Il y a des anniversaires que l’on ne fête pas !

Deux ans après le début d’une crise qui a bouleversé beaucoup de vies, nous sommes assez nombreux à ne pas être encore sortis d’affaires, dans une certaine indifférence, pour ne pas dire une indifférence certaine. Nous n’avons pas tous été traités de la même manière. Les sinistrés (et laissés-pour-compte)  de la crise économique déclenchée par  la crise sanitaire et sa gestion, n’ont pourtant pas manqué ni de volonté, ni d’énergie pour tenter de réparer des désastres qui ne doivent pas tous être mis sur le compte des « coups du sort ».

Et l’horreur qui se déroule à nos portes depuis plus de trois semaines ne favorise pas une reprise  indispensable à la survie.

Les images de plus en plus effroyables qui nous sont délivrées nous prouvent qu’il y a toujours pire situation que la nôtre ; la cruauté n’a décidément pas de limite. Là, nous atteignons le comble de l’inhumanité.

J’appartiens à la catégorie de ceux qui sont en difficulté depuis maintenant deux ans : une vie abîmée, des projets anéantis, des espoirs massacrés et de lourds investissements totalement perdus, et non indemnisés.

Cette horrible guerre (pléonasme) confirme qu’il y a toujours pire situation que la sienne, mais cela n’enlève pas le droit d’essayer de s’extraire du marasme dans lequel certains ont été plongés, avec injustice et dans l’indifférence.

L’injustice, parce que ce ne sont pas ceux qui prennent les décisions qui sont impactés par celles-ci. Je le constate amèrement depuis deux ans. L’indifférence, parce qu’en autres nombreuses actions entreprises, mes lettres adressées au ministre de l’Economie sont restées sans réponse. Par contre, on ne manque pas de me réclamer des cotisations sociales au titre de mon statut d’indépendant : le comble de l’indécence !

On va me dire qu’il faut cesser de ruminer, qu’il est temps de passer à autre chose, « se bouger », que je pourrais être sous les bombes.

Me bouger, c’est bien évidemment ce que je fais, je n’ai pas attendu les conseils et encore moins les critiques de certains donneurs de leçons qui sont « bien au chaud », sans risque pour leur avenir.  Je ne me plains pas, j’exprime une colère qui me semble légitime. Maintenant avec « l’épée de Damoclès » que l’on fait planer sur la nos têtes (entre retour de pandémie et guerre), il faudrait faire preuve d’une formidable inconscience pour investir à nouveau dans une entreprise privée.  J’ai largement donné il y a deux ans ! Je n’ai pas traversé la rue pour trouver du travail, mais la moitié du pays.

Deux ans sans travail ou si peu, c’est long, trop long, les efforts fournis aboutissent à de bien maigres résultats. Et l’explosion du prix des produits de première nécessité, ne peut que renforcer l’inquiétude quant à l’avenir.

Les quelques animations mises en place sont utiles moralement, mais bien insuffisantes. Je l’avais déjà évoqué.

Les stages, puisqu’il est question d’eux, sont de véritables moments de bonheur, de réconfort moral et de sentiments d’utilité, je remercie très chaleureusement tous ceux qui peuvent y participer. Je suis bien placé pour savoir que l’on ne fait pas ce que l’on veut, beaucoup souhaiteraient être présents, mais ne le peuvent pas. Je ne suis pas le seul à rencontrer des difficultés, avec ce que nous subissons depuis vingt-quatre mois, beaucoup sont touchés… et oubliés.

Donc aujourd’hui, pour moi,  c’est un bien triste anniversaire que celui de la fermeture imposée d’un tout jeune dojo dans lequel tant d’espoirs avaient été mis.

Quelques mois avant, en juillet 2019, après des années difficiles, j’avais décidé de repartir au combat. A un âge où certains profitent de la retraite ; il s’agissait d’un pari audacieux, j’assumais ce risque. D’autant que l’insignifiante pension de retraite des indépendants impose une réactivité de survie. Encore faut-il être en capacité physique, mentale et matérielle pour l’assumer. Malgré tout, que l’on se rassure, le combat continue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.