Uchi-mata

Fauchage interne, ainsi se traduit ce que j’assimile à la « reine des projections ». Classée d’abord dans les techniques de jambes, puis ensuite  dans celles appartenant aux mouvements de hanches, uchi-mata est une des techniques les plus utilisées en compétition de judo. Elle allie efficacité et beauté du geste. Tout ce qui motive le vrai pratiquant et qui donne du sens à notre engagement dans  les arts martiaux. Moins facile à utiliser sur le plan purement utilitaire, ce mouvement n’en n’est pas moins d’une efficacité redoutable, pour ceux qui savent le faire !
Le principe est de faucher avec la jambe droite – du bas vers le haut – l’intérieur de la cuisse gauche, pour la version en mouvement de jambe, ou de la cuisse droite pour l’autre forme. La jambe qui fauche doit être en parfaite extension vers le haut, un peu comme si l’on désirait « toucher le ciel ».
Le travail des mains est essentiel et on se rapportera aux conseils liés à harai-goshi qui ont été prodigués dans le précédent billet.
A noter qu’il existe, pour les très grands spécialistes d’uchi-mata, une version « sans les mains » dite  « à la volée ». Les plus anciens se souviendront que le regretté Maurice Gruel, qui en avait fait une de ses spécialités, prenait énormément de plaisir à démontrer cette forme personnelle. Une originalité incontestable et une efficacité redoutable.
Mais, pour moi, le plus bel uchi-mata restera celui de mon ami Jean-Claude Leroy, disparu bien trop tôt. Les photos ci-dessous sont extraites de la première publication de la méthode atémi-ju-jitsu, réalisée en 1976.
Rendez-vous vendredi soir de 19 h 00 â 20 h 15 pour « décortiquer » cette magnifique technique. 

Site du club : www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.