Une immense disparition

Un monument vient de nous quitter.

C’est avec une terrible tristesse que je viens d’apprendre le décès d’Henri Courtine.
C’était bien évidemment une personnalité incontournable du judo français, mais plus largement du sport international.

En judo, après avoir conquis un palmarès exceptionnel dans les années 1950, il a ensuite connu une carrière de dirigeant qui l’a été tout autant. Et puis en 2007 il est devenu le premier dixième dan, le seul à ce jour.

Mais mon chagrin est d’autant plus grand que pour moi il n’a pas été que ce grand champion et cet exemplaire dirigeant. En effet, j’ai eu la chance de le connaître dès ma plus jeune enfance. Personne n’ignore qu’avec mon père, Bernard Pariset, ils étaient inséparables.

J’ai connu le judoka, au style inimitable, « la classe », mais j’ai aussi connu l’homme ; il est devenu en quelque sorte mon « père spirituel ». Ce n’est pas rien.

Je ne manquerai pas de revenir plus longuement et très prochainement sur le judoka et sur l’homme.

Ce soir mes pensées vont à sa famille et bien sûr à Katy, sa fille, qui a toujours été ma « grande sœur ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.