Drolatique

Nouveaux mots et nouvelles habitudes

Avant de se jeter à pieds joints dans la nouvelle année, évoquons celle que nous venons de quitter. Faisons-le avec un peu d’humour, même grinçant, il ne peut pas nuire. Le mal est déjà fait.

Durant cette année que nous venons, non pas de vivre, mais de subir,  nous avons assisté à la réapparition de mots que l’on croyait disparus à jamais,  à l’apparition de nouvelles appellations, ainsi qu’à  des expressions inédites, mais aussi à des habitudes originales et surtout à des  attitudes surprenantes. Je n’oublie pas l’accumulation des interdictions, jusqu’à celle de travailler : du jamais vu !

Voici quelques exemples drolatiques.

Concernant un mot que l’on croyait appartenir au passé, on trouve bien évidemment « confinement » ; il n’a  pas dû être utilisé depuis le moyen-âge.  Mais aussi  « laissez-passer » et « couvre-feux » ; ceux-là rappelaient aux plus anciens de tristes périodes. D’autres ont fait leur apparition, c’est le cas de  dé confinement, ou ont été inventés comme re confinement.  En espérant que re re confinement ne voit pas le jour. Pangolin, Wushan, télétravail, écouvillon se sont imposés dans le « top 10 ». De même que le fameux gel hydro-alcoolique, qui manifestement détient un puissant pouvoir d’addiction si l’on en croit l’impressionnante satisfaction émanant de certains lorsqu’ils se « frottent les mains » avec ce produit (c’est vrai qu’il y a, par définition, de l’alcool) !

Nous avons aussi utilisé des expressions et des mots qui n’ont pas manqué de surprendre, tant leur association  était spéciale et même parfois douteuse. La palme revenant à la « distanciation sociale », ou « distanciation physique » (pas mieux) : tout un programme. Les « gestes barrières » qui font penser que nous sommes considérés un peu comme des  bestiaux. Quant à la « jauge » c’est à se demander si de bête nous ne sommes passés à bagnole. Cela nous conduit à « cluster » qui rime avec « panzer ».
Enfin, il faudra oublier l’horrible et discriminant « non essentiel », surtout lorsqu’il est question de culture. Culture physique et spirituelle !

D’autres mots n’ont jamais autant été utilisés, comme la résilience et l’introspection. Ces deux-là n’ont d’ailleurs pas survécu au premier confinement.  N’oublions pas non plus le « prenez-soin de vous », aussi gentil et prévenant que surprenant !

Ensuite, il y a les comportements, les attitudes. Dès le premier confinement, alors que la pénurie de masques sévissait et que seuls quelques « privilégiés » pouvaient cacher leur visage, il arrivait de se faire traiter d’assassin, si nous étions dépourvus de cette muselière. Au minimum, on se faisait « fusiller du masque ». Je peux en témoigner, je n’aurais jamais pensé, quelques mois auparavant, être un jour qualifié de la sorte, juste en étant dans le rue (attestation en bonne et due forme dans la poche »). J’ai aussi assisté à de sérieux  accrochages  verbaux  pour cause de promiscuité trop importante, à des bons de quatre mètres sur le côté au moment de se croiser. La méfiance et même la peur étaient palpables chez les rares passants qui arpentaient les rues de nos villes transformées en « cités fantômes » (et qui le redeviennent petit à petit).

A propos des masques (outre le fiasco du printemps), on peut être surpris par certains comportements. Il y a ceux qui  l’utilisent, alors qu’ils sont seuls dans leur voiture, on n’est jamais trop prudent. D’autres le portent  sous le nez, tout en approuvant les restrictions et en donnant des leçons.

Ah, les donneurs de leçons ! Nous n’en avons pas été privés ! Sur bien des sujets, notamment économiques. Il est plus facile de prôner le black-out, quand on est assuré de toucher son salaire en fin de mois, quoiqu’il arrive (une autre version du « quoiqu’il en coûte », non suivi d’effet, par ailleurs) et que l’on pourra payer son logement et nourrir sa famille sans se retrouver à la rue ! Voilà le signe d’une solidarité à sens unique à laquelle s’ajoute parfois une compassion qui ne coûte pas cher.

Et puis, il y a ce que l’on risquait en termes de verbalisations : 135 euros si on était surpris assis sur un banc. En  cas de double récidive, cela pouvait conduire en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui.

Enfin, des choses surprenantes avec, par exemple et entre autres, les parcs et jardins interdits durant des  semaines et les transports en commun bondés, etc. Cela permet de souligner le nombre croissant d’interdictions qui nous envahissent, jusqu’à – pour certains – l’interdiction de travailler. Et là, ce n’est plus drôle du tout.

N’oublions pas  les slogans qui faisaient de vous un héros si vous restiez assis toute la journée sur votre canapé. De quoi démolir toute volonté d’entreprendre.

Quant aux applaudissements de 20 h 00, à l’attention des soignants qui furent d’ailleurs abandonnés lors du deuxième confinement, si sympathiques qu’ils étaient  pour ceux à qui ils s’adressaient, ils ne pouvaient remplacer une meilleure considération en termes de moyens pour l’hôpital et son personnel, sacrifiés et maltraités depuis des années. Ce qui est d’ailleurs la principale cause de la situation dans laquelle nous sommes plongés.

Souhaitons que cette nouvelle année nous ramène à des comportements rationnels et à une « vie vivable » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.