Goshin-jitsu, suite et fin (devoirs de vacances)

IMG_0005Aujourd’hui nous finissons la présentation – très concrète et en forme de mise au point – d’un kata qui ne cesse de provoquer des polémiques face aux infernales modifications dont il est la victime et qui font de lui un casse-tête pour bon nombre d’étudiants mais aussi d’enseignants. Nous en étions restés à la douzième technique, restent les neufs dernières, celles qui concernent les défenses contre armes. Vous pouvez retrouver les “épisodes” précédents le 26 mai et le 16 juin, sur ce blog.

13e technique : Uke se positionne devant ses armes (genou gauche au sol), saisi le tento (couteau) et le place à l’intérieur gauche de sa veste. Il reprend sa place face à Tori. Ils avancent tous les deux l’un vers l’autre. Arrivés au contact, Uke tente de sortir l’arme à l’aide de sa main droite en maintenant l’étui de sa main gauche tout en reculant le pied droit. Tori l’empêche de dégainer en appuyant avec sa main droite sur le coude gauche d’Uke, pouce en l’air, en même temps il porte un atémi au visage avec la main gauche ouverte. Ces deux gestes sont accompagnés d’un recul de la jambe gauche afin de sortir de l’axe d’une éventuelle attaque en pointe. Ensuite Tori saisi le poignet gauche d’Uke avec sa main gauche et place sa main droite sur le coude. Il applique ude-gatame et amène ainsi Uke jusqu’au sol à l’aide de cette soumission.

14e technique : Tori et Uke changent de place et se font face. Ils avancent l’un vers l’autre. Uke sort le couteau avec sa main droite et se positionne pied gauche en avant. Il se rapproche avec un tsugi-ashi et en avançant le pied droit il porte un coup en pointe en direction de l’abdomen. Tori esquive en reculant le pied droit, applique une parade de la main gauche (pouce vers le haut) au niveau de l’avant-bras et porte en même temps un tsukkake au visage à l’aide du poing droit. Il conclut avec waki-gatame à gauche en avançant sur le bras d’Uke.

15e technique : Après avoir changé de place les deux protagonistes se font face et avancent l’un vers l’autre. Uke saisi le couteau qu’il avait replacé sous la veste avec sa main droite. Il dégaine en plaçant  le pied gauche en avant. Il fait un tsugi-ashi et en avançant le pied droit il porte un coup du haut vers le bas en direction de la poitrine. Tori pare de sa main gauche en direction du sol en reculant le pied droit. Il saisi la main armée avec ses deux mains (les deux pouces côte à côte, sur le dessus de la main). Sur la réaction d’Uke – qui tente de remonter sa main – il applique la torsion de poignet kote-gaeshi avec un tai-sabaki (déplacement) qui consiste à d’abord revenir face à Uke et ensuite à effectuer un quart de tour sur l’arrière gauche, projetant ainsi Uke avant de le désarmer avec une variante d’ude-garami.

16e technique : Uke repose son couteau et prend son bâton (avec le genou gauche au sol) dans la main droite. Il se replace devant Tori. Ils avancent tous les deux l’un vers l’autre. Arrivés à une cinquantaine de centimètres ils marquent un temps d’arrêt. Uke lève le bras droit sur l’arrière pour armer un coup en direction de la tempe de Tori. Pour ce faire, il recule la jambe droite afin d’être à distance de bâton. Tori, en avançant la jambe gauche, anticipe en plaçant son avant-bras gauche sur l’avant-bras droit d’Uke en forme de blocage. Simultanément il porte teicho de sa main droite au menton d’Uke. Il conclu avec o-soto-gari et désarme son adversaire. Après le teicho, Tori place sa main droite sur la clavicule gauche d’Uke.

17e technique : Tori et Uke changent de place et se font face à distance. Uke arme un coup à l’aide des ses deux mains en direction de la tempe de Tori. Il se positionne pied gauche en avant et se rapproche avec un tsugi-ashi puis il porte le coup en avançant le pied droit. Tori esquive en reculant le pied droit et donne ura-uchi à gauche au visage. Il ouvre sa main et place le tranchant sur les yeux d’Uke. Sans relâcher la pression sur le visage et à l’aide d’un déplacement latéral il conduit Uke jusqu’au sol et le désarme.

18e technique : Tori et Uke changent de place et se font face. Uke menace Tori avant de l’attaquer par un coup en pointe. Pour se faire, il se place d’abord pied gauche en avant, se rapproche avec un tsugi-ashi et à l’aide d’un second déplacement il frappe en direction de l’abdomen. Tori esquive en reculant le pied gauche, pare avec sa main droite, saisi le bâton de la même main, provoque une réaction en tirant sur l’arme. Uke tente de ramener le bâton vers lui. Tori, en avançant le pied gauche puis le droit saisi l’arme avec sa main gauche, puis place la droite entre celles d’Uke. Il se positionne pied droit en avant et avec un tsugi-ashi projette Uke en lui appliquant une forme d’ude-gatame sur le coude gauche avec son avant-bras droit. Uke dégage en chute avant plaquée. Tori le désarme en avançant le pied gauche et le menace de la pointe du bâton.

19e technique : Après avoir reposé son bâton et placé le revolver à l’intérieur de sa veste, sur sa gauche, Uke reprend sa place. Les deux adversaires avancent l’un vers l’autre et avant d’arriver au contact, Uke sort son revolver avec sa main droite et menace Tori qui lève les deux bras. Puis il « fouille » l’endroit ou devrait se trouver la poche droite de Tori. Celui-ci abaisse rapidement sa main gauche sur le revolver, pouce sur le canon et chasse l’arme vers la droite en reculant le pied droit. Ensuite il saisi le poignet d’Uke avec sa main droite, pouce vers le haut. Il tire avec sa main droite et pousse avec la gauche afin de faire subir une torsion de poignet à Uke pour le désarmer. Uke est déséquilibré sur l’avant ce qui le fait avancer de quelques pas.

20e technique : Tori rend son arme à Uke qui la remet à l’intérieur de son kimono. Ils changent de place et se font face. Uke sort son arme et la place contre sa hanche. Il menace Tori et lui fait lever les bras. Il s’avance pour le fouiller de sa main gauche. Tori descend simultanément sa main droite et sa main gauche pour saisir le poignet droit d’Uke, les deux pouces côte à côte à l’intérieur de la main. Accompagné d’un mouvement de hanche sur sa droite il applique une torsion de poignet en dirigeant le canon vers la gauche. D’un mouvement sur la droite et vers le haut il désarme Uke. D’une action en retour vers Uke il lui porte un coup au niveau du menton avec la crosse du revolver.

21e technique : Tori en avançant sur Uke lui rend son arme et lui tourne le dos. Il avance de quelques pas, s’arrête sur la menace d’Uke qui tient son arme dans sa main droite et lève les mains. Uke place  l’extrémité du canon au milieu du dos avec sa main droite et tente de fouiller la poche gauche de Tori avec sa main gauche. Celui-ci pivote sur sa droite en descendant son bras droit pour contrôler le bras armé en plaçant le tranchant de la main dans la saignée du coude. Avec son épaule il contrôle le dos de la main armée. Avec sa main gauche (intérieur vers lui) il saisi celle de Uke. En reculant sa jambe gauche, il applique une torsion de poignet qui provoque une chute plaquée pour Uke. Tori « arrache » l’arme avec sa main gauche. Uke se relève, Tori lui rend son arme. Tous deux se font face, puis Uke va chercher le couteau et le bâton en positionnant les deux genoux au sol. Il revient face à Tori. Ils ferment le kata en reculant le pied droit puis le gauche et saluent le jury.

Voici de quoi s’occuper pendant les vacances. Je le répète cette présentation entreprise il y a quelques semaines avait comme principal objectif celui de présenter ce kata de la façon la plus rationnelle possible. Il n’est pas exsangue de modifications (le passé nous le confirme) ce qui n’est pas forcément un souci lorsque l’efficacité n’est pas mise en cause. Des personnalisations peuvent survenir, pour des raisons morphologiques, par exemple. Le problème se pose réellement lorsque des modifications (à outrance) se font au détriment de l’efficacité, ce qui n’a pas manqué d’être le cas dernièrement ; Peut-être est-ce le fait de personnes qui ne sont pas assez sur « le terrain », comme dans d’autres secteurs de notre vie quotidienne !

Pour beaucoup de clubs, la saison se termine et une longue période de repos – souvent imposée par la fermeture des dojos – attend les pratiquants. Certains clubs qui restent ouverts partiellement et/ou les stages d’été qui sont proposés permettront de garder le contact, de continuer à transpirer et à progresser.

Le prochain article de ce blog sera consacré à une terrible décision que j’ai été amené à prendre très récemment. A très vite !

Site ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.