mois il s’en est passé des choses. Au fil du temps j’ai eu, entre autres, l’occasion de tester la solidité des certains liens.

Regarder cette photo (sur laquelle tout le monde n’apparait pas) me fait constater que pour certaines liaisons « le temps est assassin». Malgré cela, émerge un premier groupe qui donne tort à cette formule, il est constitué d’amitiés très fortes, inoxydables. Il y en a un deuxième pour qui les évènements personnels ne leur laissent que peu de place aux sujets et activités annexes. Enfin existe une troisième catégorie de personnes habitées d’une certaine inconstance et dépourvues de reconnaissance. Quoiqu’il en soit cette photo concrétisait la fin d’une période et surtout d’une grande aventure ; retenons le meilleur de celle-ci et surtout continuons à nous tourner en direction d’un avenir prometteur.

eric@pariset.net   www.jujitsuericpariset.com

Petite philosophie des arts martiaux

D’une certaine manière cet article peut être considéré comme le complément à celui de la semaine dernière. En présentant un livre : « Petite philosophie des arts martiaux » nous poursuivons sur le même sujet, à savoir la violence, et ce qui pourrait être considéré comme un paradoxe d’affirmer que l’on peut justement lutter contre elle avec la pratique de techniques de combat destructives.

L’auteur de ce livre édité en 2006, André Guigot, Docteur en philosophie, explique que l’éducation du corps passe par l’éducation de l’âme, corps et âme étant inséparables. Mais aussi avec un travail en harmonie avec son entourage. « L’amour de la sagesse ne s’oppose pas à l’art du combat. Dès l’origine, que l’on peut situer en Inde puis en Chine il y a plus de cinq mille ans, l’histoire des arts martiaux se confond avec une recherche de paix et d’harmonie avec soi-même et le monde extérieur ». Ainsi commence ce recueil rempli d’informations et de sagesse.

Cela nous rappelle forcément le grand principe de Jigoro Kano qui, au travers de son judo (un ju-jitsu féodal adapté aux évolutions de la société), proposait une méthode d’éducation physique et mentale. A l’aide d’exercices corporels représentant des techniques de combat, l’objectif tend à renforcer son corps non pas pour devenir meilleur que les autres mais devenir meilleur soi-même, ce qui est une belle nuance. L’étude de techniques de défenses (efficaces) était un prétexte à une quête plus large.

Sur le thème de la violence, l’auteur nous explique que celle-ci n’est pas un état naturel chez l’homme, mais qu’elle découle d’une frustration et qu’une pratique sereine et apaisée des techniques de combat participe à la disparition de l’agressivité. De plus il affirme que la violence et la bêtise sont contraires à l’art du combat. Il évoque les hiérarchies superficielles qui perdent leur sens lorsque l’on a revêtu une tenue identique pour tous. Le respect qui ne doit pas être le fruit de la crainte mais celui de la reconnaissance. Les grades, avec cette belle phrase : « C’est l’homme, ou la femme, qui donne de la valeur à son grade, pas l’inverse ». Il évoque « l’art de l’évasion » (l’esquive) et celui de la souplesse (il s’agit là de la souplesse comportementale – l’utilisation de la force de l’adversaire) avec la présentation de l’aïkido, de l’aiki-jitsu et du judo. Le comportement en dojo, dans lequel « on n’entre pas comme dans un magasin, ni tout à fait comme dans un centre d’entraînement sportif ». La compétition, qui n’est pas indispensable et qui, pour les compétiteurs,  doit être considérée comme un simple moment dans la vie. L’esthétisme, que l’on peut associer à une parfaite maitrise physique et donc à l’efficacité, ne serait-ce que par la précision que cette qualité impose. Le plaisir dans la pratique et dans la satisfaction de sa propre évolution. Bien d’autre thèmes sont abordés, tous plus intéressants les uns que les autres, comme l’émergence de certaines pratiques dites « modernes ».

Tout aussi instructives sont les nombreuses citations égrainées au fil des chapitres comme ce proverbe d’Okinawa (l’île qui a vu naitre le karaté) : «La douleur fait penser l’homme. La pensée rend l’homme sage. La sagesse rend la vie acceptable ». On ne peut mieux conclure un article ! Bonne lecture.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

 

Shime-waza, le travail des étranglements

kata-ha-jimeAprès avoir présenté le travail des clefs il y a quinze jours, passons à celui des étranglements. Evoquer le terme d’étranglement auprès d’un néophyte provoque souvent une certaine frayeur légitime. Les pratiquants, eux, sont familiarisés avec ce groupe de techniques qui, lorsqu’elles sont travaillées entourées des précautions de base, ne sont absolument pas dangereuses parce que contrôlées. D’autant que leur bonne réalisation demande un peu de temps, celui qui permettra l’acquisition d’une forme de sagesse et de maitrise dans tous les sens du terme.

Il n’empêche que leur efficacité est redoutable et peuvent s’appliquer dans bon nombre de situations que ce soit en judo ou en ju-jitsu, debout ou au sol ! Sachant qu’en judo ce sera principalement dans ce dernier domaine qu’ils se concrétisent.

Nous pouvons définir deux grands groupes d’étranglements. Le premier rassemblant ceux qui sont appliqués « à mains nues » et le second ceux qui le sont à l’aide des revers de la veste. Parmi ces deux groupes, il y a les étranglements de face et ceux qui s’appliquent lorsque nous sommes placés derrière le partenaire (ou l’adversaire). Il faut compter aussi avec un étranglement bien particulier qui s’exécute à l’aide des jambes, je veux parler du fameux « sankaku-jime », l’étranglement « en triangle », rendu célèbre notamment grâce au premier opus de « L’Arme fatale », film dans lequel Mel Gibson l’utilise pour terrasser son dernier adversaire. Dans cet ensemble de techniques émergent encore deux groupes, celui qui rassemble les étranglements sanguins dont l’action se situe au niveau des artères placées de chaque coté du cou et l’autre les étranglements respiratoires, qui agissent sur la trachée. Leur appellation suffit pour comprendre leurs conséquences respectives.

Bien que leur terrain de prédilection se situe au sol, en self-défense ils peuvent s’appliquer en riposte à des attaques en position debout ; défenses sur coups de poing, sur coups de pied, sur tentatives de saisies et saisies, etc. L’action peut commencer debout pour se conclure au sol, comme avec le redoutable morote-jime, appelé aussi vulgairement « le manche de pioche ».

Comme pour toutes les techniques et sans doute encore davantage pour celles-ci, en raison de leur caractère particulier, l’étude des étranglements ne doit pas éluder celles de leurs défenses. Savoir appliquer des ripostes à des formes très techniques, mais aussi à l’encontre de tentatives de strangulations plus rudimentaires est indispensable.

Pour conclure avec le shime-waza, on peut affirmer qu’il s’agit, là encore, d’un domaine riche, passionnant à l’efficacité incontestable, mais qui demande à être étudié sous le contrôle d’une personne hautement qualifiée et responsable.

eric@pariset.net    www.jujitsuericpariset.com

Rappel estival

carqueiL’été approche et pour certains chanceux, les vacances aussi.

C’est le moment de rappeler que j’aurai le plaisir de proposer un stage dans le magnifique département du Var, à Carqueiranne précisément, durant la première semaine de juillet.

Avec trois heures de ju-jitsu au quotidien c’est une intensité et une immersion différentes de celles de la saison qui seront proposées dans la pratique de notre cher art martial. C’est l’assurance de revenir avec d’énormes progrès dans sa valise, en plus du sable collé aux espadrilles et de quelques étoiles de mer.

La mer, justement, il sera possible d’en profiter lors des après-midi qui seront totalement libres. Ces moments-là, chacun pourra les utiliser comme bon lui semblera. Les activités proposées sur place ne manquent pas, tout comme les belles ballades et visites offertes par la région. Il existe aussi la possibilité de…ne rien faire du tout et de profiter du doux clapotis des vagues à l’ombre d’un parasol.

Pour revenir à l’aspect purement ju-jitsu, les séances porteront sur tous les aspects de notre discipline. Techniques avancées, kata, méthodes d’entraînement, etc. mais aussi, passages de grades avec l’accord du professeur. Il faut prévoir des gants pour les séances de renforcement dans le domaine de l’atemi-waza.

Concernant l’hébergement, le plus simple est de se renseigner auprès de l’office du tourisme de Carqueiranne.

Le stage commencera le dimanche 2 juillet à 9 h 00 et se finira le vendredi 7 à midi. Pour toute précision supplémentaire, n’hésitez pas : eric@pariset.net 06 14 60 18 25

A bientôt sur les tatamis.

www.jujitsuericpariset.com