Le Père Noël…

En cette période de fêtes, une petite info m’a interpellé. Certains parents « indexeraient » la quantité de cadeaux de Noël sur les résultats scolaires du trimestre écoulé. Ne s’agissant pas d’une information donnée le 1er avril, cela valait le coup de la diffuser encore plus largement et de la commenter. Manque total de psychologie, esprit de compétition mal placé par enfant interposé, ou tout simplement stupidité. Il n’y a rien de choquant à récompenser le mérite, mais la fête de Noël est-elle vraiment propice à ce genre de challenge ? Le contenu de la hotte du Père Noël  ne doit-il pas être tout simplement la représentation de l’élan du cœur et des moyens familiaux ? Les personnes ayant de telles idées, et pire qui les mettent en pratique, imaginent-elles un seul  instant la réaction, ou plutôt l’humiliation et la déception de celui ou de celle qui a dû déjà affronter de nombreuses remontrances ou moqueries un trimestre durant, qui en plus se retrouve sanctionné un soir comme celui-ci ! Un coup à prendre le Père Noël en grippe ! 
C’est aussi le moment pour remercier les parents qui ne se manifestent pas uniquement pour râler ou maugréer. Il est légitime et concevable de formuler des critiques fondées,  il est intéressant  d’engager un dialogue positif, et il est toujours agréable de faire le constat d’un travail éducatif qui porte ses fruits. Non pas par besoin  de  flatteries, mais simplement  d’objectivité sur des résultats que  le professeur constate d’ailleurs très bien par lui-même. Apporter une  participation particulière dans le cadre d’une éducation générale et faire le constat de progrès, surtout lorsque cela n’était pas « gagné d’avance » est un motif de très grande satisfaction pour un éducateur.
Enfin, c’est l’occasion de souhaiter à tous, aux enfants et à leurs parents, aux élèves adultes et à leur famille,  d’excellentes fêtes de fin d’année.
Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com
   

Commentaires

  • Ah ! Je pensais que la promesse des cadeaux de Nöel servait justement à encourager les plus paresseux/matérialistes de nos chères têtes blondes à donner un coup de fouet (ou un coup de compas ?) à leurs efforts scolaires. Après tout si un gamin est généreux avec ses devoirs, pourquoi ne pas l’encourager par un jouet supplémentaire ? L’exemple devrait marquer ses frères et soeurs moins enthousiastes, non ? Et puis si la quantité relative de cadeaux n’est pas basée sur les résultats scolaires et le comportement correct, sur quoi peut-on la baser ? Les résultats scolaires ont au moins le mérite d’être relativement objectifs ; utiliser un critère plus émotionnel serait risqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.