Bilan et questions

Cela va faire cinq mois que le dojo de la Rue Victor Chevreuil a fermé ses portes, victime de la COVID 19. Après ces mois on ne peut plus éprouvants, le besoin de faire un bilan s’est fait ressentir comme celui de partager quelques interrogations avec mes (anciens) élèves.

Aussi, j’ai pris l’initiative de leur adresser un courriel la semaine dernière. N’ayant rien à cacher, j’ai pensé le rendre public. Je le publie donc en intégralité !

Que les choses soient clairs, il ne s’agit pas de se plaindre pour se plaindre (loin de là) et ni de baisser les bras (encore moins), mais juste de faire une mise au point, de faire état de certains doutes et d’exprimer ce qui me semble être une légitime colère !

Chers élèves, Chers parents,

Presque cinq mois après la fermeture du dojo de la rue Victor Chevreuil, j’ai pensé faire le point en vous donnant quelques nouvelles et impressions. Il y a aussi un bilan à faire six semaines après la rentrée et des questions se posent suite aux récentes annonces présidentielles.

D’abord, à propos de notre dojo « mort-né », certains, ils ne sont pas nombreux, ont pensé que je n’aurais pas dû fermer si vite. A cela, je répondrai plusieurs choses.
(A noter que, bien malheureusement, je ne suis pas le seul !)

En premier lieu, je ne leur en veux pas, lorsque l’on n’a jamais été confronté à l’entreprenariat privé, certaines choses nous échappent.

Ensuite, il ne s’agissait pas d’une décision, mais d’une obligation. Notre  toute jeune structure n’avait  pas eu le temps de faire des réserves, de constituer un « trésor de guerre ». Aussi, lorsque du jour au lendemain vous est imposée une fermeture d’une durée illimitée, comme cela a été le cas le 16 mars dernier, que vous ignorez totalement la date de reprise, mais que vous pressentez que cela ne va pas être une affaire de semaines mais de mois, et que d’un autre côté vous êtes sommé de régler un loyer que vous ne pouvez pas régler pour cause d’activité réduite à zéro, vous n’avez pas d’autres choix.

Certes, j’aurais pu attendre d’être expulsé, ce qui n’aurait pas manqué de survenir puisque le gouvernement n’a rien fait pour les locataires, la priorité étant manifestement  réservée « aux possédants ». J’aurais donc été expulsé ou bout de plusieurs mois avec une dette colossale de loyers, de pénalités et de frais de justice, ruinant ainsi définitivement tout espoir de survie ! J’ai préféré faire un taï-sabaki, c’est-à-dire une esquive. A quoi aurait-il servit  d’enseigner toute une vie l’art de ne pas s’opposer à la force brutale et violente, si ce principe fondamental  n’était  pas appliqué au quotidien lorsque les difficultés s’abattent ? Même avec la volonté la plus farouche, personne n’arrêtera  tout seul un TGV ! Il est préférable d’être à côté des rails. Il s’agit d’une métaphore un peu brutale, mais de circonstance.

Ce que nous sommes en train de vivre actuellement  ne fait que confirmer ce pressentiment qui était le mien.  Les dernières mesures annoncées vont être cataclysmiques pour certains secteurs d’activité.

Bien sûr que je regrette cette issue fatale, comment pourrait-il en être autrement ? Ce que  je ne regrette pas  c’est d’avoir évité un combat qui n’avait pas de sens ; un combat d’une inégalité aussi effrayante que désespérante. D’ailleurs il ne s’agissait pas d’un combat, mais d’une exécution. Je ne suis pas la seule victime et leur nombre ne cessera de croître dans les semaines et mois à venir.

Plusieurs mois après  la fermeture imposée du 16 mars, les clubs qui ont réussi à reprendre l’activité en passant la première vague grâce à leur ancienneté, sont à leur tour en grande difficulté face à cette deuxième vague. A Paris et dans de nombreuses régions, la pratique des sports de combat a été à nouveau  interdite pour les adultes. Quant aux structures municipales, qui n’ont pas de frais de location, elles sont confrontées à d’autres problèmes, notamment celui de l’accès  aux infrastructures, pour des questions de responsabilité.  Concernant les salles de sport, elles restent fermées.

Les mesures annoncées par le Président de la République risquent d’être le coup de grâce pour beaucoup de « survivants ».

A propos de responsabilité, à qui attribuer celles qui  ont conduit (et vont conduire) des milliers d’entreprises à disparaître et à jeter des millions de gens dans une terrible précarité ? A ce virus, bien sûr,  dont nous ne pouvons nier l’existence et les terribles dégâts ; mais peut-être aussi à la gestion de cette crise ! Prenons un seul  exemple, parmi beaucoup d’autres : comment  ne pas s’interroger  quand on voit sur les plateaux de télévision des experts de la même spécialité s’écharper parfois de façon incompréhensible, presqu’indécente  et surtout inquiétante en nous offrant des analyses
contradictoires et qui de toutes les façons, quoiqu’il advienne, ne connaîtront jamais de fins de mois difficiles, tout comme nos donneurs d’ordres.

Pour conclure je dirai que je suis triste pour ceux qui avaient fait confiance à ce dojo. Je suis inquiet pour les arts martiaux en général et le ju-jitsu en particulier, il faudra du temps pour remonter la pente. Je ne pensais pas un jour assister à un tel massacre de mon métier. Je suis en colère face au sort qui est réservé à la majorité des  petits artisans, dont je fais partie. Il s’agit bien d’une catastrophe économique plongeant les victimes dans d’effroyables conditions.  Les inégalités de traitement seront-elles éternellement présentes dans notre société ?

Une toute dernière conclusion à l’attention de ceux qui m’ont proposé une aide financière pour que le dojo ne ferme pas. Je voulais les remercier, bien sûr, mais aussi leur dire que si j’ai refusé, c’est que les sommes qu’il aurait fallu engager étaient trop importantes, que nous partions dans l’inconnu le plus totale, que la gestion de la crise avait de bonnes raisons de nous laisser perplexes  et que manifestement, vu la tournure des événements, nous avons la confirmation que cela aurait été fait en pure perte.

Malgré ce message qui, il faut l’avouer, n’est pas très gai, à l’image de la vie que  beaucoup d’entre nous vivent en ce moment, je ne désespère pas que nous puissions un jour nous retrouver sur un tatami et/ou à défaut, nous revoir.  Au fond de moi la flamme de l’espoir brille encore, heureusement d’ailleurs !

Chers élèves et Chers parents, je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ce message jusqu’au bout et je vous adresse mes salutations amicales les plus sincères et les plus chaleureuses.

Eric Pariset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.