Jigoro Kano

JIGOROIl ne sera fait offense ni aux  judokas ni aux ju-jitsukas en leur épargnant le récit de la vie de Jigoro Kano, que chacun pourra retrouver sur Internet.
La vocation première de ce billet consiste à faire partager le sentiment que j’éprouve à propos de cet homme qui a su, par l’intermédiaire de la restauration d’un art martial tombé en désuétude, nous proposer à la fois une discipline physique et mentale, une méthode de défense, mais plus encore une école de vie ; à savoir le ju-jitsu moderne qu’il a appelé « judo ». Certains vont se demander pourquoi en tant que ju-jitsuka, je fais l’apologie du judo et de son créateur ? 
Le judo imaginé et créé par Kano était un peu différent du sport qu’il est essentiellement devenu. Jigoro Kano n’était d’ailleurs pas opposé aux compétitions, seulement il les considérait comme une étape dans la vie d’un budoka. Passer de l’appellation ju-jitsu à celle de judo répondait à deux nécessités. La première, parce que le mot ju-jitsu était usé et qu’il n’était pratiqué que par quelques personnes peu recommandables. La seconde motivation résidait dans la volonté d’élargir le champ d’actions en passant de technique (jitsu) à voie (do). A propos d’appellation, l’histoire « repasse les plats », puisque dans les années 1970, la remise à l’honneur de notre méthode est passée par une appellation originale (atémi ju-jitsu) loin du mot judo, catalogué sport de compétition. Mais, ce qui est intéressant, ce n’est pas le flacon, mais le contenu. Poursuivre le travail sur les principes que Kano a su mettre en avant et sous quelque appellation que ce soit reste l’essentiel.
Concrètement, les réalisations que je retiens, et dans l’ordre d’importance, sont les suivantes : tout d’abord, d’un gabarit plutôt frêle, il a forcément conservé et développé les premiers principes de base, à savoir la non-résistance, l’utilisation de la force de l’adversaire et l’addition de forces, sans oublier le principe d’action-réaction. Ensuite, il a procédé à l’épuration des anciennes techniques en ne conservant que celles qui correspondaient à deux critères : efficacité et sécurité. Il a tout de suite compris que la première règle pour pouvoir progresser, c’est d’être en capacité de pratiquer, ne pas être continuellement blessé par des entraînements sauvages. Il était soucieux de préserver l’intégrité physique. Et puis, sa grande idée a été de ne pas se satisfaire d’une simple méthode de combat ou de défense, mais de proposer, par son intermédiaire, une élévation du corps et de l’esprit, une méthode d’éducation globale, avec une rigueur, dans la tenue à respecter au dojo, dans l’exécution de certains rites, dans le respect mutuel, etc. Faire du judo était pour cet homme un principe, un précepte. Cela ne se limitait pas à évoluer physiquement sur un tatami. Pour Kano, l’on pouvait faire du judo dans la vie de tous les jours. Dans la conduite de ses affaires, dans ses relations familiales et sociales. Tout comme dans un combat de judo, l’affrontement force contre force reste stérile, un parallèle est aisément transposable dans nos relations quotidiennes. De bonnes relations doivent être accompagnées de souplesse comportementale. Ensuite, ne surtout pas oublier l’un de ses « slogans » : « Entraide et prospérité mutuelles », celui-là reste intemporel ! Enfin sa définition du grade : Shin-gi-tai. Elle n’est pas le fruit du hasard. Shin l’esprit, la réflexion, c’est ce que nous conservons le plus longtemps. Gi la technique, nous pouvons la pratiquer de façon relativement durable, surtout lorsqu’elle est « intelligente ». Enfin, tai le corps (le physique, en fait), ce qui est le plus éphémère.
Certes, tous ce qui est énoncé ci-dessus peut paraître banal à l’heure actuelle, puisque beaucoup de disciplines sportives ont tenté de s’en inspirer. Mais à l’époque, cela était sacrément novateur. Et puis, aujourd’hui ces principes sont-ils vraiment appliqués par tout le monde, dans tous les sports et à commencer par le premier concerné ?
Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.