Nagé-waza

La diversité technique du ju-jitsu  est  un véritable trésor. Parmi les différentes composantes qui la forment, il en est une particulièrement riche : le nagé-waza (travail des projections).
Après l’atémi-waza, le shimé-waza et le kantsesu-waza, nous abordons cette famille qu’affectionnait tout particulièrement Jigoro Kano.
Sur bien des points les projections revêtent un caractère singulier. Tout d’abord, elles permettent d’appliquer l’un des principes phares du ju-jitsu, à savoir l’utilisation de la force de l’adversaire, où le plus faible peut « balancer » le plus fort  et cela dans de multiples situations. Ensuite existant en nombre important, elles permettent également  à tous les gabarits de trouver la solution la plus adaptée et à toutes les situations de trouver une issue. Enfin, sur un plan psychologique, le ressenti est fort : l’adversaire était debout, puis… il est à terre.   
D’un point de vue mécanique, la plupart répondent au même critère. A savoir faire pivoter le corps de l’adversaire (ou du partenaire) autour d’un axe qui passerait environ à la hauteur des hanches. Ce n’est pas systématique. Le but principal sera de faire perdre l’équilibre à l’adversaire ou encore de l’empêcher de le récupérer. C’est pour cette raison que les projections ne peuvent s’appliquer que sur une personne  en mouvement. Le bloc de granit n’est pas projetable. Mais le bloc de granit n’est ni un compétiteur, ni un agresseur.
Le fameux déséquilibre s’obtiendra soit par un mouvement ou déplacement de l’adversaire, soit par notre propre action qui suscitera une réaction (action-réaction), ou bien encore  par un atémi (coup) en self-défense.
Il y a les techniques que l’on admire et que l’on réussit  et celles que l’on admire… mais que l’on ne réussit pas très bien.   Certes, comme dans toutes les matières, les inlassables répétitions sont indispensables.  Mais chacun possède ses préférences, cela en fonction de son gabarit, mais aussi de l’enseignement qui lui a été proposé.
En plus du nombre important de techniques appartenant aux différentes familles de projections (jambes, épaules, hanches, bras, sacrifices) et de l’efficacité incontestable qui est la leur, la particularité résidera également dans la recherche du « beau » et du geste parfait. Ce critère, qui peut faire sourire certains « bourrins » en mal de style, n’est pas superflu. Bien au contraire, il est source de motivation et synonyme de précision, donc d’efficacité. Mais quelle satisfaction, par exemple,  d’exécuter un uchi-mata parfaitement, ne serait-ce qu’en répétition, plus encore en exercice d’opposition et bien évidemment en compétition pour les judokas.
Site du club ju-jitsu Eric Pariset : www.jujitsuericpariset.com

Commentaires

  • Et le plus important c’est que le judo que l’on pratique évolue en permanence au fil des années, c’est là un beau challenge car il n’est jamais fini!
    Quant à moi je continue à courir après le harai goshi d’Eric, ce n’est pas faute de le travailler 😉 mais j’y arriverai ! Un jour!! lol! Bis’ breton!
    PS j’adore ton expression bourrin en mal de style, je trouve ça détonnant!lol!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.