Carton plein

Même si régulièrement sur ce blog je relativise l’importance que certains attachent aux grades, il n’empêche qu’un professeur ne reste pas insensible lorsque ses élèves obtiennent un succès dans ce domaine et franchissent ainsi un palier. Il s’agit de la concrétisation de progrès liés à la fois à des compétences et surtout au travail. Sur ce dernier point, il y a une certaine forme de sacrifice, car il est indispensable d’y consacrer du temps, beaucoup de temps. Et quel que soit le résultat, c’est déjà louable. Ce n’est d’ailleurs pas donné à tout le monde, dans la mesure où nous menons, pour certains, une vie compliquée, surtout dans les grandes agglomérations. Cela se conçoit parfois au détriment d’autres activités. Et là, il s’agit de choix que certains ne peuvent pas faire et que d’autres ne veulent pas faire. Il est incontestable que certaines contraintes familiales, professionnelles et d’éloignements ne sont pas compatibles avec un tel investissement. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde et un effort pourrait être fourni. Déjà dans la mesure où les répétitions ne sont pas éternelles. Ensuite je reste persuadé qu’un petit peu d’organisation temporaire permettrait de trouver le temps utile à la préparation du grade supérieur. Encore une fois, il s’agit de choix personnels et je ne me permettrai que de proposer et non d’imposer, ni même de stigmatiser. Peut-être juste d’influencer ! 
Bref, dimanche dernier, à Nantes, l’EAJJ (rattachée à la FEKAMT) organisait un passage de ceinture noire 1er et 2e dan « atémi-ju-jitsu ». Le club présentait quatre candidats : trois pour la ceinture noire et un pour le deuxième dan. Je suis très heureux de pouvoir annoncer qu’il s’agit d’un “carton-plein”. Quatre sur quatre, rien à dire. Les autres élèves du club l’ont appris dès dimanche après-midi sur les réseaux sociaux, mais ceux qui ne sont pas partisans de ces formes de communication ne sont peut-être pas en possession de l’information et puis il est bon aussi d’y revenir un peu plus en détail. Les nouveaux promus sont Marine Gérard, Marianne Thévin et Dimitri Opotchinski pour la ceinture noire et Philippe Cerchiario pour le deuxième Dan. On ne peut mieux faire, félicitations à tous les quatre. Cela va mettre juste un peu plus de pression pour les prochains candidats au mois de juin à Léognan.
À plusieurs reprises, j’ai fait état de la forme d’engagement que revêt le port de cette ceinture noire. D’une certaine façon, et pour reprendre une formule bien connue, elle confère davantage de devoirs que de droits. Exemplarité, transmission, entraide, etc. Et surtout le droit d’être modeste.
Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.