Atémi-waza

unnamedLa rentrée est là et avec elle le probable retour sur les tatamis pour (presque) tout le monde ; c’est l’occasion de revenir sur quelques aspects techniques de notre discipline. Aujourd’hui, j’ai choisi l’atémi-waza (le travail des coups).

Cet été, certains ont pu tester une approche, disons différente de notre discipline (c’était aux dojos de l’été, pour ne pas les nommer). Certains comptes rendus m’ont inspiré le sujet de ce billet.

Le travail des coups représente une composante importante de notre discipline, mais ce n’est pas la seule. Surtout, elle ne représente pas une finalité et son étude doit être faite selon certains critères.

Ci-dessous, le développement de ces trois points.

Premier point, le ju-jitsu est composé de trois grandes familles de techniques : le travail des coups (l’atémi-waza), le travail des projections (nage-waza) et le travail des contrôles (katame-waza). Chaque pratiquant possède ses préférences ainsi qu’un domaine dans lequel il se sent davantage à son aise. Question d’affinités, mais aussi et surtout d’aptitudes personnelles. Il n’empêche qu’aucune de ces trois composantes ne doit être négligée.

Deuxième point, dans notre art et à l’inverse de certaines disciplines, les coups ne doivent pas être considérés comme une finalité mais un moyen d’y parvenir. Exemple d’un enchaînement type : coups pour déséquilibrer, projection pour amener au sol et contrôle pour finaliser. Ce n’est pas systématique, mais cela répond à une logique de distance et pourrait d’ailleurs faire état d’une forme de chartre, de méthodologie fixant notre discipline.

Enfin, troisième point et pas le moindre, l’étude des coups se fera sans perdre de vue qu’ils doivent être compatibles avec les autres composantes. Par exemple, la garde (la posture) doit donner la possibilité de porter un coup, enchaîné avec une projection. Par conséquent, pour une bonne fluidité dans les liaisons, synonyme de rapidité, donc d’efficacité, la garde doit être compatible avec les différentes composantes : une garde trop basse (sur les jambes) limitera forcément la réalisation de certaines projections.

Voilà une mise au point qui a comme simple but de rappeler que notre discipline possède une identité et une histoire colossale, il serait invraisemblable de ne pas les respecter. Cela n’enlève rien à l’utilité et à l’efficacité d’autres arts martiaux et à l’intérêt qu’ils suscitent auprès de leurs fidèles, mais lorsque l’on pratique un art comme le ju-jitsu, il n’est pas question de le transformer, au risque de lui faire perdre aussi son âme ! Evoluer, oui, transformer au risque de dénaturer, non !

Enfin et ce sera le tout dernier point, il faut prendre en compte qu’une utilisation excessive des coups et notamment dans certaines situation comporte un risque en terme d’image pour ces techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.