Avoir 15 ans en 1969…

J’ai eu 66 ans avant-hier et je préfère « fêter » cet âge là en 2020  que célébrer  mes quinze ans !

Mes quinze  ans, je les ai eus en 1969, l’année durant laquelle la « Grippe de Hong-Kong » sévissait. Ce virus avait fait un million de victimes sur la planète et 40 000 en  France. Pourtant, je n’en conserve aucun souvenir et je ne suis d’ailleurs pas le seul dans cet état amnésique ! Et pour quelles raisons ? Sans doute l’absence de réseaux sociaux, de chaînes d’infos en continue et une conception du rapport à la vie (et à la mort)  différent ! Sans oublier le fameux principe de précaution tétanisant.

Toujours est-il que la vie continuait. En France, le général De Gaule quittait le pouvoir, Pompidou s’installait à L’Elysée, le Premier Ministre Chaban-Delmas nous proposait sa « nouvelle société ». Le Concorde effectuait son premier vol, Gainsbourg déclarait cette année « année érotique », Hallyday chantait « Que je t’aime »… Et puis, et surtout le 21 juillet, « On a marché sur la Lune ».

Effectivement, la vie continuait ! La vie sportive notamment. Les clubs d’arts martiaux fonctionnaient (avec accès aux vestiaires, question d’hygiène). Si tel n’avait pas été le cas, on peut légitimement se demander si nous n’aurions pas été privés du formidable essor que nos disciplines ont connu à partir du début des années 1970 et jusqu’à maintenant, et si – à titre personnel – j’aurais pu effectuer le parcours qui fût le mien. En fait, chacun pouvait continuer à préparer son futur métier et à travailler pour lui-même et pour la société ! Continuer à enseigner pour ce qui concerne les professeurs d’arts martiaux, continuer à partager et à éduquer !

Quels souvenirs conserveront les actuels adolescents de cette année 2020 ? De leurs quinze ans, du lycée, des sorties entre copains et des premiers émois d’amoureux « masqués » ? Mais aussi d’un épouvantable confinement durant lequel nos rues ressemblaient à des lendemains d’apocalypse, fréquentées par quelques personnes qui se croisaient avec un laissez-passer en poche et  des regards suspicieux au dessus du masque (pour ceux qui pouvaient s’en procurer). Sans oublier l’apparition d’horribles formules qui ne favorisent pas le « vivre-ensemble » comme « distanciation sociale » et « gestes barrières ».

Certes en 1969, des gens mourraient de la pandémie, comme c’est le cas à chaque fois dans ce genre de situation dramatique, comme ça l’est cette année et comme ça l’est (tout simplement si je puis dire) chaque jour, quelque soit la période. La différence, lors des autres épidémies, c’est que des pans entiers de la société n’avaient pas été sacrifiés et détruits et que la vie de ceux qui étaient épargnés n’avait pas été massacrée d’une autre manière. Enfin, pas toutes les vies ; pas celles, par exemple,  des donneurs d’ordres qui ont leur salaire à la fin du mois.

Le Président a affirmé que (comme je l’ai déjà récemment fait remarquer) les dirigeants avaient préféré la santé à l’économie ; ce qui n’empêche pas, ni de nouvelles victimes, ni l’épidémie de repartir (d’après ce qu’on nous dit). Mais, tout le monde n’a pas bénéficié du même « traitement économique » ! Ils ne sont pas majoritaires ceux qui ont tout perdu, ou presque ;  heureusement, mais ceux-là se posent légitimement la question suivante : si un seul décideur ou un seul ministre ou encore un membre du fameux Conseil scientifique, était privé du jour au lendemain (je dis bien du jour au lendemain) de la totalité des ses revenus et même davantage, comment réagirait-il, comment agirait-il ? Prendrait-il les mêmes décisions ? Et resterai-il longtemps « sur la touche » ?

On va m’opposer que mes propos sont l’émanation d’une rancœur, que je fais partie de ceux qui sous-estiment de façon irresponsable la gravité de ce virus et que, pourquoi pas, je serais un adepte de l’existence d’un complot mondial.
Autant répondre par avance.

Concernant le premier point, il ne s’agit pas de rancœur, juste d’une forte incompréhension et d’un ébahissement sans limite sur une autre forme de violence que représente cette décision brutale prise le 16 mars, sans appel et  aux allures de couperet. Sans oublier les nombreux revirements, aussi rapides que troublants.

Sur la deuxième point, je ne sous-estime absolument pas la gravité de la maladie, mais mes craintes sont les mêmes que face au chauffard qui peut m’emplafonner en pleine ligne droite, que de succomber à une grave maladie, à un accident cardiaque, à une attaque terroriste ; je me souviens de 2015 où par deux fois je me suis trouvé exactement à deux minutes des drames, etc.
Bref, je n’ignore pas que je vais mourir un jour, ce qui ne me réjouit pas, d’ailleurs ! Non, c’est plutôt la gestion brutale de cette crise qui m’interpelle.

Enfin, concernant le troisième point, je ne suis pas forcément un adepte de la théorie du complot, mais cela ne m’empêche pas de m’interroger, sans forcément avoir une opinion tranchée sur le fait de savoir s’il s’agit de manipulation, d’hystérie ou d’incompétence ?

A propos d’hystérie,  je suis effaré par une couverture médiatique absolument disproportionnée et qui ne manque pas d’entretenir  une véritable psychose et une angoisse permanente. Tout cela  dans une ambiance au travers de laquelle une méfiance générale s’installe et qui va durablement modifier nos relations sociales.

Je suis attristé par ce que nous vivons, c’est pour cela que je ne suis pas mécontent que mon adolescence, cette période de la vie durant laquelle se bâtit l’adulte que l’on deviendra, n’ait pas connu ce que nos jeunes connaissent aujourd’hui.

L’humanité a vécu d’horribles périodes, entre les pandémies, les guerres, les séismes et autres catastrophes, mais est-ce bien raisonnable d’affirmer que notre situation actuelle pourrait être pire en se référant à ces catastrophes  passées ?

D’abord, nous devons toujours rechercher le meilleur pour notre vie quotidienne en société, ensuite nous ignorons la gravité de ce qui nous attend. On nous le répète à longueur de temps et cela se confirme  un peu plus chaque jour : nous allons connaitre une  terrible crise économique qui imposera à certains  des conditions de vie dont ils ne pourront  se satisfaire au motif qu’il y aura eu peut-être pire avant.

Justement, je sais que le bien le plus précieux reste la santé et je suis heureux que malgré les épreuves, je dois un peu près encore en bonne santé  ! Je sais aussi  que certaines situations peuvent altérer cet état, aussi je déplore la brutalité et l’inégalité  avec lesquelles cette crise est gérée.

J’en profite aussi pour souligner qu’il y a des affirmations plus faciles à tenir lorsque l’on n’est pas directement concerné !

Pour conclure et à propos des années qui passent, puisqu’il est question d’anniversaire, je citerai Jean d’Ormesson : « cela ne me dérange pas de vieillir, c’est encore la meilleure façon de ne pas mourir » !

eric@pariset.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.