Une visite

IMG_0560Samedi dernier, au club, j’ai eu le très grand plaisir d’avoir la visite surprise de l’épouse et du fils du légendaire judoka hollandais, Anton Geesink. Si je l’évoque dans ce billet, et ce n’est pas la première fois, c’est parce que cet homme, qui nous a quittés en 2010, représente énormément pour moi. D’abord le champion d’exception qu’il fut, ensuite, il a peuplé une partie de mon enfance et enfin, son évocation ne peut se faire sans celle de mon père.
Il fut peut-être le plus grand judoka de tous les temps. Plusieurs titres mondiaux et un sacre olympique à Tokyo en 1964. Un physique d’exception, certes, mais pas que. C’était aussi un technicien, efficace aussi bien debout qu’au sol. Et puis, il était armé d’une volonté hors du commun. Sur les tatamis de compétition mais aussi lors des séances d’entraînement exceptionnelles qu’il s’imposait.
Ensuite, il est un peu de ma famille. Dans la mesure où une partie de mes vacances d’enfant se sont passées au camp du golf bleu, dans le Var, où se déroulait chaque année le célèbre stage international dirigé par Anton Geesink, Henri Courtine et mon père. J’y ai passé un grand nombre d’étés, les plus importants, ceux de l’enfance. Geesink m’impressionnait énormément. Pas simplement par la taille, mais aussi par un charisme que je devais percevoir, malgré mon jeune âge. Et puis, et surtout, c’est encore une histoire de famille, on ne peut évoquer la carrière de mon père sans penser immédiatement à Geesink. Ce sur blog, j’avais intitulé un article que je lui consacrais : « la gloire de mon père ». En effet, en 1955, en finale des championnats d’Europe toutes catégories, à l’issue d’un combat homérique, David avait battu Goliath. Un exploit qui ne fut pas réédité, mais qui avait très largement contribué à la notoriété de mon père.
Je connaissais donc très bien son fils, Anton Junior et sa maman. Je ne les avais pas revus depuis très, très longtemps et c’est peu dire que cette visite m’a fait plaisir en remuant une foule de souvenirs !
Site du club de ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

  • Je me souviens aussi très bien du géant judoka au Golfe Bleu. Malgré le fait que mon sport était le volleyball, il était toujours souriant, très gentil, il s’intéressait au monde autour de lui.
    Il faisait un parti inoubliable de mes étés au Golfe Bleu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.