Un trésor…

Nous sommes encore en été et cette saison empreinte de douceur, et pour certains de temps libre, est propice à la réflexion ainsi qu’à la rêverie. Aussi, une fois de plus, j’avais envie de vous faire partager une histoire extraite du livre de Catherine Rambert : Petite Philosophie du soir.

Il sera temps dès la semaine prochaine de traiter, sur ce blog, des sujets, disons plus techniques. Bonne lecture.

Le trésor caché.

Il y a plusieurs siècles de cela, un homme très riche et très puissant croisa la route d’un pauvre hère qui allait à pied, sous le chaud soleil d’été. Malgré son apparent dénuement, il semblait serein et gai. Il ne possédait qu’une paire de chaussures et une canne, qui l’aidaient à progresser sur les chemins difficiles, sans autre protections contre les rayons de Phébus que sa bonne humeur.

Son visage respirait le bonheur.

L’homme riche, en revanche, se déplaçait dans un bel attelage, porté par de fiers destriers blancs. Ses serviteurs brandissaient au-dessus du carrosse un immense parasol et de grands éventails aux couleurs chatoyantes. Tous ceux qui composaient la suite du seigneur étaient vêtus des livrées les plus belles, ornées de broderies d’or. Mais lui, tapi dans l’ombre au fond de ses coussins, présentait sans cesse une face tourmentée, soucieux qu’il était de développer à chaque instant sa fortune déjà immense.

Néanmoins, sa quête personnelle d’argent ne l’avait pas rendu indifférent aux douleurs des autres.

Apercevant le pauvre, marchand non loin de là, il fit arrêter son attelage :

— Holà, où vas-tu comme ça, brave homme ? Tu sembles bien démuni. Veux-tu faire partie de mes serviteurs ? Ainsi, tu ne seras plus dans la misère. Chacun d’entre eux est payé cent sous.

— Mille mercis de votre générosité, monseigneur, répondit l’humble marcheur avec douceur. Je préfère garder ma liberté. Elle me permet d’aller et venir à mon gré et où bon me semble. De plus, en vérité, j’ai entrepris un long voyage, à la recherche d’un trésor.

— Un trésor ? Tu m’intéresses, reprit le richissime personnage, toujours avide de plus de biens. Comment ça un trésor ?

            — Oui, messire, un beau et merveilleux trésor. Celui qui le découvre devient aussitôt le plus riche et le plus heureux des hommes. Aucune fortune au monde ne peut égaler ce que je cherche.

— Mais dis-moi où il est, je t’aiderai à le trouver, et nous le partagerons. Voilà un marché qui me paraît équitable. Qu’en penses-tu ?

— Vous avez raison. Mon trésor demande bien des efforts. Il est très loin, là-bas, après les steppes et les montagnes, au-delà du désert et des mers. Nous ne serons pas trop de deux pour le découvrir. Je veux bien que vous veniez avec moi. Mais il vous faut laisser là votre équipage et vos gens, car ce trésor a un secret : il se révèle à ceux qui se sont donné la peine de le chercher, sans artifice de puissance ou de gloire.

— Qu’à cela ne tienne, je pars avec toi, répondit aussitôt le nanti, abandonnant sur-le-champ sa suite et ses chevaux oubliant son confort et ses protections du soleil.

Aussitôt les deux hommes se mirent en route. Ils marchèrent des jours et des lunes. Ils traversèrent les déserts du Sud, où ils virent de somptueux paysages et de magnifiques soleils couchants, descendirent des rivières dans lesquelles ils péchèrent des poissons aux saveurs exquises, ils gravirent des montagnes et ils virent pour la première fois la neige, découvrirent les steppes du Nord et leurs splendides pur-sang sauvages. Ils progressèrent ainsi durant de longues saisons, affrontant ensemble mille périls. Lorsque le riche marchand se blessa au pied, le sage le porta sur ses épaules, et ainsi durant plusieurs jours. Lorsque celui-ci fut à son tour affaibli par le froid, le seigneur lui offrit ses riches vêtements afin de le protéger.

Ainsi s’écoulèrent les mois. Chemin faisant, les deux hommes apprirent à se connaître. De grandes discussions les animaient, et parfois les faisaient rire aussi. Ils dormaient tantôt à la belle étoile, tantôt dans des abris de fortune, se nourrissaient frugalement et partageaient le vin lorsque, par bonheur, ils en trouvaient. Le marchand ne demandait jamais où était le trésor, tant il redoutait d’être incongru. Un jour, cependant, alors qu’une année s’était écoulée depuis leur départ, il interrogea son compagnon de route.

— Voilà des mois que nous progressons, lui dit-il. Nous avons affronté mille dangers. Nous avons traversé les déserts, les mers et les plaines, et je ne vois toujours pas de trésor. Ne t’es-tu pas trompé, mon ami ?

— Pas du tout. J’ai trouvé le plus grand, le plus beau et le plus merveilleux de tous les trésors.

—  Comment ça ? s’étonna l’autre, soudain furieux de ne s’être aperçu de rien. Tu l’as trouvé et ne m’as rien dit, félon ? Traître ! Nous devions pourtant le partager ! Mais où est-il donc ?

— Là, à côté de moi, depuis des semaines et des mois, répondit le sage. Me voilà riche de ton amitié, et toi de la mienne. N’est-ce pas là la plus grande des fortunes ?

Son compagnon accueillit ces propos sans un mot.

Puis, les larmes aux yeux, comprenant le message, il se leva et sera son ami dans ses bras.

Au bout de quelques minutes, il ajouta :

— Je crois que nous devons reprendre notre route, maintenant.

Et ensemble, les deux hommes poursuivirent leur chemin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.