L’échauffement

Partie incontournable et indispensable d’une séance, l’échauffement est parfois vécu comme redondant, ennuyeux ou trop difficile.

C’est dommage, parce qu’il est indispensable et d’une grande utilité !

Sa vocation est de mettre le corps et l’esprit dans de bonnes dispositions pour l’ensemble de la séance. Il influence forcément la suite du cours. Il ne permet pas uniquement de limiter les risques de blessures, il donne aussi le ton pour la suite. Il ouvre le chemin !

Par définition il ne doit être ni trop long, ni trop difficile, il ne faut pas confondre échauffement et épuisement. Il doit être attractif, et non pas rébarbatif.

Les exercices peuvent être choisis en fonction du thème principal développé lors de la séance.

Sur un plan purement pratique, ce n’est pas tant le choix des exercices qui est important, mais la façon de les pratiquer. Certains que l’on a l’habitude d’exécuter pour s’échauffer peuvent être dangereux s’ils sont fait n’importe comment, trop fort, trop vite, ou trop longtemps.

D’autres auxquels on ne pense pas forcément  peuvent être proposés s’ils sont fait intelligemment, avec mesure. Par exemple des exercices d’opposition très codifiés au cours desquels les partenaires sont en parfaite osmose. C’est pour cette raison que, s’adressant à des débutants, on sera plus prudent avec une sélection de techniques qui devront rester « classiques ».

Si l’échauffement est utile pour éviter les blessures, il n’est pas un « blanc seing » pour le reste du cours durant lequel le professeur pourrait se permettre de faire travailler certaines techniques et exercices dangereux, sous prétexte que l’échauffement a été effectué. Mais la suite de la leçon, c’est un autre sujet !

En conclusion de ce petit article sur l’échauffement, on peut dire qu’il doit être court, attractif et pourquoi pas récréatif, nous sommes aussi dans le loisir. Il doit échauffer les principales articulations et groupes musculaires, solliciter le système cardio-pulmonaire et provoquer un bien être général qui sera un atout pour le reste de la séance.  Un bon échauffement sera la première des conditions pour une séance réussie.

www.jujitsuericpariset.com

 

Professeur et entraîneur

Professeur et entraîneur : ce n’est pas pareil. Les objectifs sont différents, il en est de même pour les qualités indispensables à la fonction et le public auquel on s’adresse n’a pas les mêmes aspirations.

Sans professeur, il n’y aurait pas d’entraîneur, puisqu’on ne peut entraîner qu’une personne qui possède déjà un bagage technique conséquent. Or, parfois on constate que la case professeur est sautée au profit de celle d’entraîneur. En clair, inconsciemment ou pas, certains oublient leur statut de professeurs au profit de celui d’entraîneur.

Chacun son métier et chacun sa mission.

Je n’emploierai ni des mots trop savants, ni des formules trop compliquées pour donner mon humble point de vue.

Le métier de professeur est un des plus beaux métiers du monde mais aussi un des plus difficiles. Pour transmettre les connaissances que l’on possède, il faut de la patience, du bon sens et une bonne « boîte à outils » pédagogique.

Entraîneur, c’est différent, dans la mesure où on s’occupe de personnes qui doivent se surpasser, qui doivent « performer » (pour reprendre un mot « particulier »). Donc on s’adresse à des athlètes qui ont comme but « la gagne ».

Si l’entraîneur se substitue au professeur, il se coupe de la base, de ceux qui sont venus pour une simple pratique physique, pour se défouler, s’amuser ou apprendre à se défendre. Ce qui représente une majorité de personnes mises de coté, ou tout simplement qui ne commencerons pas. Les deux peuvent être compatibles, mais trop souvent l’entraîneur « oublie » le professeur, pourtant indispensable.

Que la compétition puisse être proposée, cela se comprend, mais souvent elle est imposée, même insidieusement avec une forme d’ostracisme involontaire.

Certes, dans l’esprit de certains, il est plus valorisant de s’occuper d’une élite, encore faut-il en avoir les capacités. Un entraîneur doit être un meneur d’hommes et de femmes, doté de qualités psychologiques pouvant s’adapter à chaque athlète. C’est volontairement que j’utilise le mot athlète pour souligner que les personnes qui ont droit à cette appellation appartiennent à une élite qui est forcément coupée de la base. Cette base qui, comme déjà indiqué plus haut, n’a ni les capacités nécessaires, ni  tout simplement l’envie d’appartenir à ce groupe, et qui risque d’être mise sur la touche, si le professeur n’est plus qu’un entraineur.

Cette base qui représente l’immense majorité des pratiquants a besoin d’un professeur, tout simplement. Et si possible un bon professeur. D’où l’importance qui doit être donnée à la formation des futurs enseignants, ne serait-ce que pour éviter cette confusion professeur/entraîneur.

Commencer à entraîner avant d’enseigner, c‘est comme apprendre à plonger sans que l’élève sache nager ! Ou pire, dans une piscine sans eau !

La description faite dans ces quelques lignes n’est pas une règle générale, tant mieux ! Mais il faut être prudent pour qu’elle ne le devienne pas !

Shime-waza, le travail des étranglements

Pour les néophytes, le mot étranglement est souvent effrayant. C’est une peur bien légitime, puisque cela signifie la perte de connaissance si la technique n’est pas maitrisée. Les pratiquants ne ressentent  pas la même crainte, puisqu’avec une parfaite  maitrise technique et le respect des signes d’abandons, les étranglements peuvent être travaillés sans danger. Inutile de préciser qu’ils sont d’une redoutable efficacité.

Leur étude consiste à les appliquer, mais aussi à apprendre à s’en défendre. Que ce soit contre des étranglements « sommaires » ou très techniques.

Les étranglements se pratiquent essentiellement à l’aide des membres supérieurs, mais lorsqu’on se trouve au sol, ils peuvent aussi  s’appliquer avec les jambes ; exemple, le fameux sankaku-jime.

On peut les appliquer en étant de face ou placé derrière le partenaire et cela debout comme au sol.

Il y a les étranglements sanguins et les étranglements respiratoires. Les premiers empêchent l’arrivée du sang au cerveau (ce qui permet de savoir si nous sommes pourvus de cet « instrument »). Les seconds provoquent l’asphyxie en bloquant la respiration. Dans le premier cas on s’endort, dans le second on étouffe !

On trouve aussi deux groupes dans cette famille de techniques. Un premier dans lequel on applique l’étranglement « à mains nues » et un second où l’on utilise les revers d’une veste.

Il est évident que leur étude doit s’entourer de précautions et de mise en garde. Au signal d’abandon qui consiste à frapper deux fois au sol ou sur une partie du corps avec la paume de la main, ou avec le pied (kime-no-kata), l’exécutant doit immédiatement arrêter son action.

Dans la réalité, il faudra être en mesure de « doser » l’action en question. Celle-ci consistant à mettre hors d’état de nuire l’agresseur, sans mettre ses jours en danger, en évitant d’être obligé de recourir aux techniques de réanimation : les techniques apprises lors des cours de secourisme ou dans l’étude des fameux « kuatsu ». Durant toute ma carrière de professeur, je n’ai jamais eu à déplorer d’incidents majeurs. Il est arrivé que des personnes perdent connaissance, mais la retrouvent immédiatement.

S’ils sont terriblement efficaces, il faut souligner que les appliquer sur quelqu’un qui résiste, requiert une longue pratique. Une longue pratique qui fournira de l’efficacité, mais aussi et surtout une indispensable sagesse.

Comme la plupart des techniques pratiquées dans les arts martiaux, les étranglements sont dangereux, mais pas davantage qu’un coup porté sur un point vital ou bien qu’une projection au cours de laquelle la tête de celui qui chute heurte violemment le sol.

Encore une fois, c’est au professeur qu’incombe la responsabilité d’apprendre correctement les  techniques, en entourant leur apprentissage des indispensables consignes de sécurité.

Enseignement

Parmi les trois grands axes (  enseignement, démonstrations et publications ) qui ont animé ma vie professionnelle, c’est naturellement l’enseignement qui a occupé la plus grande part de mon activité, c’est aussi celui qui m’a donné le plus de satisfactions.

Les cours dans mes différents dojos et les stages en France et à l’étranger ont été mon cœur de métier. Sans surprise, c’est au ju-jitsu que j’ai consacré le plus de temps avant le judo et la boxe française. Bien qu’ayant suivi la formation de ce que l’on appelait « l’Ecole des cadres », je revendique une pédagogie de terrain, d’instinct et d’expérience. Il y a des choses qui s’apprennent essentiellement dans l’action, pour peu que l’on possède un peu de bon sens et de sensibilité.

Dans l’enseignement,  il ne suffit pas de maitriser parfaitement un bagage technique et d’avoir suivit des cours de formation réservés aux futurs enseignants pour être capable de bien transmettre. Il faut être pourvu (entre autres) de deux vertus principales : la passion et  la capacité d’adaptation. Cela peut sembler évident, et pourtant.

La passion d’abord. Certains métiers ne peuvent s’exercer sans. L’enseignement en fait partie. Certes, il y a des professeurs qui vont donner leurs cours en  « trainant les pieds », pour différentes raisons, à ce moment là, il s’agit d’un calvaire pour l’enseignant et d’une catastrophe pour l’élève. Quelque soit la discipline, l’enseignement est un métier enthousiasmant, mais difficile, il réclame beaucoup d’énergie. Donc, il faut être animé par cette passion qui fournira l’indispensable énergie  à l’accomplissement de la mission, quelques soient les circonstances.

La capacité d’adaptation. Certes on peut choisir son public, son affectation (pas toujours), se spécialiser. Si on prend l’exemple d’un art martial, il est possible d’être amené à enseigner aussi bien à des enfants de quatre ans qu’à des adultes non sportifs. Ce  n’est pas la même approche, dans l’esprit et dans la forme.  Il y aussi les objectifs recherchés ou imposés. Si nous sommes dans le loisir, l’utilitaire ou la compétition.

Cette capacité d’adaptation est aussi valable dans un cours en fonction du ressenti dans l’application d’un programme préparé, à moins qu’il y ait un objectif bien précis à court terme.

Dans tous les cas, les premières séances seront déterminantes, d’où l’importance du premier professeur, un sujet sur lequel je suis revenu quelques fois. Si la structure a les moyens d’avoir plusieurs créneaux horaires, les cours par niveaux sont les bienvenus. Dans le cas contraire, il se peut que la personne qui commence se trouve un peu perdue et en manque de bases. Dans une maison les fondations sont aussi importantes que les éléments qui vont l’élever, sinon davantage. Certes, dans le cas où il n’y a qu’un seul atelier, les plus anciens sont au service de ceux qui font leurs premiers pas sur les tatamis, il y a des répétitions de gestes de base dont on ne doit pas faire l’économie.

Encore une fois, c’est au professeur de savoir s’adapter à toutes les situations et « d’organiser » son tatami. Quand  l’effectif va de la ceinture blanche à la ceinture noire, il est indispensable que chaque grade puisse travailler ce qui doit l’être à son niveau. C’est souvent difficile de contenter à la fois une ceinture blanche, et une ceinture noire. Éviter que la première se décourage, n’acquiert pas les fondamentaux ou pire se blesse à cause d’une technique qui demande un niveau supérieur pour l’exécuter et la subir sans danger. A l’inverse, il faudra éviter que le plus haut gradé se lasse avec l’impression de « rabâcher » (ce qui, soit dit en passant, n’est jamais inutile, mais il faut malgré tout avancer). C’est là que l’expérience est indispensable, mais aussi  le bon sens.

Lors des explications, il est inutile de se lancer dans des discours à n’en plus finir qui font relâcher l’attention, quitte à revenir à plus reprises sur les explications en question, les progrès se réalisent essentiellement en pratiquant. On peut être ébloui par une belle démonstration du professeur, mais le but reste l’acquisition.

Démontrer parfaitement une technique va créer l’envie d’en faire autant, mais pour cela il faut donner les outils.   « L’essentiel n’est pas ce que l’on enseigne, mais ce que les élèves apprennent ». André Giordan

Il y a des anniversaires que l’on ne fête pas !

Deux ans après le début d’une crise qui a bouleversé beaucoup de vies, nous sommes assez nombreux à ne pas être encore sortis d’affaires, dans une certaine indifférence, pour ne pas dire une indifférence certaine. Nous n’avons pas tous été traités de la même manière. Les sinistrés (et laissés-pour-compte)  de la crise économique déclenchée par  la crise sanitaire et sa gestion, n’ont pourtant pas manqué ni de volonté, ni d’énergie pour tenter de réparer des désastres qui ne doivent pas tous être mis sur le compte des « coups du sort ».

Et l’horreur qui se déroule à nos portes depuis plus de trois semaines ne favorise pas une reprise  indispensable à la survie.

Les images de plus en plus effroyables qui nous sont délivrées nous prouvent qu’il y a toujours pire situation que la nôtre ; la cruauté n’a décidément pas de limite. Là, nous atteignons le comble de l’inhumanité.

J’appartiens à la catégorie de ceux qui sont en difficulté depuis maintenant deux ans : une vie abîmée, des projets anéantis, des espoirs massacrés et de lourds investissements totalement perdus, et non indemnisés.

Cette horrible guerre (pléonasme) confirme qu’il y a toujours pire situation que la sienne, mais cela n’enlève pas le droit d’essayer de s’extraire du marasme dans lequel certains ont été plongés, avec injustice et dans l’indifférence.

L’injustice, parce que ce ne sont pas ceux qui prennent les décisions qui sont impactés par celles-ci. Je le constate amèrement depuis deux ans. L’indifférence, parce qu’en autres nombreuses actions entreprises, mes lettres adressées au ministre de l’Economie sont restées sans réponse. Par contre, on ne manque pas de me réclamer des cotisations sociales au titre de mon statut d’indépendant : le comble de l’indécence !

On va me dire qu’il faut cesser de ruminer, qu’il est temps de passer à autre chose, « se bouger », que je pourrais être sous les bombes.

Me bouger, c’est bien évidemment ce que je fais, je n’ai pas attendu les conseils et encore moins les critiques de certains donneurs de leçons qui sont « bien au chaud », sans risque pour leur avenir.  Je ne me plains pas, j’exprime une colère qui me semble légitime. Maintenant avec « l’épée de Damoclès » que l’on fait planer sur la nos têtes (entre retour de pandémie et guerre), il faudrait faire preuve d’une formidable inconscience pour investir à nouveau dans une entreprise privée.  J’ai largement donné il y a deux ans ! Je n’ai pas traversé la rue pour trouver du travail, mais la moitié du pays.

Deux ans sans travail ou si peu, c’est long, trop long, les efforts fournis aboutissent à de bien maigres résultats. Et l’explosion du prix des produits de première nécessité, ne peut que renforcer l’inquiétude quant à l’avenir.

Les quelques animations mises en place sont utiles moralement, mais bien insuffisantes. Je l’avais déjà évoqué.

Les stages, puisqu’il est question d’eux, sont de véritables moments de bonheur, de réconfort moral et de sentiments d’utilité, je remercie très chaleureusement tous ceux qui peuvent y participer. Je suis bien placé pour savoir que l’on ne fait pas ce que l’on veut, beaucoup souhaiteraient être présents, mais ne le peuvent pas. Je ne suis pas le seul à rencontrer des difficultés, avec ce que nous subissons depuis vingt-quatre mois, beaucoup sont touchés… et oubliés.

Donc aujourd’hui, pour moi,  c’est un bien triste anniversaire que celui de la fermeture imposée d’un tout jeune dojo dans lequel tant d’espoirs avaient été mis.

Quelques mois avant, en juillet 2019, après des années difficiles, j’avais décidé de repartir au combat. A un âge où certains profitent de la retraite ; il s’agissait d’un pari audacieux, j’assumais ce risque. D’autant que l’insignifiante pension de retraite des indépendants impose une réactivité de survie. Encore faut-il être en capacité physique, mentale et matérielle pour l’assumer. Malgré tout, que l’on se rassure, le combat continue.

Mes 16 techniques

C’est pour les besoins d’une démonstration qu’est né cet enchaînement.

Nous étions en 1982, le remise en valeur du ju-jitsu battait son plein et j’avais été sollicité pour produire une prestation à l’occasion des deuxièmes championnats du monde de judo féminins qui se déroulaient à Paris. Il était entendu que le rôle de Tori serait tenu par une femme. Ce fût une de mes élèves, Marie-France Léglise qui était « la gentille », j’officiais dans le rôle « du méchant ». (Je n’ai pas toujours été Tori.)

J’avais donc mis au point une démonstration en deux parties. Une première dans laquelle chaque technique était démontrée d’abord au ralenti, puis à vitesse normale, et, stage  une seconde qui proposait un enchaînement très rapide. Les 16 Techniques étaient nées.

A titre personnel, je ne les ai jamais abandonnées. Plusieurs raisons à cela.

D’abord, elles sont d’une indiscutable efficacité pour peu qu’on se donne la peine de les assimiler et de les répéter. Certes, il ne faut pas nier la difficulté de bien maîtriser certaines projections, mais évoluer n’est-il pas un but dans la vie ? Si ce n’est « le » but, quelque soit le domaine !

Cet enchaînement permet de renforcer son savoir-faire technique sur un nombre varié d’attaques et de ripostes. Des ripostes qui proposent des coups, des projections et des contrôles, et les fameuses liaisons qui font la force du ju-jitsu.

Il est aussi un moyen d’acquérir des qualités indispensables, comme les automatismes, la vitesse d’exécution et il améliore la condition physique.

Cet enchaînement est également une sérieuse base de travail. En effet, à partir de chaque technique, il est possible de proposer ce que j’appelle des « déclinaisons » : enchaînements à partir de réactions de Uke, mise en place de ripostes différentes à chaque attaque, avec la possibilité d’imposer un thème : par exemple ne proposer que des clefs ou bien des étranglements ou encore des projections différentes des originelles.

On peut aussi envisager d’étudier des contre prises, même si, s’agissant de self défense, cela peut paraître surprenant, mais pour renforcer une technique, étudier les moyens d’y échapper n’est pas inutile.

Les détracteurs trouvent cet enchaînement trop difficile et lui opposent le fait que l’on peut faire plus simple en matière de self défense,  ce qui est vrai ! Mais rien n’empêche le professeur de proposer dans un premier temps des ripostes plus faciles. Ensuite, « qui peut le plus, peut le moins » ; viser plus haut, c’est une façon de ne pas se scléroser et puisque nous sommes dans les proverbes et citations faciles, on peut citer celle-là : « qui n’avance pas recule ».

Il est également utile de se souvenir que nous pratiquons un art martial, avec une histoire et un patrimoine technique que nous ne pouvons pas renier et que cette discipline est aussi un moyen d’épanouissement physique et mental. Même si l‘aspect utilitaire est incontournable, il ne serait pas sain de se limiter à celui-ci à longueur de saison.

Il ne faut pas oublier non plus qu’à cette époque (en 1982), l’objectif  était de respecter l’histoire en rendant indissociables judo et ju-jitsu, en les considérant comme complémentaires. Le ju-jitsu peut être une façon d’apprendre les techniques de judo dans leur utilisation première, ce qui de mon point de vue est un excellent moyen. Malheureusement cela n’a pas toujours été compris.

« Les 16 techniques » sont une preuve indiscutable du lien qui existe entre le judo et le ju-jitsu, comment pourrait-il en être autrement ?

Enfin, les enseigner, les pratiquer et les démontrer sont à chaque fois de véritables moments de plaisir !

(La couverture qui sert d’illustration à cet article est celle d’un livre qui présente, entre autres, cet enchaînement.)

Katame-waza, le travail des contrôles

Après l’atemi-waza et le nage-waza, place au katame-waza, pour aborder la troisième composante du ju-jitsu.

Dans les techniques de contrôle se trouvent les clefs (kansetsu-waza), les étranglements (shime-waza) et les immobilisations (osae-waza). Ces trois domaines sont utilisés en judo comme en ju-jitsu, avec des objectifs différents.

En ju-jitsu ces techniques marquent souvent la dernière phase d’une défense, après les coups et les projections, mais pas systématiquement, elles peuvent être utilisées directement sur une attaque. En judo elles se concrétisent toujours au sol.

En ju-jitsu, elles peuvent s’appliquer aussi bien debout qu’au sol. Leur efficacité est redoutable et elles permettent parfois de moduler la riposte. A l’aide d’une clef, par exemple, il est possible de maîtriser un agresseur sans forcément mettre ses jours en danger, ce qui n’est pas inutile ; le respect de la vie et la notion de légitime défense sont des notions à respecter.

Les clefs (kansetsu-waza) consistent à « forcer » les articulations à « contre-sens » pour celles en hyper-extension ou aller au-delà des possibilités de flexion pour les clefs en torsion.  Le premier groupe appartient aux « gatame », le second aux « garami ». En ju-jitsu self-défense  existe aussi les torsions de poignet, les clefs de jambes, autant de techniques interdites en judo, pour des raisons évidentes de sécurité.

Concernant les étranglements (shime-waza), l’étude doit être sérieusement encadrée, il est évident que l’issue peut s’avérer fatale. Cependant, comme pour beaucoup de techniques, l’apprentissage est long et avant une parfaite maitrise il faut une longue pratique au cours de laquelle on aura acquis de la sagesse et du contrôle. Il y a deux formes d’étranglements : respiratoires et sanguins. Ils se pratiquent essentiellement à l’aide des membres supérieurs, mais les jambes sont aussi de redoutables armes naturelles dans ce domaine, la preuve  avec le fameux « sankaku-jime ».

Quant aux immobilisations (osae-waza), elles sont surtout utilisées en judo et uniquement au sol. En ju-jitsu self-défense l’intérêt se limite à celles qui emprisonnent aussi les bras de l’adversaire.

Comme indiqué plus haut, l’efficacité demande beaucoup de pratique, donc de patience, de volonté et de rigueur. Mais ne s’agit-il pas de qualités indispensables dont doit être doté tout étudiant dans les arts martiaux ?

Bien réaliser un waki-gatame, par exemple, demande énormément de travail. Il y a la précision, la meilleure utilisation des ressources naturelles du corps et pour cela une « forme de corps » que l’on va modeler, un peu comme un sculpteur le ferait avec son « ouvrage ».  Pour cela les conseils du professeur sont indispensables, mais plus encore il s’agira de ne pas se lasser de longues, très longues répétitions pour « ressentir » la technique.

Côté efficacité, je ne manque de témoignages de personnes agressées ayant pu se sortir de situations très délicates, pour ne pas dire périlleuses, notamment face à des attaques avec armes, grâce au « katame-waza ». Cela vaut la peine de consacrer du temps à l’étude de cette composante incontournable du ju-jitsu.

Le randori

Retour plus technique avec un article consacré à un exercice indispensable : le randori

En guise d’introduction je propose une définition glanée sur Internet et qui me semble être un parfait résumé : « Exercice libre orienté vers l’attaque. Le randori permet la rencontre de deux partenaires dans une confrontation dont la victoire ou la défaite n’est pas l’enjeu ».

Le randori est sans doute l’exercice le plus important pour progresser et le plus agréable à pratiquer à condition de le faire avec un partenaire habité par un état d’esprit identique au notre.

Le randori existe dans la plupart des arts martiaux, qu’ils soient ou non à but compétitif. On peut traduire ce mot par « exercice libre ». Libre dans l’utilisation des techniques et leurs enchaînements, dans l’adaptation aux situations. C’est à la fois un exercice de perfectionnement technique et d’amélioration de la condition physique, mais c’est aussi un moment de vérité durant lequel il est possible de se tester dans une situation d’opposition, même si cette opposition est codifiée pour des raisons évidentes de sécurité. Je le définirai comme un exercice d’opposition codifiée à thème.

Il est important pour trois raisons principales. D’abord il permet de progresser dans l’attaque et la défense, ensuite il participe à l’acquisition et au renforcement de la condition physique et enfin, s’il est fait dans un bon état d’esprit, on prend beaucoup de plaisir dans une opposition aux allures de jeu. On peut ainsi mesurer les progrès ; par exemple, le jour où il devient possible de projeter quelqu’un alors que cela ne l’était pas quelque temps avant.

En ju-jitsu, les trois principaux thèmes sont le randori d’atemi (les coups) le randori de projections et le randori au sol. Ils permettent de se perfectionner dans chacun de ces trois domaines en toute sécurité. A titre personnel, je suis contre un exercice d’opposition dans lequel tout est autorisé. A ceux qui ne partagent pas ce point de vue au motif que dans la réalité tout est permis, je réponds que la réalité c’est la réalité et que l’entraînement c’est l’entraînement. Les consignes d’efficacité et de sécurité sont indissociables. Une pratique constructive se fait en limitant les situations dans lesquelles les risques de blessures sont importants.

Dans ces affrontements qui sont essentiellement axés sur le renforcement du système d’attaque, il est évident que l’on travaille aussi la défense. Ne serait-ce que pour proposer à son partenaire une opposition correcte.

Je conclurai en soulignant que chacun des trois principaux secteurs évoqués (coups, projections et travail au sol) possède ses particularités dans le plaisir procuré. Pour le travail des projections, arriver à « faire tomber » quelqu’un à l’aide d’une belle réalisation ou d’un enchaînement ou encore de l’application du fameux principe action-réaction est une joie que seuls ceux qui la connaissent peuvent en attester. Dans le travail au sol, l’affrontement est différent dans la mesure où, ne réclamant pas autant de vitesse d’exécution, il offre la possibilité de « fourbir » sa stratégie, de préparer plusieurs « coups » à l’avance, de prendre son temps dans l’action. Enfin, et pour terminer, on peut établir un parallèle entre le randori « coups de poings et pieds » et une conversation. « L’assaut courtois », tel que l’on nommait cet exercice du temps de Charlemont, le fondateur de la boxe française, peut s’assimiler à une discussion au cours de laquelle les deux protagonistes éviteraient de parler en même temps, sans pour autant se priver de défendre leurs propres arguments en coupant la parole s’il le faut, mais au cours de laquelle ne serait prononcé aucun « gros mot », c’est à dire ne serait exécutée aucune technique ou enchaînement dangereux.

Alors, pour toutes les raisons évoquées, n’oubliez pas les randoris.

2021 : quelques mots…

2021 : quelques mots et des photos souvenirs (à retrouver sur la page Facebook du Club Jujitsu Eric Pariset) !
Très prochainement un bilan plus étoffé concernant cette année.

Les 1ers janvier 2020 et 2021 nous nous souhaitions une bonne année…c’est en repensant à ces moments là que l’on s’aperçoit qu’il ne suffit pas toujours de vouloir pour pouvoir ! Encore une année qui s’achève et qui ne laissera pas de bons souvenirs pour une grande partie de la population. Nous avons continué à subir une crise commencée en 2020. Et malgré les efforts et les sacrifices consentis, les maux subis au cours de ces deux années sont de plus en difficiles à supporter, inévitablement ils laisseront des traces, c’est déjà le cas. D’autant que sans vouloir être défaitiste, si l’on en croit les dernières informations aussi alarmistes qu’anxiogènes, dont nous sommes quotidiennement bombardés, ce n’est malheureusement pas terminé.

Allons-nous continuer longtemps à assister en toute impuissance aux dommages collatéraux, c’est-à-dire à la dégradation – et même à la disparition de nombreux secteurs ? Mais aussi à la mise à mal de la santé physique et mentale de beaucoup d’entre nous. Autant de catastrophes engendrées collatéralement, les faits sont là.

Certes, depuis vingt et un mois, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne, certains sont plus chanceux que d’autres, tant mieux pour eux. N’étant pas dans la bonne catégorie, pour me consoler, on me dit que l’essentiel reste la santé ; ce qui est vrai. Mais des mois sans travail et sans perspectives positives dans ce domaine, est-ce un bon moyen pour la conserver ? Et puis, est-ce que vivre, c’est juste se contenter de ne pas être malade ?

Certes, on peut apprendre à se satisfaire de peu, mais on est en droit de s’interroger et de s’agacer quand ces remarques sortent de la bouche de gens nantis pour lesquels la crise n’a rien retirer : ni les moyens de vivre correctement, ni ceux  de satisfaire les principaux besoins et principales envies.

Loin de moi de vouloir exprimer un sentiment de jalousie envers ces épargnés, mais de la part de certains, un comportement emprunt d’un peu de retenue serait plus acceptable. Mais il y a pire encore avec les donneurs de leçons ; là c’est insupportable !

Beaucoup de gens dans ma situation n’ont pas besoin de leçons, la plupart savent ce qu’ils ont à faire, c’est-à-dire reconstruire sur un champ de ruine. Et pour reprendre une expression largement utilisée depuis presque deux ans, ils ne « lâchent rien ». Heureusement, il y a beaucoup d’encouragements qui vont droit au cœur.

A titre personnel, depuis presque deux ans, ce ne sont ni la volonté, ni l’énergie qui me font défaut. On me dit tu vas rebondir ! Oui, mais de quelle manière, dans un des secteurs d’activité les plus pénalisés ? Alors quelles sont les opportunités qui s’offrent à moi ? Premièrement, ouvrir un nouveau dojo ? Dans le climat actuel et avec les annonces qui nous sont faites, cela serait irresponsable, j’ai déjà largement donné ! Et puis il faut en avoir les moyens. Deuxièmement, trouver des créneaux horaires dans les équipements municipaux ?  Il n’est pas évident de se faire accepter, pour ne pas dire impossible. Troisièmement, faire des stages ? J’ai commencé, mais pour faire des stages il faut… des stagiaires. D’une part, les sections rassemblant des adultes ont beaucoup souffert depuis vingt et un mois. Et puis, n’ayant plus de dojo je n’ai plus d’élèves, exception faite de quelques irréductibles fidèles. Enfin, les querelles de chapelle n’ont pas disparu. Elles éloignent un peu plus chaque jour les beaux principes et préceptes d’entraide mutuelle prônés par le fondateur du judo. (qui ne manque pas d’être cité en référence, par ailleurs !). Enfin, certains ont une solide mémoire sélective, en oubliant facilement une partie du passé.

Heureusement, il y a quelques belles surprises émanant de personnes qui se reconnaîtront et que je remercie, mais ce n’est pas suffisant.

Pour la nouvelle année, je souhaite simplement pouvoir exercer mon métier, un métier qui m’est indispensable, que j’aime et dont l’utilité n’est plus à démontrer.

Certaines situations ne sont pas simplement dues à de la malchance, comme on pourrait le croire, mais à une forme d’injustice que l’on se doit combattre en la dénonçant, les mots peuvent être des armes de combat et la manifestation de la colère saine et légitime. Dans certains cas, il n’y qu’à voir ce dont sont capables des gens confrontés à la désespérance engendrée par de telles situations. Tout cela n’empêche pas d’agir positivement dans l’espoir d’une reconstruction, sans doute longue et chaotique.

Cela n’empêche pas non plus de souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année, même avec Papy et Mamie dans la cuisine, toutes fenêtres ouvertes.

Soulac 2022, le retour…

J’ai le plaisir d’annoncer le retour du stage de Soulac-sur-Mer, au mois d’août prochain. Ce sera du dimanche 14 au vendredi 19.

Soulac et le ju-jistu, c’est une longue histoire. Elle a commencé en 1986, elle a duré jusqu’en 2010, soit vingt-cinq sessions. En 2011, j’ai décidé de faire une pause.

Nous sommes dans le département de la Gironde, sur la Pointe de Graves. Venant du Sud de la France, on y accède en passant par Bordeaux qui se situe à 80 kilomètres. Venant du Nord, à partir de Royan il faut emprunter le bac pour traverser l’estuaire de la Gironde jusqu’au Verdon qui se trouve à quelques kilomètres de Soulac.

Les grandes plages, l’océan, la forêt : Soulac, c’est la nature, mais aussi une ambiance familiale, une ambiance qui sied parfaitement au déroulement d’un stage de ce type. Vacances et ju-jitsu se marient à merveille pour une semaine inoubliable.

C’est l’occasion d’aborder le ju-jitsu d’une façon différente, de s’immerger dans l’art martial intensément, de se perfectionner techniquement et de se faire ou refaire une parfaite condition physique. Les entraînements ont lieu le matin, l’après-midi étant libre ; nous sommes aussi en vacances ! La baignade, le repos, mais également les activités proposées par la station. Impossible de s’ennuyer pour les accompagnateurs.

Soulac, c’est aussi un ensemble de magnifiques villas au style si particulier.

Évidemment, comme nous serons en août, il est prudent de ne pas tarder dans les réservations concernant l’hébergement.

Le plus simple, c’est  de se renseigner auprès de l’office du tourisme : camping, chambres chez l’habitant, locations de vacances et gîtes, chambres d’hôtes, hôtels, villages vacances, résidence de tourisme, air de camping-car, etc.

Comme indiqué plus haut, nous sommes dans une cité  balnéaire à dimension humaine, on peut tout autant s’y amuser que s’y reposer en famille.

Je reviendrai régulièrement sur ce stage, les brochures seront disponibles en janvier, mais dès à présent, vous pouvez me contacter pour obtenir les informations que vous souhaiteriez.

A noter que le stage est ouvert à tous les pratiquants d’arts martiaux.

Je ne cache pas ma joie de renouer avec ce rendez-vous. D’après les échos qui  me parviennent  régulièrement, je ne suis pas le seul à conserver d’inoubliables souvenirs de ces étés soulacais.

A très vite.